Retour

Glossaire - Biographies
N.Dame - Evêques
Photos

(Arras chef lieu du département du Pas de Calais, sur la Scarpe.)

- Historique du Palais St Vaast

Au (VIème siècle), un homme pieux, nommé Vaast ou en latin Védastus, Vedastes, apôtre des Atrébates, contemporain de Clovis et de St Rémi, il aurait tenu la couronne dans la basilique de Reims pendant le baptême de Clovis. Il reçut mission de devenir "Catéchiste du chef des Francs, Clovis". Celui ci devint, par sa conversion le 1er Roi de France. Puis Vaast se rendit sur le site de Nemetacum, ancienne cité Romaine, le plus ancien quartier d'Arras, appelé Cité, et convertit la population au Christianisme, il trouva la ville et l'église dans un abandon presque total. C'est par St Rémi qu'il fut sacré évêque d'Arras. Les animaux tiennent une grande place dans sa légende, il était en train de nettoyer l'intérieur de l'église, quand des habitants de la ville vinrent demander son aide, un ours s'en prenait aux gens et au bétail, il aurait ordonné à l'animal de quitter les lieux, au nom de Dieu, docilement l'ours sauvage lui obéit et on ne le revit plus jamais. Il aurait guéri, en prenant possession de son évêché un aveugle et un boiteux, il ressuscite une oie dévorée par un loup. Pour remercier Dieu de son aide, St Vaast, avec l'aide de ses disciples, restaura l'église et vint tous les jours prier dans une chapelle qu'il fit édifier à l'endroit où le miracle s'était produit. Une colonne de feu descendant du ciel lui révêla que sa fin approchait, il mourut en (†540) et fut enterré dans l'église. St Aubert, évêque de Cambrai Arras, transfère en ces lieux, sur les bords du Crinchon, les reliques de St Vaast, 1er évêque d'Arras (540). Telle est l'origine de l'abbaye bénédictine St Vaast qui ne cessera d'étendre son rayonnement jusqu'à la Révolution.

- Construction

Cet édifice, de style Classique, unique en France par ses dimensions, fait partie de l’ensemble de l’Abbaye, devenue aujourd’hui le "Musée des Beaux Arts". Sa luminosité intérieure donnée par les vastes fenêtres hautes et renforcée par l’éclatante blancheur des murs, étonne toujours le visiteur. Dieu n’est il pas "Lumière du Monde". Le regard, spontanément attiré vers le haut de la nef, semble vouloir chercher Dieu dans les hauteurs des voûtes. L'ensemble architectural que la Cathédrale forme avec le palais St Vaast est l'un des plus grandioses qu'ait réalisé l'architecture Monastique du (XVIIIème siècle). Elle forme un tout Avec le Palais St Vaast, qui la jouxte au Sud. C'est même le seul ensemble Bénédictin complet du (XVIIIème siècle) qui existe en France.

L'Eglise Abbatiale St Vaast est commencée vers (1750), lorsque les moines ont décidé de reconstruire leur abbaye existant depuis le (IXème siècle). Peu satisfaits du plan initial, ils demandent, à Contant d’Ivry, architecte du Roi, de leur proposer un nouveau projet pour une église lumineuse et dans un style digne du siècle des lumières. Contant d’Ivry transfère sur Arras en le réduisant, le plan de La Madeleine qu’il n’a pu réaliser. Il reprend le plan primitif, et, selon le goût de l'époque Classique, donne à l'édifice l'apparence d'un temple Antique. L'ensemble est grandiose, majestueux et admirablement proportionné, il donne une impression de noblesse, d'équilibre et de majesté sereine, rayonnant de lumière. La longueur de l'édifice est de 112 mètres, la largeur est de 24 mètres dans la Nef est de 56 mètres au Transept. Sa hauteur est de 32 mètres sous la Voûte, et de 38 mètres sous la Coupole de la Croisée du Transept. Il conçoit un édifice avec architrave sur colonnes surmonté d’un attique. De grandes voûtes reposent sur des arcs doubleaux s’appuyant sur les pilastres du mur de l’attique. Le plan rappelle celui des Basiliques Paléochrétiennes, grande nef de 5 travées avec collatéraux, un transept de 58 mètres de long avec Collatéral, un Choeur aussi vaste que la Nef, entouré d’un Déambulatoire de même largeur que les collatéraux, des Chapelles Rayonnantes autour du rond point et une Chapelle Axiale dédiée à la Vierge Marie.

A l'extérieur, les arcs boutants, retenant la poussée des grandes voûtes, rappellent un petit caractère Gothique. La façade Occidentale, à 3 entrées, présente son élévation au dessus d’un grand parvis accessible par 48 marches. L‘abside est flanquée de la base d’une tour qui ne fut jamais réalisée, on accède de ce côté de plain pied au Déambulatoire. L’origine Monastique de cet édifice lui donne un caractère inhabituel pour une Cathédrale et intrigue tous les visiteurs frappés par son volume et sa luminosité.

La Cathédrale N.D.de l’Assomption et de St Vaast est d’abord une église Abbatiale, avant de devenir Cathédrale sur la décision de Napoléon en (1804). La cathédrale Gothique du (XIIème siècle), vendue comme bien National, a été en effet très endommagée par les spéculateurs qui en ont vendu les matériaux les plus nobles. L’Empereur décide de la faire raser et de donner à Mgr de la Tour d’Auvergne l’église de St Vaast, de mêmes dimensions, pour en faire sa Cathédrale.

Pendant la guerre de (1914)-(1918), la Cathédrale est aux 3 quarts ruinée, en (1920) commence la restauration. Le 13 Mai (1934), elle est solennellement rendue au culte. Le 19 Mai (1944), au cours de la 2ème guerre mondiale, une bombe endommage de nouveau la Cathédrale. Comme beaucoup de Cathédrales, celle d'Arras n'est pas terminée. Il lui manque, au dessus de la chapelle de l'abside, l'imposant clocher primitivement dessiné.

Haut de page