Retour

Glossaire - Biographies
Chronologie - Evêques
Photos

(Dol de Bretagne, chef lieu de canton d'Ille et Vilaine (35), Bretagne, France.)

- Historique

La Cathédrale de Dol de Bretagne est une ancienne cathédrale Catholique Romaine dédiée à St Samson et de style Gothique. C'est un important monument historique français, situé à Dol de Bretagne dans le département d'Ille et Vilaine. Elle a été le siège de l'évêché de Dol de Bretagne depuis l'année (555), l'un des 9 anciens évéchés de Bretagne. A la révolution, la cathédrale devint successivement Temple de la Raison, écurie et entrepôt. Lors du rétablissement de la fonction religieuse, Dol ne récupéra pas son titre d'évêché. Il fut en effet supprimé par le Concordat de (1801), et son territoire réparti entre les diocèses de Rennes, et de St Brieuc. La cathédrale St Samson fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis (1840).

Histoire de l'édification du sanctuaire. C'est en (548) que St Samson, moine évêque de Cardiff, au Pays de Galles, arrive à Dol et y fonde un monastère. Peu après, en (555), Judual, Roi de Bretagne, transforme le monastère en évêché. Après le sacre de Nominoë, souverain des Bretons, en (848), la ville devient la capitale Religieuse de la Bretagne. Bientôt une Cathédrale Pré Romane remplace l'église primitive, mais celle ci fut détruite par les Vikings en (1014). Une cathédrale Romane est alors construite. Au milieu du (XIème siècle) le pape Grégoire VII, consacre un Archevêque à Dol de Bretagne, mais les Rois de France s'y opposent ainsi que l'archevêque de Tours, si bien qu'en (1199), le pape décide de supprimer l'archevêché de Dol et les évêchés Bretons retournent sous la juridiction de l'archevêché de Tours.

En (1203), le Roi d'Angleterre Jean sans Terre incendie la cathédrale Romane. Craignant pour son âme, il contribuera au financement de sa reconstruction qui démarre en Septembre de la même année sous l'impulsion de l'évêque Jean VII de Lizaunet. En (1231), à la mort de Jean de Lizaunet, la nef est achevée. Son successeur Clément de Vitré, encore appelé Clément de Coetquen ou de Coetquin, fait construire le transept et le choeur à chevet plat. Les reliques de St Samson attirent de nombreux Pèlerins, ce qui nécessite la construction d'un déambulatoire. L'évêque Clément de Vitré amène sur le chantier des ouvriers ayant travaillé à l'édification d'autres cathédrales et introduit les nouvelles techniques. La nouvelle construction se fait sur les bases Romanes du sanctuaire précédent, mais dans le style Gothique dit Anglo Normand et continue tout au long du (XIIIème siècle). Dernière étape, le choeur, avec son déambulatoire et ses 10 Chapelles Latérales, est achevé en (1279). La cathédrale est alors opérationnelle, mais ne possède pas encore ses tours Gothiques.

Le grand porche Sud, situé à l'extrémité du croisillon Sud, sera ajouté aux (XIVème siècle) et (XVème siècles). En même temps, on construira de part et d'autre de ce dernier, à l'Ouest, la salle capitulaire, à l'Est le trésor. Lors de la même campagne, a eu lieu l'édification de la très grande Chapelle Axiale du chevet.

- l'Extérieur

L'édifice dont la longueur extérieure totale est de 93m,50 est construit en granit. La cathédrale est pourvue d’un chevet droit, ce qui est une particularité rare qu’elle partage avec la cathédrale St Pierre de Poitiers. En contraste avec l'intérieur de l'édifice, la grande façade Ouest apparaît comme extrêmement austère voire rébarbative. La tour Nord notamment, quasi aveugle, ressemble plus à un donjon qu'à une tour de cathédrale. La fermeture de la grande baie par un triplet, "galerie de trois fenêtres", surmonté d'un Oculus, au cours du (XVIIIème siècle), lors de l'installation du grand Orgue, s'est probablement accompagnée de la démolition du porche Ouest, ce qui n'a pas contribué à embellir cette façade.

La tour Nord date du (XVème siècle). Restée inachevée faute d'argent, elle a été restaurée au (XVIIème siècle). La tour Sud, commencée en (1520), est elle aussi restée inachevée. Elle est flanquée d'un campanile à lanternon qui date du (XVIIème siècle). Au dessus de la croisée du transept s'élève une courte tour carrée, selon le modèle du Gothique Normand, coiffée d'un toit Pyramidal. Elle fut construite au (XIVème siècle).

- l'Intérieur

L'intérieur se compose d'une nef, de 39m,30 de long et de 17m,10 de large, avec collatéral Nord et Sud. Elle est formée de 7 travées à 3 étages, grandes arcades, Triforium et fenêtres hautes. Comme certaines autres cathédrales des styles Roman et Gothique Normand, une galerie de circulation est située au niveau des fenêtres hautes, à leur base. La hauteur s'élève à 20m,20 sous voûte dans la nef, 20m,50 dans le choeur. Les croisillons du transept ont tous 2 une longueur de 9m,90.

Le vaste choeur à chevet droit est long de 27m,60 et large de 8m,70. Il est entouré d'un déambulatoire Rectangulaire dans lequel donnent 10 chapelles latérales, elles aussi Rectangulaires. Ce plan est tout à fait exceptionnel en France et dénote une influence Anglaise importante. Le chevet comporte une superbe grande Verrière, datant du (XIIIème siècle), qui est constituée des vitraux les plus anciens de Bretagne, datant de la même époque. Ces vitraux, restaurés au (XVIème siècle), l'ont été à nouveau en (1870). Enfin, une restauration générale a été réalisée de (1982) à (1986), ce qui leur a rendu tout leur lustre.

Dans le choeur se trouvent 80 stalles en chêne du (XIVème siècle), décorées de visages humains et de feuillages, ainsi que le siège épiscopal, Cathèdre, daté du (XVIème siècle). On y trouve en outre le maître autel moderne installé en (1980). C'est une fort belle oeuvre du sculpteur Claude Gruer en terre cuite réfractaire, sculptée en direct sans moulage.

Haut de page