retour

Glossaire - Biographies
Chronologie
Intérieures - Extérieures


- Château de Fontainebleau
* Période ou style : "Médiéval, Renaissance, Classique".
* Type : "Palais Royal".
* Début construction : (XIIème siècle).
* Fin construction : (XIXème siècle).
* Propriétaire initial : "Roi de France".
* Destination initiale : "demeure Royale".
* Propriétaire actuel : "République Française".
* Destination actuelle : Musée.
* Protection : "Monument Historique" Classé M.H. (1862), (1913), (1930),
(2008) et (2009). Patrimoine Mondial (1981).
* Pays : France.
* Région : Île de France.
* Département : Seine et Marne.
* Commune : Fontainebleau.

- Historique

Il n'existe aucun autre "Château Royal en France" qui puisse se vanter d'avoir accueilli 34 souverains de Louis VI le Gros à Napoléon III. C'est Napoléon qui l'exprima le mieux, "Voilà la vraie demeure des Rois, la maison des siècles", dira t'il à Ste Hélène en se souvenant de ce lieu qu'il avait tant aimé.

L'origine du château de Fontainebleau est très ancienne. Au (XIIème siècle), un Château Fort y était construit, sans doute par Louis VI le Gros, dont il ne reste que le donjon dans la "Cour Ovale". De nombreux Rois y séjournèrent, Philippe Auguste, St Louis, et Philippe le Bel il y mourut en (†1314). L'existence du Manoir Royal est attestée par une charte de Louis le Jeune son fils, datée de l'année (1137). Une source dite Fontaine de Bliaud lui donna ce nom de Fontainebleau.

- François 1er

Le Roi François Ier, avait le goût du beau et savait dépenser sans compter, il venait chasser dans l'immense forêt. Vers (1526) il transformât et agrandit le château, ne conservant que le donjon, il s'adressa aux grands artistes de l'Italie, mais Michel Ange resta sourd à ses propositions, Léonard de Vinci ne vint guère en France que pour y mourir. En (1527), on se décida à raser à peu près complètement le Manoir Féodal, et l'année suivante fut dressé le devis général des nouvelles constructions à élever. On utilisa cependant quelques vieilles tours d'enceinte. Les religieux Mathurins restituèrent, pour une somme d'argent assez ronde, les terrains voisins qui leur avaient été jadis concédés, et l'honneur de l'entreprise revint en grande partie à un architecte Parisien, Gilles le Breton. D'après les plus récents travaux, cet architecte serait l'auteur, en dehors du plan général, d'une partie de la façade sur la cour du "Cheval Blanc", de la galerie de François Ier, de la galerie de Henri II, de la nouvelle chapelle St Saturnin, du péristyle de la "Cour Ovale". 2 contemporains, Pierre Chambiges et Pierre Girard, dit "Castoret", se seraient partagé l'honneur de bâtir le reste du palais, le 1er ayant élevé les bâtiments de pierre et de brique qui garnissaient la cour du "Cheval Blanc" et dont un seul côté subsiste aujourd'hui, le 2ème ayant construit le corps de bâtiment fermant la cour de la Fontaine et l'"Ancien Théâtre".

Sur les fondations de l'ancien château, il éleva des bâtiments neufs, il fit disposer à l'Ouest une grande cour nommée la cour du "Cheval Blanc", qu'il fit relier à son logis du donjon par une galerie qui porte son nom, les travaux commencèrent en (1528). Les travaux durèrent pendant tout le règne et furent continués, sous le suivant, par Philibert Delorme. Mais, à côté de ces architectes français, il y eut toute une pléiade d'artistes italiens qui prirent une part active et considérable à la construction et surtout à la décoration du nouveau palais. Le Primatice, le Rosso, Nicolo dell'Abbate et Sébastien Serlio formèrent une école qui a conservé le nom d'école de Fontainebleau. Il donnait de grandes fêtes et y rassemblât une collections de tableaux, la Joconde, en particulier, des sculptures et des tapisseries. La simplicité des constructions, de François Ier, on peu dire leurs rusticités, ceux de la "Cour Ovale" sont construits en moellon enduit avec des chaînages, les corniches et les baies en pierre de taille. La galerie de François Ier avait le même mode de construction ainsi que le pavillon Est de la cour. Le reste des bâtiments était construit et décorer avec des briques.

