retour

Glossaire - Biographies
Photos


- Château de Chaumont
* Début construction : (XVème siècle).
* Protection : Classé "Monument Historique" (1840).
* Pays : France.
* Anciennes provinces de France : Orléanais.
* Région : Centre.
* Département : Loir et Cher.
* Commune : Chaumont sur Loire.

- Historique

Le château de Chaumont, comme beaucoup de châteaux de la Loire, doit une partie de sa beauté au site magnifique qu'il occupe. Il domine le fleuve sur la rive gauche, au point où le coteau calcaire est le plus abrupte. Face à la Loire, le château se dresse à l'extrémité d'un parc paysager à l'Anglaise qui constitue un véritable écrin de verdure. A ses pieds, sur la rive, s'étale le village. Une forteresse fut construite au (Xème siècle) par Eudes 1er Comte de Blois pour protéger Blois des attaques incessantes de Foulques Néra, Comte d'Anjou. Le chevalier Normand Gelduin qui combat pour Eudes II, fils du précèdent, reçoit du Comte la place de Chaumont. Son fils Geoffroy Puella, sans héritier, donne Chaumont à un fils de Denise de Fougères, sa soeur, et Sulpice d'Amboise Chaumont entre dans la famille d'Amboise. Hugues d'Amboise, 2ème seigneur d'Amboise, y bâtit un donjon de pierre. Au (XIIème siècle), Thibaud V de Blois fait raser le château de Sulpice II que rebâtit son fils. Pendant (V siècles), Chaumont passe de père en fils, à une fille et même à un neveu. La branche cadette hérite de Chaumont, de cette branche est né Pierre Ier, compromis dans la rébellion des "Grands Ligue du bien Public", contre Louis XI, pour punir la famille d'Amboise, le Roi fait brûler et raser Chaumont en (1465). Réconcilier d'avec le Roi Pierre Ier meurt en (†1473).

Chaumont, était d'une forme carrée, flanqué autrefois de 3 grosses tours Cylindriques, il ne reste que la tour Nord-Est et la tour Sud-Ouest, cette dernière la tour d'Amboise, rappelle avec ses mâchicoulis ornés de fin motifs trilobés, d'autres constructions, de la même époque Langeais, Durtal. Le corps de logis Occidental est le plus ancien et d'une grande sobriété extérieure. Les fenêtres ne furent percées que plus tard. On pénètre dans la place par une tour porte rectangulaire, avec pont levis, ménagée dans l'angle Sud-Est, entouré de 2 gros cylindres saillants. Diane de Poitiers, fit couronner ces 2 tours de mâchicoulis, et de créneaux, qui de ce temps n'avait plus de fonctions militaires. 3 corps de bâtiments s'articulent autour d'une cour, qui autrefois était fermée, mais le logis Nord fut détruit au (XVIIIème siècle) par Nicolas Berthin de Vauguyen, "Maître des Requêtes au Parlement de Paris", le château perd en partie son allure de château fort et devient demeure d'agrément, les ailes Méridionales et Orientales, sont façons "Renaissance", tandis que la façade Occidental garde la rudesse des dernières constructions "Médiévales". Chacun des habitants de ce château a voulu laisser son souvenir dans la pierre, et l'enchevêtrement des styles, rend difficile la datation de certains éléments.

- Charles 1er et Charles II

Son fils Charles Ier continue la reconstruction de l'aile Nord face à la Loire, aujourd'hui disparue, et l'Aile Ouest, de (1473) à (1475), la grosse tour d'Amboise et la 1ère travée contiguë de l'aile Sud dans le style "Gothique" et défensif du (XVème siècle), avec chemin de ronde, mâchicoulis ouvertures pratiquées dans le sol en surplomb des fortifications et permettant de lancer des projectiles aux assaillants, et douves sèches entourant le château.

