Retour
Glossaire - Biographies
Chronologie - Abbés
Extérieur - Intérieur

(Pontigny commune, du département de l'Yonne (89).)

- La seconde fille de Cîteaux

L'Abbatiale de Pontigny, est la plus grande église Cistercienne de France, la mieux conservée aussi. En mai (1114), à Pontigny, Pontiniacum, c'est à la 2ème fille de Cîteaux de voir le jour en la lisière de la forêt d'Othe, dans la vallée du Serein, affluent de l'Yonne, près du village actuel de St Procaire, sur des terres offertes par le prêtre d'Auxerre Ansius, on trouve parfois Hildebert, approuvé en cela par Humbaud, ou Humbald, l'évêque d'Auxerre de (1087) à sa mort en (†1114). Etienne Harding a visité le site avant d'y installer 12 moines et des Convers venus de l'Abbaye mère Cîteaux, établi quelques années auparavant par l'Abbé Robert de Molesmes. Dirigés par leur 1er Abbé, Hugues de Vitry, ou de Mâcon, compagnon de St Bernard, ils choisirent un site désert au bord du Serein dans le diocèse d'Auxerre et à la limite de ceux de Sens et de Langres. Le pont qui enjambe le Serein à Pontigny constituait le point de rencontre de ces 3 diocèses. Ils se contentèrent d'installations rudimentaires pendant les 1ères années. Les bâtiments d'alors étant construits en bois.

C'est lorsque la communauté eût acquis une certaine prospérité, que débuta la construction de l'abbaye actuelle et des bâtiments conventuels autour du cloître. De (1137) à (1155), les moines Cisterciens construisirent ce vaste édifice, dans le 1er style Gothique et dépouillé de tous signes de richesse. Les moines Cisterciens de cette Abbaye avaient considérablement développé l'agriculture de cette vallée, assainissant les marécages et défrichant les bois. Autour de (1156), ils possédaient ainsi 15 fermes dans un rayon de 70 km. Mais pour bâtir un tel édifice, il fallait le concours d'un riche mécène. C'est le comte de Champagne Thibaut qui finança en partie cet édifice, il offrira des terres, avec des droits de pâture et de pêche. L'abbaye, bénéficiant de la protection des Comtes de Champagne. Sa fille Adèle de Champagne, Reine de France et mère de Philippe II Auguste, fut enterrée dans l'Abbaye au pied du grand Autel. L'Abbatiale a probablement été construite en 2 périodes, entre (1130) et (1190). De nombreuses modifications furent introduites dans les plans en cours de construction, ce qui fait de Pontigny une église Protogothique.

Ces dimensions de l'église permettant d'accueillir de nombreux moines, l'essaimage devient moins nécessaire. Pontigny fut le refuge de 3 archevêques de Canterbury, Thomas Becket, en exil s'y réfugia 2 ans de (1165) à (1166), avant son assassinat en (†1170) sur les ordres de Henri II Plantagenêt, le théologien Etienne Langton et Edmond Rich. Ce dernier est enterré à l'abbaye. Canonisé en (1240), il est vénéré sous le nom de St Edme. Son corps repose toujours dans une châsse baroque. Pendant la guerre de (100) ans, l'abbaye est pillée. Le (XVIème siècle) lui est néfaste, elle passe sous le régime de la Commende. Malgré sa sobriété, l'édifice va souffrir durant les Guerres de Religion. En (1560), les Huguenots, à la recherche de la tombe de St Edme, mettent à sac l'édifice. En (1943), les vitraux du Moyen âge sont détruits. Ainsi, des bâtiments monastiques, il ne reste malheureusement que l'aile des frères convers. L'Abbaye de Pontigny essaima 19 abbayes filles diverses, qui à leur tout en fondèrent 45 autres. Nombreux furent les abbés de Pontigny à être élevés au rang d'Evêque, d'Archevêque ou de Cardinal. Il se dégage de l'Abbatiale une impression d'élévation de l'esprit, la sobriété et l'austérité extérieure, marquant harmonieusement la transition de Roman au Gothique, se marie élégamment à la luminosité qui règne à l'intérieur. Les dimensions impressionnantes, 117 mètres de long pour 52 mètres de large, la font comparer à N.D.de Paris. Son emprise au sol semble d'autant plus importante que sa hauteur reste raisonnable et qu'elle n'a pas de clocher.

