Retour

Glossaire - Biographies
Page suivante
Chronologie - Evêques
Photos - Vitraux

(Chalons-en-Champagne, chef lieu de la région Champagne Ardennes, et du département de la Marne (51), sur la Marne.)

- Historique

Châlons en Champagne, autrefois Châlons sur Marne, est le siège d'un diocèse couvrant la partie Sud du département de la Marne, la partie Nord relevant de l'Archidiocèse de Reims. Il s'agit d'un des plus anciens diocèses de France puisque son évêque était présent au concile de Sardique en (344). Le 1er évêque de la cité des Catalaunes serait St Memmie, duquel une légende tardive fait un envoyé de St Pierre, implanta dès le début du (IVème siècle) sa cathédrale au coeur de la cité. Elle fut incendiée en (963), lors de la prise de la ville par le Comte de Champagne Herbert II. Une nouvelle cathédrale fut rebâtie, elle se situe dans l'ancienne cité Gallo Romaine, de petite dimension et de forme Ovale, elle jouxte d'ailleurs l'une des 2 voies qui se croisaient, "cardo et decumanus", la rue de Marne. Elle était entourée d'un quartier Cathédral comportant plusieurs églises, 2 collégiales, St Nicolas, supprimée aux (XIIIème siècle) et la Trinité, détruite à la Révolution, le cloître des chanoines au Nord, l'évêché à l'Ouest.

Ici, en (1115), St Bernard reçut l'ordination des mains de son ami évêque de Châlons, Guillaume de Champeaux. Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV s'y maria avec la princesse Palatine, Charlotte Élisabeth de Bavière le 19 Novembre (1671). Début de la construction (XIIème siècle), Fin des travaux (XVIIème siècle) et dédié à St Etienne. Ce chantier connut au moins 3 incendies en (1138)-(1230), n’en subsistent que la tour Nord et la crypte, de style Roman. Le portail Nord et 7 travées des nefs, en style Gothique, datent de la fin du (XIIIème siècle), les chapelles Absidiales du (XIVème siècle). Au (XVIIème siècle), 2 travées furent ajoutées dans la nef à l’identique aux 7 existantes et le Grand Portail fut élevé dans le style Renaissance, et en (1462). Commencée en style Roman et poursuivie en Gothique, elle fut entièrement remaniée après l'incendie de (1230) en style Gothique. Le style classique se retrouve également sur la façade principale, élevée entre (1628) et (1634) par l'architecte Claude Monnart.

Le 8 mars (1680), Louis XIV entrant dans la cathédrale se serait exclamé : "C’est la plus belle chapelle de mon royaume."

- Description

Le monument présente des parties Romanes du (XIIème siècle), crypte, tour du bras Nord du transept dont le rez de chaussée abrite une rare verrière Romane, mais fut reconstruit en style Gothique Rayonnant. L'abside, le transept et 3 travées de la nef étaient achevés en (1261). Les chapelles rayonnantes et le déambulatoire furent ajoutés entre (1280) et (1310) leur ajout a nécessité le percement des murs de l'abside vitrée afin d'ouvrir le choeur sur le déambulatoire. L'aspect irrégulier des 4 piliers n'a été corrigé qu'au (XVIIème siècle) lors de leur reprise en sous oeuvre. La nef fut continuée à la fin du (XVème siècle) et au début du (XVIème siècle). Entre (1628) et (1634), on éleva la façade Occidentale, en style Baroque, ainsi que les2 travées voisines. Cependant, la conception primitive de la nef fut conservée à travers les siècles par les constructeurs successifs, qui ont voulu lui préserver son unité. La tour Nord portait une flèche de bois et de plomb construite au (XVIème siècle), au moins 80 mètres. Elle reçut la foudre en (1668), brûla et tomba sur l'abside en défonçant la voûte qui dût être refaite. Les 2 tiers de la crypte furent alors remblayés pour servir d'assise à la reprise des piliers. On construisit à la fin du (XVIIème siècle) 2 flèches d'un style mêlant Gothique et Baroque. Mal aimées au (XIXème siècle) et taxées de pâtisserie ces flèches gracieuses et originales furent sacrifiées au nom de l'unité de style. Depuis la cathédrale n'a plus de flèche.