En (1498) Charles II son successeur, poursuivit les travaux, mais il doit en (1501) abandonner le château pour se rendre dans le Milanais, Georges son frère, "Cardinal et Légat Perpétuel du Pape", s'installe à Chaumont il entreprit la reconstruction dans un style déjà marqué par la "Renaissance" tout en conservant la même allure générale fortifiée, aile Sud, châtelet d'entrée, aile Est, accolé à l'aile Sud. L'introduction des motifs Italianisants sur le châtelet et sur l'escalier monumental est particulièrement précoce. La Chapelle se trouve à l'extrémité de l'aile Est, face à la Loire. Les travaux sont mener rondement puisqu'il reçoit Louis XII et la cour pendant l'été (1503). Le château restera dans la famille par les femmes jusqu'en (1550). En (1560) Catherine de Médicis l'achète pour 120.000 livres, et, devenue veuve oblige Diane de Poitiers sa rivale à l'échanger contre Chenonceaux. Diane n'y perdait pas car les revenus de Chaumont étaient supérieur à celui de Chenonceaux, elle fit refaire le chemin de ronde, créneaux et mâchicoulis du châtelet d'entrée, et de l'aile Orientale, restés inachevés en (1510) qu'elle orna de son chiffre et de ses emblèmes, entrelacés, "arcs et carquois, cors de chasse, delta et croissants". elle y séjourna peu, préférant Anet où elle mourut en (†1566).

- la Révolution

En (1750) Jacques Donatien Le Ray, réussira à préserver le château pendant le Révolution, futur "Intendant des Invalides", il achète Chaumont, il y installe en (1770) une verrerie et une manufacture de médaillons de terre, dirigée par le graveur Italien Jean Baptiste Nini. Il réussit à préserver le château de la tourmente révolutionnaire en léguant tous ses biens à son fils de nationalité Américaine. En (1810), Madame de Staël y séjourne, entourée d'une véritable cour d'opposants à Napoléon parmi lesquels figurent alors Benjamin Constant et Madame Récamier. Sous la Restauration, le baron d'Etchegoyen le comte d'Aramon l'acquiert en (1883) et effectue d'importantes réparations, poursuivi par le Vicomte de Walsh à partir de (1847). Walsh fit restaurer, par l'architecte J. de la Morandière, l'aile Ouest, refaire un pignon sur la Loire et restaurer la façade de l'aile Sud. En (1875) Marie Charlotte Say, petite fille du financier et sucrier Louis Say, achète le domaine et épouse le prince de Brooglie ils feront réaménager le château de Chaumont, par l'architecte Paul Ernest Sanson en résidence de luxe.

De nombreux éléments de décors extérieurs et intérieurs sont restitués dans l'esprit "Néo Renaissance", sols, boiseries, cheminées, vitraux dans lesquels sont inclus des vitraux anciens. Sanson fit construire d'importantes écuries qui bénéficient d'aménagements très modernes eau courante et électricité notamment, à la mesure du luxe des Broglie. En (1884), le Prince de Broglie confie la réalisation d'un parc paysager à l'anglaise au paysagiste de renom Henri Duchêne. Pour ce faire, des maisons vétustes, encombrant les abords du château, sont détruites et leurs habitants relogés sur les bords de la Loire. La vieille église subit également le même sort ainsi que le cimetière qui seront déplacés. Pendant 40 ans, le château connaîtra une époque fastueuse, durant laquelle les Broglie donneront des fêtes et réceptions éblouissantes, en menant une vie digne d'une maison Royale. Malheureusement des revers de fortune obligeront la princesse de Broglie à vendre Chaumont en (1938) à l'Etat qui l'affectera au service des "Monuments Historiques". Sur les 2.483 hectares, il ne restait que 17 hectares de parc de bois et de vignes, le reste avaient été sacrifiés.

Le château, malgré la destruction de l'aile Nord, reste l'une des dernières "Forteresses Seigneuriales". La tour d'Amboise à l'Ouest, l'aile Ouest, la tour carrée au milieu de l'aile, assurait une bonne défense. L'aile Sud et l'entrée assurent des défenses traditionnelles, l'aile Orientale, n'a pas de tour à mi courtine. Les décorations qui ceinturent les 2 tiers du château, le chemin de ronde, la tour d'escalier Octogonale de la cour marque la transition entre le "Gothique" à l'influence Italienne, et la transformation de la forteresse en palais de plaisance.

Haut de page