Retour

Glossaire - Biographies
Chronologie - Evêques
Photos

(Orléans, chef lieu du département du Loiret, région centre, sur la Loire.)

- La cathédrale sous les Capétiens

La 2ème cathédrale qui succéda à celle que l'on attribuait à St Euverte, échappa par miracle aux coups des Normands, mais fut ensuite détruite par un incendie. Il en reste quelques vestiges dans la crypte.

La 3ème cathédrale commencée au (Xème siècle), et continuée au (XIème siècle) par l'évêque Arnould II et achevée au (XIIème siècle), était une des plus vastes de France, elle comptait des doubles collatéraux, un choeur surélevé, qu'entourait un déambulatoire agrémenté d'alvéoles, et une belle façade composée de 2 tours. Mais, construite sans doute trop rapidement, elle menaça ruine au bout de (200) ans.

En (1278), l'évêque Robert de Courtenay décida d'édifier une autre église dans le style nouveau qui fleurissait en France. Son successeur, Gille Paste, posait la 1ère pierre, en (1287). La nouvelle cathédrale comportait un choeur gothique soutenu par de magnifiques arcs boutants. Le choeur fut complété par des chapelles absidales à la fin du (XIIIème siècle) et par des chapelles latérales au cours du (XIVème siècle). Au début du (XVIème siècle), la cathédrale, commencée (200) ans auparavant par Robert de Courtenay, est presque terminée. En (1512), une grosse boule dorée surmontée d'une croix est hissée sur le clocher qui vient d'être élevé au dessus de la croisée des nefs. Dans les années qui suivent, le raccord avec le transept Roman est terminé, 4 travées neuves permettent à la nef d'atteindre le portail qui s'encastre entre ses 2 vieilles tours.

- Destruction de la Cathédrale

En (1567), débute la 2ème guerre de religion, et Orléans est à nouveau occupée par les Protestants qui s'acharnent sur les églises. Déplorant ces excès, Condé à la tête des Protestants fait murer les portes de la cathédrale pour éviter de nouveaux saccages. Un petit groupe de huguenots fanatiques, déçus de voir Condé prêt à traiter avec les Catholiques, s'introduisirent dans la cathédrale dans la nuit du 23 au 24 février (1568) et la font sauter. Les piliers s'effondrent, entraînant le clocher sa sphère de cuivre, les voûtes du choeur, et la nef. Seules restent intactes les chapelles rayonnantes autour du choeur, ainsi que les 2 1ères travées de la grande nef.

- Réédification de la Sainte Croix

Reconstruite en grande partie par les Bourbons de (1601) à (1680). La façade Occidentale, fut élevée au (XVIIIème siècle) dans un style Gothique de fantaisie. 2 tours jumelles d'une hauteur de 81m,64 la surmontent, remplaçant les tours Romanes. Elles comprennent chacune 2 étages carrés et un étage circulaire, en retrait l’un sur l’autre. Le 1er niveau est ouvert d’une fenêtre à remplage surmontée d’un arc en accolade et de niches ornées d’anges sculptés par Delaistre, les 2 derniers sont ceints de fines colonnettes. Le trésor conserve 2 médaillons byzantins en or émaillé, du (XIème siècle), qui furent utilisés comme médaillons de gants au (XIVème siècle), un chariot reliquaire du (XIIIème siècle) et un Portement de Croix de Zurbaran du (XVIIème siècle). La plus grande partie de la cathédrale d'Orléans date du (XVII siècle) et (XVIIIème siècle), mais a été bâtie en style Gothique. En effet, le Roi Henry IV et ses successeurs ont tenu à ce que les architectes reprennent le parti de l'édifice antérieur, ravagé par les protestants. Commencés en (1601), les travaux ne furent terminés qu'en (1829), plusieurs architectes y travaillèrent, surtout Etienne Martelange au (XVIIème siècle), Jacques V Gabriel et Louis François Trouard au siècle suivant. Les stalles et la clôture du choeur furent dessinées en (1702) par Gabriel. L'organisation d'un jubilé à partir de Novembre (1600) permet de réunir les fonds nécessaires.

- Le Buffet d'Orgue

Le grand Orgue de tribune de la cathédrale Ste Croix d'Orléans provient de l'abbaye de Fleury à St Benoît sur Loire. Construit en (1631), remanié en (1705), il est acquis avec l'abbaye par l'architecte Lebrun en (1796) dans le cadre de la vente des biens nationaux. Ce dernier, paroissien de Ste Croix, en fait don à l'évêque d'Orléans en (1806), mais ce n'est qu'en (1821) que l'orgue est transféré par bateaux de Loire vers Orléans. L'année suivante, le facteur Louis Callinet procède à son installation, puis le modifie de façon importante en (1831). A cette époque, l'orgue comporte 45 jeux sur 4 claviers et pédalier. Il devient muet en (1861) suite à l'effondrement d'une voûte.

En (1878), le facteur Aristide Cavaillé Coll, qui avait construit l'orgue de choeur en (1846), est chargé de restaurer et d'agrandir l'instrument qui passe à 54 jeux sur 4> claviers et pédalier. Alexandre Guilmant l'inaugure en (1880). Hormis quelques modifications mineures, cet orgue, intact dans son état de (1880), est un précieux témoin authentique de l'oeuvre de ce grand facteur qu'était Cavaillé Coll. Son classement aux Monuments Historiques intervient en (1974), et un important relevage est effectué par Haerpfer en (1980). Des concerts et enregistrements ont lieu maintenant régulièrement.

Haut de page