Retour



(Vaux de Cernay, communes d'Auffargis et Cernay-la-Ville dans le département des Yvelines, en France.)

- Ses Origines

L'Abbaye des Vaux de Cernay Fondée au début du (XIIème siècle), connut rapidement une grande prospérité et fut à l'origine d'autres abbayes, dont celle de Port Royal à quelques kilomètres. Elle fut dirigée par des Abbés de grande influence, amis et conseillers des Rois de France. Thibault de Marly, ami de St Louis, fût canonisé en St Thibault. Au (XVème siècle), l'abbaye subit des pillages de bandes armées et perd peu à peu de son lustre jusqu'à un abandon complet à la Révolution Française. En (1792), elle est vendue à un général qui fait sauter les bâtiments à la mine. Elle restera en ruines jusqu'à son rachat à la fin du (XIXème siècle) par la Baronne De Rothschild qui sauva ce qui reste de l'église et restaura une partie des constructions. Aujourd'hui le domaine abrite un hôtel et un restaurant de prestige dans le cadre d'un parc magnifique propice à de calmes promenades autour de l'étang. On peut encore y admirer la rosace de l'église et une partie de la nef ainsi que la salle des Moines du (XIIIème siècle) et sa voûte en Ogive.

- Fondation

L'abbaye des Vaux de Cernay fut fondée en (1118) par Simon, Seigneur de Neauphle, et sa femme Ève, qui donnèrent la terre du Val du Bric Essart aux moines de Savigny dans la Manche pour y construire une abbaye dédiée à la Vierge et à St Jean Baptiste. L’abbaye fut fondée à la limite entre les diocèses de Paris et de Chartres, ce qui lui apporta des donateurs très variés mais la plaça aussi dans une zone très conflictuelle.

La 1ère attestation de l’appelation Vaux de Cernay se trouve dans un acte de Louis VII daté de (1142) et seule la dédicace à Notre Dame semble avoir survécu, du moins dans les textes. En (1147), Savigny, avec toute sa congrégation, est intégrée à l’ordre Cistercien, dans la filiation de Clairvaux, les Vaux de Cernay deviennent donc la 1ère abbaye Cistercienne de l’actuel département des Yvelines. Le 6ème abbé fut le fameux Guy des Vaux de Cernay, prédicateur enflammé de la croisade des Albigeois, proche de Simon de Montfort qu’il suivra dans le Sud, et qui deviendra évêque de Carcassonne. Son neveu, Pierre, qui l’a accompagné dans certaines de ses descentes vers le Sud, est l’auteur de "l’Historia albigensis", témoignage important sur la croisade des Albigeois et sur les croisés eux mêmes. L’Abbatiat de St Thibaud de Marly (1235)-(1247), entré aux Vaux de Cernay en (1226) et membre de la branche cadette de la puissante famille des Montmorency, est généralement considéré comme l’âge d’or de l’abbaye, après des temps difficiles à la fin du (XIIème siècle), liés aux conflits entre les Rois de France et d’Angleterre, qui d’ailleurs cherchèrent tous 2 à prendre l’abbaye sous leur protection.

Les Abbés des Vaux de Cernay ont eu la charge de 2 abbayes, le Breuil Benoît, commune de Marcilly sur Eure, diocèse d'Evreux, abbaye masculine fondée en (1137), et le trésor, commune de Bus St Rémy, Eure, diocèse de Rouen, abbaye Féminine mise sous la responsabilité de l’abbé des Vaux de Cernay en (1237). Par ailleurs, ils étaient aussi en charge de la direction spirituelle des moniales de Port Royal, fille directe de Cîteaux mais située à proximité de l’abbaye, à Magny les Hameaux. L’abbaye disposait encore, comme quasiment toutes les grandes abbayes Franciliennes, d’une maison à Paris, rue du foin, anciennement rue des Moines de Cernay, près de la place des Vosges.

Au (XIVème siècle) la vie intellectuelle et matérielle de l'abbaye ralentit. Au (XVème siècle), après la Guerre de (100) Ans les bâtiments sont abandonnés. Au (XVIème siècle), vit l’arrivée du 1er Abbé Commendataire, le monastère comptait 22 moines. Se succédèrent à la tête de l’abbaye quelques personnages prestigieux, tels Henri de Bourbon de Verneuil, bâtard d’Henri IV, ou encore le Roi Casimir de Pologne. La galerie Sud et le cloître sont reconstruites. Et au (XVIIIème siècle), des travaux considérables sont entrepris. Après la Révolution Française, en (1791), les biens mobiliers et immobiliers de l'abbaye sont vendus.

