Retour

Glossaire - Biographies
Chronologie - Orgues - Evéques
Ste Marie - Stalles - Vitraux

(Auch, chef lieu du département du Gers, sur le Gers, Midi-Pyrénées, France.)

- Cathédrale Ste Marie

Au temps des fameux Auscii, qui sont à l'origine du Toponyme, Auch, rien n'ornait cette colline, car la cité, à l'image de beaucoup d'autres, et pour des raisons pratiques, s'était plutôt développée autour de l'eau et donc aux bords du Gers. Quand les contrées furent quasiment toutes Romanisées et Christianisées, une 1ère chapelle a vu le jour sur les rives du Gers à la fin du (VIème siècle). D'autres édifices religieux comme le prieuré de St Orens ont poussé autour du fleuve. Suite à la destruction de la ville d'Eauze en (840), Auch devient ce qu'on appelle une, métropole religieuse. On y battit alors, sur la fameuse colline, à l'Ouest du fleuve, une simple chapelle dédiée à Marie qui sera remplacée par une 1ère Cathédrale au (XIème siècle). Le climat capricieux, les guerres internes ont mis fin à cette 1ère Cathédrale et d'autres édifices qui ont pu lui succéder. C'est après la guerre de (100) ans qu'on envisage la construction d'une Cathédrale Majestueuse

C'est l'une des Cathédrales les plus récentes de France, mais aussi l'une des plus vastes et des plus riches, plus de 100 mètres de long et 40 mètres de large, et dont les plafonds oscillent entre 14 mètres et 26 mètres de haut au niveau de ses voûtes. 2 tours d'une hauteur de 44 mètres encadrent la superbe façade Renaissance. Commencée en (1489). La 1ère pierre est posée le 4 Juillet (1489) et le dernier coup de marteau du sculpteur du décor de la façade Ouest, François Auxion, achève en totalité la construction de l'édifice quasiment (II siècles) plus tard, à la fin du (XVIIème siècle). La Cathédrale Ste Marie d'Auch fut de tout temps dédiée à la Ste Vierge. Commencée à l'instigation de François de Savoie, sur les ruines de la Cathédrale Romane, St Austinde, elle fut consacrée le 12 Février (1548). Elle est de style Ogival Flamboyant, fortement influencé par la Renaissance. C'est ainsi que la base Gothique du monument à évolué vers le style plus classique des débuts de la Renaissance.

Elle fut complétée fin du (XVIIème siècle), par une façade et un porche d'ordre Corinthien. Malgré sa consécration de (1548), beaucoup de choses ne sont pas terminées et n'attendent que d'être ajoutées au décor. Par exemple, les 3 voûtes de la nef ne seront terminées qu'alentour de (1630), les 3 porches de l'entrée en (1568) et les 2 tours en (1665). Elle comprend un ensemble de 21 Chapelles. Elle est surtout remarquable par une série de 18 verrières, oeuvres d'Arnaud de Moles, et par les boiseries du choeur dont les 113 stalles, d'auteurs inconnus, ensemble iconographique incomparable, avec plus de 1.500 personnages sculptés dans le chêne, qui continuent la suite des scènes Bibliques commencée sur les verrières. Enfin, le chemin de St Jacques de Compostelle dit "Chemin d'Arles" ou "Via Aegidiana" passe par Auch. La Cathédrale est un site majeur sur cette voie, elle possède 2 Orgues. Le Grand Orgue, considéré comme l'un des plus beaux de France, est l'Orgue de Jean de Joyeuse. Il est situé à l'extrémité Ouest de la Nef Centrale.

- Vitraux d'Arnaud de Moles

Les vitraux furent réalisés entre (1507) et (1513), cette date figure sur le dernier vitrail, avec la signature du maître verrier Arnaud de Moles bien qu'encore imprégnés de l'art du Moyen Age, ils participent de la Renaissance et sont considérés comme les plus beaux de cette période, merveilles de luminosité, sont réparties dans 10 Chapelles, elles proposent une vision du monde, de la création à la résurrection de Jésus Christ et commentent le thème dans le parallélisme incessant entre l’"Ancien et le Nouveau Testaments". Les verrières sont présentes dans toutes les chapelles du Déambulatoire à l'exception de la chapelle du St Sépulcre, alors adossée à l'archevêché. Après 3 vitraux historiés, placés au commencement, au centre et à la fin du parcours, représentant respectivement la Création et le Péché, la Croix du Christ, et la Résurrection, les autres présentent des personnages "Bibliques, Patriarches, Prophètes, Apôtres", auxquels viennent s'ajouter des personnages issus de la "Mythologie Gréco Romaine les Sibylles".

Les vitraux s'organisent le plus souvent en 3 ou 4 partie avec au niveau de l'arc, la représentation d'un monde Paradisiaque. Arnaut de Moles, comme ses contemporains de la fin de l'époque Médiévale, a été l'un des précurseurs de la représentation de Dieu le Père sous des traits humains, alors que la religion l'interdisait. Il met en scène un Vieil Homme à chevelure et barbe blanche, probablement pour en illustrer l'âge infini et la Sagesse, donnant la bénédiction. Ses vitraux sont parsemés d'anges. Ces derniers sont très à la mode dans les vitraux de l'époque, ils sont le symbole de la liaison entre les Hommes et Dieu. Les fleurs de lys servent de motif de remplissage. Mais dans une des verrières, une unique fleur de Lys, flamboyante, dans la Chapelle Axiale. Les couleurs de cette verrière sont un effet voulu puisqu'on l'apercevait de l'entrée de la Cathédrale.

