Retour


- la Chartreuse de la Verne

- Présentation
* Culte : Catholique Romain.
* Type : Chartreuse.
* Rattachement : Diocèse de Fréjus-Toulon.
* Début de la construction : (XIIème siècle).
* Fin des travaux : (XVIIIème siècle) .
* Protection : Classé Monument Historique (1921), (1976).
.
- Géographie.
* Pays : France.
* Région : Provence Alpes Côte d'Azur.
* Département : Var.
* Ville : Collobrières.

- Historique

Certains historiens pensent que la Chartreuse a été construite sur les ruines d'un temple Païen dédié à la Déesse Laverna qui aurait précédé un autre dédié à Diane. C'est là l'une des explications qui ont été trouvées pour donner une origine plus ou moins réaliste à ce lieu. Pour d'autres chercheurs, Verna désignerait des esclaves d'origine Sarrasine que certaines communautés religieuses utilisaient sans vergogne. Bien entendu, pour les Chartreux, la signification est bien différente puisqu'originellement la Chartreuse était baptisée "Cartusia Mariae Vernae", ce dernier terme qualifiant la douceur du climat ambiant. Plus vraisemblablement, comme de nombreux établissements à travers le pays, le nom évoque son environnement. Ici la Verne viendrait en réalité du latin populaire "Vernium" qui désignait un Aulne. D'où la traduction N.D. des Aulnes ou de l'Aulnaie. En Provençal : Verno.

Le bourg Castral de Gibouel apparaît à 2 reprises dans les actes de délimitation du domaine de la Chartreuse de la Verne : en (1174) sous la forme "als casals de Geboel", en (1223) "ad Collam de Giboel". Plusieurs actes du Cartulaire de la Verne, tous datés entre (1204) et (1244), contiennent les donations faites à la chartreuse par la famille de Felgueriis et par d'autres Coseigneurs de Collobrières de terres et de droits situés "ad locum" ou "in territorio quod dicitur Felgueiras".

C’est vers (1170) que Pierre Isnard, évêque de Toulon et Frédol d’Anduze, évêque de Fréjus, décident de fonder un monastère sous le vocable de la Vierge et choisissent l’ordre des Chartreux déjà présent à Montrieux, dans le diocèse de Marseille. La 1ère église Romane fut consacrée le 3 Octobre (1174). Elle fut détruite par un incendie et reconstruite, mais fut pillée en (1416) par les Seigneurs de Bormes, qui s'approprièrent une grande partie des terres et enlevèrent le prieur et son économe, le monastère fut ensuite saccagé par les guerres de religion. La Chartreuse, occupée par les Huguenots en (1577), subit l'année suivante un siège très sévère à l'issue duquel les religieux durent remettre 300 écus au Cadet de Baudiment. Ce dernier s'empara alors de tous les plus beaux objets du culte, fit battre les moines et, pour faire bonne mesure, les chassa du couvent, les contraignant à s'enfuir, nus, dans la forêt.

Le 2 Novembre (1789), l'Assemblée Constituante décrétait la confiscation des biens de La Verne et l'inventaire des biens en Juin (1790) indiquait que la communauté se composait alors de 16 membres, 11 Pères et 5 Convers. De la période Romane, il reste très peu d’éléments : le mur Nord de l’église ainsi qu’une partie de l’Abside. La cloche d’origine du (XVIIème siècle) a été placée sur un socle dans le grand vestibule d’entrée de la mairie de Collobrières La cloche d'appel ou Tintenelle a, elle, été classée au titre des objets mobiliers, le 26 Juin (1982).

Les prieurs de La Verne, les Chartreuses qui n'ont pas le titre d'Abbaye, sont soumises à l'autorité d'un Prieur.
* Didier, évêque de Toulon, fut le 1er Prieur.
* Etienne, autre évêque de Toulon.
* Bertrand de Correns, Prieur en (1190).
* Joseph-Claude de Geoffroy, né à Draguignan le 14 Janvier (1730), Prieur de la Verne de (1775) à (1777).

Malgré sa situation à l'écart de tout, la Chartreuse n'a pas eu une vie facile. Elle fut incendiée en (1214), (1271) et (1318), elle subit de nombreux assauts destructeurs par des pillards, des Seigneurs alentours et aussi par les Sarrazins, sans oublier les guerres de Religions en (1577). Mais grâce aux Chartreux celle ci fut reconstruite et étendue jusqu'en (1789). Par la suite la Révolution Française entraîna la mise sous séquestre de tous les biens de la chartreuse en (1790) et les Chartreux furent contrait à l'exil en (1792). L'histoire religieuse de la Chartreuse, placée sous le vocable de la Vierge de N.D. de Clémence avait duré un peu plus de (X siècles).

