retour

Glossaire - Biographies
les Abbés
Photos

(Abbaye de La Ferté, La Ferté sur Grosne, commune de St Ambreuil, département de la Saône et Loire.)

- Historique

L'abbaye de La Ferté est une abbaye Cistercienne, située à La Ferté sur Grosne, commune de St Ambreuil, dans le département de la Saône et Loire, en France. Elle est la première des 4 abbayes filles de Cîteaux, avec Pontigny, Clairvaux et Morimond. Ces abbayes avaient un rôle de 1ère importance dans l’organisation de l’Ordre de Cîteaux.

Au début de l'année (1109), Harding hérite d'une situation plus que précaire, la misère avait tôt fait d'entraîner la famine au Nouveau Monastère de Cîteaux. Heureusement, dès la fin de l'année, ou au début de (1110), la situation allait progressivement se redresser, d'abord avec le don de la Comtesse Elisabeth de Vergy, épouse du Comte Savary de Donzy, qui cède à Cîteaux des terres voisines de l'abbaye et, un peu plus tard, des terres à Gergueil. D'autres Seigneurs, vers (1111)-(1112), comme ceux de Marigny et de Chambolle, suivent ce généreux mouvement et donnent des terres à Gilly, ainsi que des droits d'usage sur des forêts alentour.

Cette augmentation de donations permet au Monastère de Cîteaux de fonder un autre établissement en (1112)-(1113) à la Ferté Firmitas , aujourdhui La Ferté sur Grosne, que l'on appellera la 1ère fille de Cîteaux. L'abbaye est fondée près de Chalon, dans une partie de la forêt de Bragny, après quelques prospections de l'abbé Harding effectuées avec l'aide de l'évêque, Gauthier ou Gautier, et des Comtes de Chalon, c'est le 2ème don fait aux Cisterciens par le Comte Savary et son fils Guillaume, au même moment où le Chevalier Arlier de Montailly leur octroie l'exploitation d'une carrière calcaire près de St Martin de Laives, d'où viendront les pierre de la 1ère Abbatiale. Les dons que reçoit ce nouveau monastère, comme un moulin sur la Grosne ou un vignoble à Mellecey ou Mercurey, leur permettront de recruter et d'essaimer à leur tour assez vite. C'est à ce moment qu'entre en scène le personnage le plus fameux de l'histoire cistercienne, Bernard de Fontaines ou Fontaine, près de Dijon, le futur St Bernard, qui entre au noviciat de Cîteaux avec 30 compagnons, pas moins, attiré par la nouvelle renommée du couvent.

Cette arrivée est elle vraiment à l'origine de la soudaine expansion de l'ordre? Rien n'est certain, les nouvelles recrues qui ont permis de fonder la Ferté, par exemple, sont plutôt de l'Autunois et du Charolais, où la parentéle de Bernard est absente et, de plus, le nombre d'établissements fondés à partir du Nouveau Monastère va continuer d'augmenter quelques temps à un rythme soutenu.

Monument historique privé (XVIIIème siècle), la Ferté fut une des plus importantes abbayes Cisterciennes. L'église a disparue mais le magnifique palais Abbatial subsiste intact. Très vaste escalier, salons à boiseries sculptées, tapisseries, tableaux et mobilier d'origine évoque superbement l'art de vivre au (XVIIIème siècle). La galerie contient de nombreux objets scientifiques du (XIXème siècle). Datant de (1113), ce majestueux bâtiment, avec son parc à l'Anglaise parfaitement entretenu, propose des chambres d'hôtes au sein du Château, du Colombier ou de l'ancienne Abbaye. Au coeur d'un écrin de verdure, la bâtisse et son histoire vous orienterons vers une évasion ressourçante et apaisante, à travers les époques. Le site, classé Monument Historique privé, a conservé les tapisseries, tableaux et boiseries d'origine (XIIème siècle). Dans le labyrinthe des couloirs et salles de l'immense édifice, vous trouverez une galerie où sont exposés des objets scientifiques du (XIXème siècle). Il est possible de simplement visiter l'abbaye de la Ferté sans y passer la nuit à partir du mois d'Avril. L'été, la visite pour les enfants peut se réaliser en costume d'époque. L'ancien réfectoire des moines et les salles de réceptions de l'ancienne abbaye sont privatisables pour des séminaires, des réunions ou des évènements divers.

L'abbaye de La Ferté, 1ère Fille de Cîteaux, fut fondée non loin de l'abbaye Mère en (1113), un an après l'entrée de St Bernard à Cîteaux. La fondation de la Ferté fut suivie, tout au long du (XIIème siècle), d'un afflux de donations qui permit à l'abbaye de se doter d'un important patrimoine foncier. Vendue comme bien national pendant la Révolution, l'abbaye, dont ne subsiste que le Palais Abbatial du (XVIIIème siècle), est restée dans le giron de la même famille depuis (1791). Une gageure pour Jacques et Virginie Thénard qui s'emploient à faire vivre cet imposant domaine classé Monument Historique.

- Chronologie


* 1113 : l'abbé Étienne Harding fonde une abbaye, 1ère fille de Cîteaux, sur un terrain situé entre la forêt de Bragny et les marais de la Grosne, l'établissement, qui bénéficie des libéralités de l'entourage des Ducs de Bourgogne et de nombreux Gros de Brancion, acquiert rapidement de l'importance entre (1165) et (1166), l’abbaye se trouve au coeur de conflits qui opposent le Duc de Bourgogne Hugues III aux Comtes Gérard de Mâcon et Guillaume de Chalon.

* XIIIème siècle : reconstruction des bâtiments Conventuels.

* 1362 : le monastère est occupé par les bandes de Tard Venus.

* 1415 : l'ensemble est entouré d'une muraille percée d'une unique porte desservie par un pont levis.

* 1570 : ce système de défense est impuissant à arrêter les troupes Protestantes de l'Amiral de Coligny qui mettent le feu à l'abbaye dont seuls subsistent l'église, la sacristie, la salle Capitulaire et une pièce voisine.

* 1574 : l'abbé François de Beugre obtient l'autorisation de vendre des terres pour payer les frais de reconstruction.

* XVIème siècle : les travaux sont entrepris par le successeur du précédent, Yves Sauvageot, qui rebâtit le dortoir et orne l'église.

* 1682 : l'abbé Claude Petit poursuit cette oeuvre en édifiant le logis Abbatial et le cloître, tandis que les fortifications sont détruites et les fossés comblés.

* 1760 : l'abbé François Filzjean de Chemilly fait réaliser de nouveaux travaux, dont l'avant corps central du logis Abbatial, dont le fronton est orné de ses armes.

* XVIIIème siècle : le dernier abbé, Antoine Louis Desvignes de la Cerve confie la décoration intérieure à l'architecte Chalonnais Rameau à qui il octroie une pension; au début de la Révolution Française, l'abbaye n'abrite plus que 14 moines et les bâtiments sont en partie occupés par des ouvriers et le personnel, en partie féminin, de la filature de coton installée dans les dépendances.

* 1791 : l'abbaye est vendue comme bien national après la Révolution Française.

Haut de page