Certaines des réalisations du maître sont des verrières historiées racontant des scène Biblique. Ainsi, le visiteur peut découvrir le Péché Originel, la Crucifixion, les Apparitions de l'Ascension. Ces verrières mettent en scène dans leur diverse parties plusieurs moments de l'histoire. Prenons par exemple le vitrail représentant Adam et Eve, sont présents tous les détails du Péché Originel, l'arbre de Vérité, la Pomme, le Serpent et Adam et Eve camouflant leur Nudité. On voit tout autour fleurir des saynètes complémentaires, Adam et Eve chassés du Paradis Terrestre, Adam et Eve qui travaillent et Cain qui tue Abel, qui sont des conséquences directes du Péché Originel. Les petites saynètes complémentaires fleurissent sur la plupart des vitraux.

Mais les scènes supplémentaires n'y sont pas toujours. Dans le vitrail représentant la Crucifixion du Christ, l'image reste statique ne montrant que la Gloire et la Souffrance du Christ. Certaines verrières s'attardent à représenter les Patriarches et les Prophète comme la 6ème verrière, représentant Moïse, qui lui est à la fois Patriarche et Prophète et que l'on reconnaît au visage rayonnant après la remise des 10 commandements, comme le veut la tradition. Se joignent à tout ça les Sybilles, les Anges, les Apôtres.

Son style et à la fois un style unique et emprunté. Influencé par la Renaissance Italienne avec les forme à l'antique, les arc, les multiples colonnes, les paysages rocheux, les chapeaux sur la tête des personnages, et le souci du détail, ses créations sont contemporaine. Il garde également une optique Médiévale et Gothique avec le côté, magique, de ses représentations. En ce qui concerne le réalisme des visages, c'est l'art verrier Nordique, des Flandres notamment, qui ressort ici. D'autres styles l'ont inspiré, la gravure, l'enluminure, notamment pour les Sybilles, mais aussi les mystères ! Les mystères étaient des représentations théâtrales sur de grands Thèmes Religieux données sur le parvis des cathédrale. Cet art très contemporain à Arnaut de Moles, l'aura surement influencé dans le côté vivant qu'il a donné à son oeuvre.

La dédicace de la dernière verrière au bas de laquelle est écrit, Le 25 Juin (1513) "furent achevées les présentes verrières, en l'honneur de Dieu et de Notre Dame".

- Choeur

Le choeur est entièrement clôturé par le Retable Monumental de Pierre Souffron II à l'Est, et par les stalles sur les 3 autres côtés. Les stalles sont au nombre de 115. Elles sont en Coeur de Chêne, longtemps resté immergé dans l'eau. Si l'origine des travaux est estimée aux alentours de (1510), étalés sur plus de 40 ans, on ignore totalement le nom des auteurs, si ce n'est le dernier, chargé des derniers aménagements, en (1552)-(1554), le sculpteur Toulousain Dominique Bertin. Les stalles présentent une exceptionnelle richesse d'ornementation, pas moins de 1.500 motifs différents, représentations "Bibliques, vies des Saints, Mythologie, Faune et Flore, Bestiaire fantastique", mêlant donc la ferveur mystique du Moyen Age et l'Eclectisme Humaniste de la Renaissance.

La Cathédrale est pourvue de 2 Orgues d'époques différentes, le grand Orgue de Jean de Joyeuse, date de la fin du (XVIIème siècle), l'autre, d'Aristide Cavaillé Coll, est d'époque Romantique. Le Chapitre de la Cathédrale suivit pendant (V siècles) la règle de St Augustin jusqu'à sa sécularisation en (1548). 25 Chanoines le composèrent jusqu'en (1331), réduit à 20 à cette date, tous Nobles, et 4 Laïcs, dit Chanoines Honoraires, le Comte d'Armagnac ou le Roi de France, son successeur et héritier, les Barons de Montaut, de Montesquiou et de l'Isle.

- le Personnel au XXe siècle

La cathédrale Ste Marie d'Auch est élevée au rang de Basilique Mineure dans les années (1920). Le 6 Février (2005), Mgr Maurice Gardès, Archevêque d' est ordonné Evêque sous ses voûtes, en présence du Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, Primat des Gaules, par Mgr Émile Marcus, archevêque de Toulouse. Mgr Maurice Gardès succède à Mgr Maurice Fréchard, nommé archevêque recteur du Sacré Coeur de Montmartre. Les titres attachés au siège Auscitain sont les suivants:

* Archevêque d'Auch.
* Evêque de Condom, Lectoure et Lombez.
* Primat de Novempopulanie et des 2 Navarres, honorifique, n'est plus porté depuis les années (1960)-(1970). Mais la Cathédrale Ste Marie porte le titre de Primatiale.
* Jusqu'en (2002), l'Archevêque d'Auch était Métropolitain des Diocèses de Tarbes, Lourdes, Bayonne, Aire sur l'Adour et Dax.

Haut de page