retour
Glossaire
Photos

(Saint Servais, département du Finistère, arrondissement de Morlaix, canton de Landivisiau).

- Historique

St Servais vient de St Servais, l'un des Saints de glace, évêque de Tongres, ville importante sous les Romains au (IVème siècle). En Cornouaille, on l'appelle St Gelvest et on l'invoque pour préserver les récoltes de la gelée. St Servais meurt en l'an (†384). St Servais est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plounéventer. A l'origine ce n'est qu'une simple chapelle dépendant de la seigneurie de Leslem, St Servais devient trève de Plounéventer en (1587) et commune indépendante en (1792). Elle dépend de l'évêché de Léon. On trouve les appellations suivantes, Sainct Servaix en (1609), Saint Serves en (1640).

Nota : en St Servais se trouve la lande de Lan ar Poanniou, où les Occismiens auraient été battus et massacrés par une peuplade d'idolâtres, d'après La Borderie, ce massacre a pu avoir lieu lors des invasions de la Bretagne par les Normands, peut être lors de la grande inondation des Normands de la Loire, de (919) à (921). A noter que des fouilles opérées vers (1828) à Plounéventer, aux abords des hameaux de Kerilien, Coatalec, Kergroas, Cosporziou, par Miorcec de Kerdanet semble placée à cet endroit la cité d'Occisinor.

- l'Eglise de St Servais

Elle a été construite au (XVIIème siècle) sur les ruines d'une ancienne chapelle datée du (XIIIème siècle) et fondée par la famille Duschastel. Précédée du clocher, elle comporte 4 travées et se termine par un chevet à 3 pans daté de (1688). L'église est agrandie en (1698) sur les plans de Pierre Prigent, de Sizun et a été remaniée en (1707). Le clocher qui date en partie de (1610) s'élève à près de 36 mètres. Le portail Ouest porte la date de (1678). Le chevet date de (1688). Le clocher, à 2 étages de cloches et 2 galeries, porte la date de (1678), une cloche porte l'inscription "1785 J. F. Guillaume ma fait". L'abside porte la date de (1688). La porte de la sacristie, édifiée par Christophe et Joseph Kerandel, date de (1697)-(1699).


* Le retable du choeur, oeuvre de Louis Magado, sculpteur à Guissény, date de (1760), il est terminé en (1791) par les frères Jean et François Bourhis de Ploudaniel. Le soubassement du maître autel comporte un panneau central du peintre Yan Dargent représentant le Christ en majesté. Les vitraux, situés derrière l'autel, représentent du côté Nord, St Luc, St Jean, St Pierre, et du côté Sud, St Mathieu, St Marc, St Paul. A gauche du maître autel se trouve une statue de St Servais portant une clé.

* Le panneau d'indulgences en Breton date de (1679). Les toiles intitulées "Légende de Salaün ar Foll", "Christ enseignant" et "Vierge du Rosaire" sont des oeuvres de Yan Dargent.

* La Vierge à l'Enfant, en bois polychrome, date du (XVIème siècle). La toile intitulée Sacré Coeur, oeuvre de Félix Barret, date du (XIXème siècle). 4 autres tableaux proviennent du monastère de Kerbénéat en Plounéventer.

* La croix processionnelle, en argent, date du (XVIIème siècle). L'église abrite les statues anciennes de St Servais, St Jean Baptiste et la Vierge Mère.

* Le grand tableau 280x600, situé au fond de l'église et provenant de l'Ossuaire, représente la légende de "Salaün ar Foll" - St patron du Folgoët" et il est l'oeuvre du peintre Yan Dargent.

* Le retable de la Vierge situé à droite, du côté de l'épître. Il comporte une toile de Yan Dargent la Vierge au Rosaire.

* Le retable de St Joseph, situé à gauche, du côté Evangile. Il comporte une toile qui, semble-t-il, est de Yan Dargent.

* Une porte de style Renaissance, abondamment sculptée, donne accès à la sacristie. Une autre porte polychrome, sculptée par un artiste local, située côté Nord de l'Eglise, est historiée, un des panneaux, situé à Droite, illustre la guerre et la paix, et un des panneaux, situé à gauche, illustre l'Inquisition.

* La chaire à prêcher attribuée à Yvon Kervella, date de (1666), et comporte 4 panneaux dorés, sculptés, représentant l'Annonciation, la Naissance de Jésus Christ, l'Assomption et David et Nathan.

* La cuve des fonts baptismaux porte la date de (1678) et l'inscription "Qui credit baptistatus salvus erit", le baldaquin à dôme, abondamment sculpté et porté par 6 colonnes cannelées, date de (1679), est l'oeuvre des charpentiers Yves Le Duff, Christophe Le Liorzou et Etienne Prigent.

* Le Calvaire (XVIIème siècle) (1630) Une Pietà de Kersanton, taillée par Roland Doré, se trouve à la base du fût de la croix.

* L'Ossuaire de l’"Enclos Paroissial" (1643)-(1870), aujourd'hui transformé en chapelle. De plan rectangulaire, il renferme de belles fresques dues à Yan Dargent ou d'Argent, natif de St Servais (1829)-(1899). Il s'agit d'une peinture à l'huile comportant 3 panneaux et intitulée, la prière et l'aumône soulageant la peine des âmes, "Ar peden Hag an aluzen a denn an eneou a boan", située en face de la porte, mur latéral Ouest et datée de (1870). Le panneau de gauche représente des femmes en prière, le panneau central représente une femme ailée et vêtue tout de blanc, le panneau de droite représente une femme donnant l'aumône. Il s'agit d'un "Ecce Homo", le Christ présenté à la foule, situé au mur opposé, mur latéral Est. Il s'agit d'un tableau intitulée la Ste Famille.

* La maîtresse vitre de l'ossuaire, située côté Nord, abrite les statues de Joseph et de la Vierge à l'Enfant. Ce vitrail, dessiné par Yan Dargent, fut réalisé par le maître verrier de Morlaix, M.Nicolas (1816)-(1899).

* A droite de l'autel se trouve une logette murale qui contient depuis (1907) le chef de Yan Dargent.

* A noter que la tombe de Yan Dargent se trouve dans le cimetière de St Servais et à gauche de l'entrée de l'Ossuaire.

Haut de page