- L'Abbaye à travers les Siècles.

Les époques troubles de la guerre de (100) ans et des guerres de religion ralentirent l'essor de l'Abbaye. Ce ne fut qu'au (XVIIème siècle) et (XVIIIème siècle) qu'elle retrouvera une prospérité qui permit aux Abbés d'entreprendre d'importants travaux de rénovation et de transformation. A la Révolution de (1789), l'Abbatiale devint église Paroissiale et la plus grande partie des bâtiments conventuels fut détruite. L'Abbatiale fut respectée en raison du culte très vivace de St Edme, dont le corps repose dans le chevet de Pontigny. L'abbaye et les bâtiments monastiques seront un lieu privilégié pour plusieurs actions de développement spirituel et intellectuel. De (1842) à (1903), la fondation des Pères de St Edme se consacre à l'enseignement. Après la loi de (1901), les bâtiments sont achetés par Paul Desjardins qui en fera un centre culturel fréquenté par l'élite intellectuelle Européenne de l'époque. Après la mort de Paul Desjardins en (†1940), les Pères de St Edme, revenus des Etats Unis, achetèrent l'Abbaye et y créent un collège secondaire Franco Américain de (1947) à (1954). La période de (1954) à (1967) vit s'installer à Pontigny le siège de la Mission de France qui préparait les jeunes pour l'apostolat des zones urbaines et rurales les plus déchristianisées. Après leur départ, les bâtiments de l'abbaye sont rachetés à partir de (1968) par l'ADAPT, ligue pour l'adaptation du diminué physique au travail.

- L'Abbatiale aujourd'hui

Derrière le monument aux morts du village, le visiteur passe sous un portique du (XVIIIème siècle), au bout d'une longue allée de tilleuls, il découvre l'Abbatiale par le porche d'entrée voûté d'arrêtes datant de la 1ère étape de construction du style Roman. L'Abbatiale, Romane dans sa 1ère construction, présente une Nef voûtée d'ogives et des arcs boutants. La Nef et les bas côtés sont Romans, les Chapiteaux très simples avec un décor de feuilles de plantes Aquatiques, l'ensemble construit en pierre blanche reçoit et reflète la lumière par des vitraux à dessins géométriques blancs et verts. Les jeux de lumière et l'harmonie des proportions saisissent l'esprit et appellent à la méditation. Le Transept est la partie la plus ancienne de l'église. Très ample et très austère, il est l'exemple même du dépouillement de l'art Cistercien. Le Chevet plat datant de la 1ère construction fut remplacé au (XIIème siècle) par une Abside polygonale avec Déambulatoire et 11 Chapelles Rayonnantes, témoin de l'essor de l'ordre Cistercien à Pontigny. Des bâtiments conventuels d'origine il ne reste que le dortoir des frères Convers, une aile du Cloître datant du (XVIIème siècle), aucune trace ne subsiste du Cloître Médiéval, et 2 vasques des lavabos des moines, faisant partie de la propriété de l'ADAPT. Au (XVIIème siècle) et (XVIIIème siècle), furent rajoutées la clôture du Choeur, 100 stalles en boiserie sombre sculptée, 4 blasons en relief de la voûte et une belle grille autour du Sanctuaire et à la Croisée du Transept encadrant un Autel de marbre de l'époque. Dominant l'ensemble, on trouve la châsse de St Edme datant de la 2ème moitié du (XIXème siècle). L'ancienne châsse du (XVIème siècle) a été conservée.

Elle est la 2ème fille de Cîteaux, après la Ferté sur Grosne (1113) et avant Clairvaux et Morimond (1115) et des centaines d'autres en Europe et dans le Monde.

Haut de page