L'abbaye eut à subir les ravages liés à la guerre de (100) Ans puis aux guerres de Religion. En (1791), les 12 derniers moines quittèrent l’abbaye, qui devint bien national l’année suivante et qui, comme beaucoup d’autres, fut en partie démolie et servit de carrière, jusqu’en (1873), date à laquelle le parc et les bâtiments furent rachetés par la Baronne Nathaniel de Rothschild, qui s’installa dans l’ancien bâtiment des Convers et restaura une partie du domaine. Racheté à nouveau à la fin des années (1980), l’abbaye est aujourd’hui un hôtel restaurant de luxe, réparti sur 3 sites, l’abbaye, l’hôtel des haras et la ferme des vallées, à Auffargis. Les bâtiments de l’abbaye ont été inscrits aux Monuments Historiques en (1926) et le site lui même en (1941).

- Patrimoine de Vaux

Le patrimoine des Vaux de Cernay se concentre autour de 2 pôles, l’abbaye elle même, dons en Ile de France, surtout dans les Yvelines, mais pas seulement, car on trouve des biens dans un arc de cercle allant par l’Ouest du Val d’Oise à la Seine et Marne, et l’actuel département de l’Eure et Loir, proche de l’abbaye. D’après Simone Lefèvre, l’abbaye disposa, dans le (Ier siècle) de son existence, de pas moins de 15 granges, granges dîmières ou cellier dans les actuels départements des Yvelines, de l’Essonne, de la Seine et Marne, St Robert commune de Cernay la Ville, Grange aux Moines commune de St Jean de Beauregard, cellier de Bruyères le Châtel, les Ébisoirs commune de Plaisir, St Nom la Bretêche, Bouligneau commune de St Fargeau Ponthierry, le Planet commune St Léger en Yvelines, issue d’un ancien ermitage, le Val St Germain, Longchêne commune Bullion, St Benoît commune d'Auffargis, la Loge Hodebert commune de le Perray, le Grand Crache entre les Molières et Limours, Blaru au Sud de la forêt de Bizy, Ithe commune de le Tremblay sur Mauldre, Provelu commune d'Ablis.

- Bienfaiteurs

Les 1ers et les plus importants donateurs de l’abbaye sont les membres des grandes familles des actuelles Yvelines, Montfort, Marly, et leurs parents Montmorency, Chevreuse, par ailleurs toutes liées entre elles par des liens de parenté, d’amitié ou encore par une même aspiration spirituelle vers les nouveaux ordres religieux, tels les Cisterciens, Port Royal a été fondée par Mathieu de Marly. Nombre des membres de ces familles ont participé à la 4ème Croisade puis à celle des Albigeois, et ont été de grands bienfaiteurs des abbayes Cisterciennes Franciliennes, à la tête desquelles se trouvaient certains de leurs proches, amis comme Guy des Vaux de Cernay ou parents comme Thibaud de Marly. Différents Rois de France ainsi que de grands personnages du royaume, Suger, Thibaud Comte de Blois, Sénéchal de France, ou Robert Comte de Dreux, à leurs côtés, on trouve tout l’éventail, classique, des donateurs aux établissements ecclésiastiques, du plus ou moins grand chevalier au plus humble, simplement désigné par l’endroit où il vit et qui donne quelques sous de rente.

- Chronologie


* 1118 : Fondation de l’Abbaye des Vaulx de Cernay par un groupe de moines venus de l’Abbaye de <Savigny, Manche.

* 1147 : Rattachement à l’ordre des Cisterciens. Le domaine convient à une vie en autarcie, l’eau est utilisée pour les boissons, pour la nourriture avec la pisciculture, pour l’assainissement et pour l’énergie avec le moulin.

* 1226-1247 : Abbatiat de Thibault de Marly et apogée du monastère.

* XIVème siècle : Ralentissement de la vie intellectuelle et matérielle. (XVème siècle), abandon des bâtiments après la guerre de (100) ans (XVIème siècle) tentatives de redressement. Reconstruction de la galerie sud, du cloître. (XVIIème siècle), réparation et entretien des bâtiments, renouveau spirituel. (XVIIIème siècle), travaux considérables au début de ce siècle, puis affaiblissement de l’abbaye par de lourdes charges.

* 1791 : Vente des biens mobiliers et immobiliers de l’abbaye.

* 1873 : Acquisition du parc et des bâtiments, utilisés depuis la révolution comme carrière, par la Baronne Nathaniel de Rothschild. Reconstitution du domaine.

* 1945 : Rachat par M.Amiot, constructeur d’avions Le domaine sert de bureaux de recherches pendant une trentaine d’années

* 1988 : Rachat par M. Savry. Le domaine est réaménagé en hôtel restaurant de qualité.

* 1989 : Après 6 mois de travaux, les Vaulx de Cernay entrent dans le groupe "Les Hôtels Particuliers".

Haut de page