Retour
Glossaire - Biographies
Notre Dame
Chapiteaux - Extérieure - Intérieure

(Saint Nectaire, commune du , Puy-de-Dôme (63), Auvergne, France.)

- Historique

Deux localités sont réunies sous ce nom, la station thermale de St Nectaire le Bas, qui s'étire sur 2 km dans une vallée verdoyante, et le vieux village de St Nectaire le Haut que domine sa magnifique église. Le mont Cornadore, qui porte St Nectaire et dont le nom signifie "réservoir des eaux", était habité dès l'époque Celtique. Les Romains y établissent des thermes. Au Moyen Age s'établit un prieuré Bénédictin dépendant de l'abbaye de la Chaise Dieu, un château, dont il ne reste plus trace, s'élève également sur la butte. Il est habité par la glorieuse famille de St Nectaire, dont la principale illustration fut une femme, Madeleine de St Nectaire, veuve de bonne heure, jeune, belle et vertueuse, toujours suivie de 60 hommes à cheval, elle prend parti pour les Protestants dans les guerres de Religion, bat le lieutenant du Roi en Haute Auvergne, et finit par le tuer de sa propre main.

L'eglise St Nectaire construite vers (1160), dressée sur le Mont Cornadore, comme sur un piédestal qui n’attendait qu’elle, l’église domine le site tout entier. Son air de Cathédrale se détache clairement dans le paysage et crée aussitôt l’événement pour le voyageur. C’est tout le talent des bâtisseurs Auvergnats d’avoir su donner une véritable monumentalité à leurs édifices en travaillant le jeu des formes plus qu’en étirant leurs dimensions. Elle occupe un très beau site en bordure des Monts Dore. Elle fut élevée en l'honneur de St Nectaire, le compagnon de St Austremoine. Les moines de la Chaise Dieu en furent les 1ers desservants. Les dégâts qu'elle subit pendant la Convention nécessitèrent une réfection très importante, clocher, tours, façade Ouest, en (1875). Depuis les hauteurs avoisinantes, l’église de St Nectaire apparaît tel un vaisseau de pierre brune trachyte patinée du lichen doré du temps, flottant au centre d’une mer de collines verdoyantes. Plus loin, dans l’alignement de la nef, comme un fait exprès, un autre vaisseau émerge à la surface, se sont les ruines du château de Murol.

N-D du Cornadore

Entre (1146) et 1178), les moines de la Chaise Dieu reçurent en donation de la part de Guillaume VII, Comte d'Auvergne, la terre de St Nectaire pour y établir un prieuré. L'église actuelle, construite durant cette période, est elle l'oeuvre de Guillaume VII ou celle des moines du prieuré? A moins qu'elle ne soit le fruit de ce mystérieux Ranulfo, grand bienfaiteur de l'église?

A l'intérieur de l’église, le spectacle continue. Les 6 chapiteaux de rond point constituent l’un des plus beaux ensembles de la région. Parmi les scènes représentées, des thèmes reviennent, fréquents en Auvergne comme les Stes femmes au tombeau. D’autres plus rares, la Passion, voire inédits, comme la Descente aux Limbes et la Transfiguration.On ne s’étonnera pas de rencontrer sur l’un des chapiteaux, la vie minutieusement racontée de celui qui évangélisa le pays, St Nectaire.

Etonnant aussi cet autre personnage dénommé Ranulphe. Ce généreux donateur sans doute, est représenté en fâcheuse posture, il se cramponne à une colonne, un ange le saisit par le poignet tandis qu’un personnage casqué, le tire par les cheveux, "éternel combat du Bien et du Mal". On retrouve par cette scène la véritable ingéniosité des sculpteurs souvent moins soucieux de la vraisemblance, les têtes sont disproportionnées par rapport aux corps, que de la volonté de signifier, de concrétiser une idée. Pour cela, chaque atelier de sculpteurs avait ses recettes, un savoir faire et une personnalité. Le caractère monumental des sculptures est probablement lié en Auvergne à l’héritage Gallo Romain. Ce sens du monumental est également visible dans la vierge romane, N.D.du Mont Cornadore, la Vierge tient son enfant sur les genoux. Dans la pensée du sculpteur, elle est le trône de la sagesse éternelle, on appelle ce type de représentation, Vierge en majesté.

Avec ses eaux alcalines et stimulantes qui en ont fait une ville thermale reconnue dès le (XVIIIème siècle), la cité de St Nectaire reste avant tout le berceau d'un culte ancien et l'écrin d'un des plus beau joyau de l'Art Roman Auvergnat. A l'époque Néolithique, un dolmen en granit fut érigé sur le Mont Cornadore. Selon une légende, des fées résidaient dans les grottes du mont, déjà nommé Cornadore lorsque St Nectaire, disciple de St Austremoine, prêcha la foi de Jésus à la fin du (IIIème siècle). Accompagné des prêtres Auditor et Baudenius, Il y fit bâtir une première église qui accueillit ses reliques après sa mort.

Perchée sur son socle rocheux et surveillée par les Monts Dore, l'église de St Nectaire n'en demeure pas moins l'une des plus étonnantes églises majeures de Basse Auvergne. A l'intérieur, elle comporte 103 magnifiques chapiteaux avec leurs décors exceptionnels. Réalisés par un sculpteur Auvergnat au savoir faire développé, leur canon est trapu, hérité de la tradition Gallo Romaine. Entre les épisodes de l'Apocalypse, de la vie du Christ et de celle de St Nectaire, plus de cent figures sont représentées dans le rond point du choeur. Et puis il y a cet étonnant personnage dénommé Ranulfo, peut-être un généreux donateur, tiraillé entre le Bien et le Mal. Dans le bas côté Sud, le combat des anges et des démons et la Tentation du Christ. Au Nord, l'âne jouant de la lyre et l'homme chevauchant un bouc.

Haut de page