- les Restaurations

La Chartreuse eut un grand rayonnement spirituel jusqu'à la Révolution. En (1790), tous les biens ont été mis sous séquestre, puis en (1792), après le départ des Chartreux, les bâtiments et terrains sont vendus comme biens Nationaux. Le 1er Mars (1961), le service des Eaux et Forêts devenait affectataire des lieux. Les bâtiments actuels sont essentiellement de la fin du (XVIIème siècle) et au (XVIIIème siècle). On employa pour cette restauration, notamment pour les parties monumentales, portails, frontons, arcatures, la Serpentine des Maures, pierre dure de couleur verte mettant en valeur les encadrements des ouvertures. Les ruines de l'ancienne Chartreuse de la Verne ont été classées au titre de la loi du 31 Décembre (1913) sur les monuments par décret du 18 Janvier (1921), et arrêté du 22 Octobre (1976). Le service des Eaux et Forêts, devenu propriétaire du site le 1er Mars (1961), contribua aux 1ers travaux d'entretien pour permettre l'hébergement de son personnel.

Une restauration, précédée d'une étude préalable d’ensemble, réalisée par Dominique Larpin architecte en chef des Monuments Historiques, puis un repérage précis, effectué d'une part par l'association des "Amis de la Verne" créée en Août (1968) et qui était devenue locataire le 15 Janvier (1968), et d'autre part du "Groupement "R.E.M.P.ART" de toutes les pierres découvertes dans les ruines environnantes, et enfin une maîtrise d'oeuvre réalisée par Francesco Flavigny architecte en chef des Monuments Historiques, ont permis une restauration, restitution et réutilisation de grande qualité. Compte tenu de la dégradation permanente de la piste forestière, le Conseil Général du Var a procédé à l'aménagement du revêtement de la route facilitant l'accès au site dans de bonnes conditions de sécurité.

- Retour de la vie Monastique

Depuis (1983), l’ancienne Chartreuse abrite une communauté de moniales de Bethléem, qui lui a permis de retrouver sa vocation monastique, tout en maintenant le monument ouvert au public. L'ancien Maître Autel de la Chartreuse de la Verne se trouve dans la Chartreuse de Montrieux

- la Visite

Dès votre arrivée profitez déjà de la nature sur les 500 mètres qui séparent le parking de la chartreuse et admirez un magnifique panorama sur l'ensemble du bâtiment. Avant d'entrer dans la chartreuse, vous vous trouverez en face d'un grand mur qui marque la séparation entre la vie du monde et celle consacrée exclusivement à Dieu. Allez observer la porte monumentale en pierre de serpentine sur votre droite. L'entrée se trouvera à votre gauche au pied d'une tour d'angle :

* la Porterie : Salle d'accueil qui abrite la caisse et la boutique d'artisanat se trouve dans la Porterie qui servait à l'époque de stockage pour les légumes, fruits et diverses réserves. A partie de là la visite est balisée en 10 points qui vous améneront à la découverte d'une partie de la chartreuse de le Verne.

* la Grange : En prolongement de la Porterie se trouve la Grange qui est une des salles les plus hautes de l'édifice. Très sèche, elle permettait de conserver les produits craignant l'humidité. La fenêtre du fond vous donne une très belle vue sur l'église Romane.

* la Boulangerie : En descendant vous vous trouverez dans la Boulangerie avec son très grand four à pain.

* la Chapelle de l'Adoration : Aménagée dans les anciennes Souillardes, c'est un espace de recueillement et de prières pour tous les visiteurs.

* l'Huilerie : C'est ici qu'on faisait l'huile d'olive comme en témoigne les vestiges d'une ancienne presse, le pressoir à Olives, les meules, et des bancs pour ecouter le conférencier de la Verne.

* les Remparts : sur le peron de l'Huilerie, descendez dans le long des remparts pour la suite de la visite. Outre l'architecture des remparts, profitez également d'une magnifique vue sur le massif des Maures. * le Petit Cloître : Non accessible vous pourrez le voir derrière une baie vitrée en vous rendant à l'église Romane.

* l'Eglise Romane : Vous pourrez l'admirer depuis une mezzanine qui donne une vue plongeante sur l'église. Ici point de photo et le silence, c'est un espace de culte où une moniale est toujours en prières.

* Chapelles latérales du : c'est un passage obligé pour vous rendre vers la fenêtre du fond, seul endroit pour admirer le Grand Cloître de solitude. Coeur du monastère, autour de sa galerie de 90 mètres s'ouvre les cellules des Moniales. Au Rez de chaussée, une exposition de photos sur la rénovation de la chartreuse et des ordres, est visible.

* la Cellule : Un petit couloir vous amène ensuite à cette cellule composée de la pièce de l'Ave Maria, d'un promenoir, d'une chambre "cubiculum", d'un atelier et d'un petit jardin.

* le Cellier : C'est une très belle pièce voûtée et pavée. Vous y voyez un "Christ à figure de Moine", et à droite la "Vierge de l'Aude". Un escalier très étroit vous ramènera par la suite à l'accueil où vous êtes arrivé.

Haut de page