retour
Glossaire
Photos

(Locmélar est située dans le Nord Finistère, entre Morlaix et Brest).

- Historique

Située entre les Monts d'Arrée et l'Elorn, la petite commune de Locmélar est au coeur du "Pays des Enclos et des Monts d'Arrée". Elle associe les 3 atouts touristiques du pays Chelgen. Un "Enclos Paroissial" des (XVIème siècle) et (XVIIème siècles), moins connu, moins ostentatoire que les plus célèbres, mais plus authentique. L'enclos paroissial est modeste par la taille. La porte du cimetière est réduite à 2 piliers surmontés d'un élément sculpté et l'ossuaire manque depuis sa démolition en (1920). D'abord simple chapelle, Locmélar devint trève de Sizun en (1612). Cependant, le cimetière occupe toujours l'espace autour de l'église. A part l'ossuaire, tous les éléments d'un enclos sont là. Sa situation dominant la vallée de l'Elorn lui donne un cadre grandiose. L'église est très équilibrée, en forme de Rectangle prolongé d'un chevet de type Beaumanoir à 3 pans. Elle est comme un petit reliquaire construit pour abriter les restes de son Saint Patron.

- L'église

La partie la plus ancienne de l'église actuelle est le clocher. Daté de (1589), il comprend à sa base un porche avec 12 niches vides. L'entablement au dessus du porche est supporté par 2 colonnes cannelées. Une niche au centre contient une statue du Christ. Les armoiries des Rohan rappellent la prééminence de la famille sur le territoire de Locmélar. Une galerie à balustrade cantonnée par 4 lanternons d'angle entoure la chambre des cloches. Sur le flan Sud, un escalier à vis monte par une tourelle couverte d'un dôme et d'un lanternon. Le chevet est composé de 3 pans couronnés de lanternons.

- l'Enclos de Locmélar

Au Sud, une porte monumentale de (1649) à l'encadrement de kersanton est surmontée d'un fronton triangulaire. Le porche est vraisemblablement inspiré par celui de St Houardon à Landerneau. Il date de (1664). La polychromie d'origine est en grande partie visible. A l'Est, la sacristie est remarquable par une toiture en forme de carène renversée.

- Le Calvaire

Il date du (XVIème siècle), il a été restauré en (1925) par Donnart de Landerneau. Le calvaire est attribué au Maître de Plougastel. L'ensemble est en kersanton à l'exception du fût et du socle en granite. Sur le 1er croisillon, on peut voir, côté Est, le Christ entouré de St Pierre et d'une autre statue. Côté Ouest, la Vierge portant le Christ est entouré de St Jean. Sur le 2ème croisillon, le Christ Crucifié est entouré de 2 Cavaliers. On y trouve aussi les gibets des Larrons. Sous la croix, côté Ouest, 2 anges portent un calice qui recueille le sang du Christ, l'Ossuaire a été démoli en (1920).

- L'Eglise

L'Edifice date du (XVIème siècle)-(XVIIème siècle). Le clocher date de (1589). La porte Occidentale date de (1577). Le porche Sud date de (1664), il abrite une statue en kersanton représentant St Jean. Le choeur et les transepts de l'édifice sont meublés de retables du (XVIIème siècle). Ils sont meublés de panneaux polychromes sculptés dans l'esprit Baroque de la 2ème moitié du (XVIIème siècle).

La cuve Baptismale date de (1612). Le baldaquin, soutenu par 6 colonnes, est surmonté d'une statue de St Michel terrassant le Dragon et entouré des statues représentants les 6 Vertus. Ils portent l'inscription "anno domini (1612) S. Melar" c'est la date à laquelle Locmélar fut érigée en trève de Sizun. La Chaire à prêcher, date du (XVIIème siècle), la polychromie a été restaurée en (2004). les Lambris du choeur et du transept présentent l'originalité de la présence de Chérubins potelés sur un fond d'azur et d'étoiles dorées. Ils ont été peints en (1715). 9 panneaux en bas relief représentent contre le mur Nord les principales scènes de la Passion.

les Bannières de Locmélar, sont 2 bannières classées du (XVIème siècle) et du (XVIIème siècle). La plus ancienne en velours rouge de Gênes représente St Pierre sur une face et une Crucifixion sur l'autre. Celle du (XVIIème siècle) est ornée des mêmes scènes.

- les Retables

Le retable du Maître Autel, renferme les scènes de la Passion. Le tableau Central raconte la mort de Mélar, décapité par Kerioltan. En haut, une niche abrite la statue d'un Christ, entourée d'anges et surmontée du Père Eternel. La niche latérale Gauche abrite Mélar et la niche latérale Droite abrite une Vierge à l'Enfant. Le retable de l'Assomption, occupe le transept Nord. Le tableau Central représente un tombeau entouré des 12 Apôtres et surmonté de la Vierge Marie entourée d'angelots.
Le retable de St Hervé, occupe le transept Sud. Le tableau Central représente St Hervé, aveugle, conduit par son guide Guic'haran et accompagné par un Loup. Le tableau est surmonté du Père Eternel.

- La légende de Saint Mélar

D'après d'anciennes légendes, Méliau, ou Miliau, Roi de Domnonée, père de Mélar fut assassiné en (792) par son frère Rivod. Pour être sûr de devenir Roi, il devait faire disparaître le jeune Prince. Il tente d'abord de le faire empoisonner. Ensuite, des envoyés chargés de le tuer se contentent de le mutiler en lui coupant la main droite et le pied gauche. C'est alors que se passe le fameux miracle où on fit à Mélar un pied de bronze et une main d'argent dont il se servait comme "si c'eussent esté ses membres naturels" et qui "l'un et l'autre croissaient, à mesure que les autres parties de son corps croissaient aussi".

- Kersanton

La Kersantite est une roche basique éruptive de teinte sombre, à grain fin, sans quartz, définie au hameau de Kersanton, en presqu'île de Plougastel, Finistère.

Haut de page