L'édifice a conservé une remarquable parure de vitraux. Dans le bas côté Sud se trouve une intéressante série de vitraux de la fin du (XVème siècle) et du début du (XVIème siècle). Ceux de l'autre bas côté ont été faits au (XIXème siècle) dans le goût du (XIIIème siècle). Ceux du bras du transept Sud datent du (XXème siècle). De très nombreuses dalles funéraires gravées du (XIIIème siècle) au (XVIIème siècles) sont incrustées dans le pavage ou relevées le long des murs. Elles se caractérisent par une grande élégance du dessin.

- Mobilier

Parmi les vitraux on remarquera, la verrière de la Rédemption, la plus ancienne verrière Typologique au Monde, inspirée des émaux Mosans, du milieu du (XIIème siècle), en particulier de l'autel portatif de Stavelot. Il s'agit d'un des 1ers montages Iconographique préférant la symbolique au narratif, en associant des passages clé de l'Ancien Testament à la vie du Christ. Se distinguent notamment dans cette iconographie la présence de la Synagogue tenant la couronne d'épines et de Job pêchant le Léviathan. La rosace du transept Nord (XIIIème siècle), les vitraux de l'abside offerts par St Louis et représentant les Saints évêques fondateurs de Châlons, 2 séries de figures de Saints (1475), plusieurs verrières du (XVIème siècle) parmi lesquelles la Genèse. La cuve baptismale Romane en pierre de Tournai, milieu du (XIIème siècle) représentant des anges soufflant dans des trompettes aux angles et la Résurrection des morts sur les faces. Le tableau représentant la consécration de la cathédrale par le Pape Eugène III en (1147), date du (XVème siècle). L'orgue de John Abbey date du milieu du (XIXème siècle), récemment restauré. Le 21 Mars (2009), Mgr Gilbert Louis, évêque de Châlons, a consacré un nouvel autel, où des reliques de St Étienne, St Vincent, Mère Léonie Aviat et un souvenir de soeur Odette Prévost ont été enchâssées. Il fait partie d'un ensemble avec la Cathèdre et l'Ambon, évoquant la Résurrection. Voir la rosace de pierre avec la date (1668)

Le Maître Autel de la cathédrale de Châlons en Champagne a été consacré, le 26 Octobre (1147), par le pape Eugène III en l’honneur de la Trinité. Cet événement marqua durablement les esprits. Car une éclipse totale de Soleil se produisit au cours de la cérémonie. Or, à cette époque, on ne savait pas les prévoir, et on était d’autant plus frappé par ce phénomène qu’il était totalement imprévisible. Dans le dernier quart du (XVème siècle). On entreprit de continuer la construction de la cathédrale. Restée inachevée à cause des malheurs apportés par la Guerre de (100) ans. Afin de réveiller la générosité des fidèles, on fit peindre un tableau représentant la cérémonie de (1147). Cette oeuvre exceptionnelle est la plus vieille peinture conservée dans les églises de la région Champagne Ardenne et la seule qui remonte au Moyen Age. Au centre de la composition, le peintre a représenté le Pape accompagné de 2 clercs et un évêque, celui de Châlons en Champagne ?, à l’intérieur d’une église. Le Maître Autel de celle ci montre. Au dessus d’un retable où figurent la Passion du Christ, une Trinité souffrante. C’est à dire Dieu le Père tenant la croix de son Fils, tandis que l’Esprit Saint est figuré sous la forme d’une Colombe. Les 2 statues qui encadrent cette Trinité sont, d’un côté, la Vierge Marie tenant son Enfant, et de l’autre, St Etienne patron de la cathédrale.