Les boiseries furent très importantes pour François Ier, dans la galerie, ou la chambre du Roi, des bas lambris de la moitié de la hauteur de la pièce furent posés, lambris formés de panneaux verticaux sculptés et dorés. Leur ordonnance, tout en gardant leur hauteur, fut transformé car faite de petites fleurs et de vase comme dans la galerie de Diane ou le Cabinet du Roi. Les boiseries évoluèrent au (XVIIème siècle) elles furent divisées de hauteur différentes ou fait dans d'autres matériaux, on les utilisait aussi pour les portes. Le revêtement de sol était fait de parquet verni en motifs géométriques, de formes différentes, selon les fonctions des salles. Autour des fenêtres ainsi qu'au plafond les boiseries jouèrent un rôle dans la modernisation du château, on voit des tableaux courbés séparés par des boiseries, des fresques ou des tableaux ronds. Une des particularités du château de Fontainebleau sont les nombreuses cheminées en briques au dessus des toitures. Les cheminées intérieures étaient décorées de fresques et de feuilles dorées. Dans un château ou les appartements Royaux étaient au 1er étage les escaliers étaient de 1ère importance.

- Henri II

Le roi Henri II et ses fils achevèrent la construction et la décoration de la grande salle du château, la "Salle de Bal", il poursuivirent la décoration de la grande galerie dans l'aile Sud de la Basse Cour, qu'on appela "Galerie d'Ulysse". Charles IX fit agrandir les bâtiments, pavillon central de la façade aile Est de la cour de la Fontaine, et placer au milieu un cheval, c'est ainsi que l'on nomma la cour du "Cheval Blanc".

- Henri IV

Délaissé pendant près de 40 ans, Fontainebleau reprit une nouvelle vie sous Henri IV qui y venait fréquemment, soit avec Gabrielle d'Estrées, soit plus tard avec la Reine Marie de Médicis. Henri IV fit faire de grands embellissements et de nouvelles constructions; il y dépensa, de (1593) à (1609), la somme énorme de 2.500.000 livres. Entre autres travaux, il fit autour du jardin de Diane, édifier un bâtiment qui contenait 3 galeries superposées, la galerie des Cerfs, aujourd'hui disparue la galerie des Chevreuils, et faire la grande galerie de Diane, la cour des Offices, les bâtiments de la place d'Armes, le dôme élevé au-dessus de la porte de la cour Ovale et appelé depuis le Baptistère de Louis XIII, parce que ce Prince y fut baptisé solennellement le 14 septembre (1606), les bâtiments de la cour des Princes, et le pavillon Sully, destiné spécialement à son "Surintendant des Finances". Il fit agrandir les jardins, creuser le grand canal de, 1.200 mètres de long sur 39 mètres de large, construire le réservoir voûté qui fournissait l'eau au château et transformer le jardin du Roi, qui devint le jardin du Tibre, à cause d'une grande figure placée sur un rocher et coulée en bronze, le tout sous l'habile direction de l'ingénieur Italien Francini. Henri IV fit orner la chambre où naquit le Dauphin de tableaux d'Ambroise Dubois et de paysages de Paul Bril, à l'endroit où se trouvait le lit de Marie de Médicis se voit aujourd'hui la 1ère glace apportée en France et offerte par les Vénitiens au Roi. Elargissant vers l'Est la cour Ovale, reconstruisant les pavillons qui la bordent, édifiant les bâtiments de la cour des Offices pour disposer une nouvelle entrée au château. Il fit agrandir les jardins et fit établir le "jardin de l'étang" devant la cour de la Fontaine, fit creuser le canal vers Avon. C'est ainsi qu'il acheva Fontainebleau.

- Louis XII

Le Roi Louis XII apporta quelques enrichissements intérieurs, remplaça l'escalier de la cour du "Cheval Blanc", par un majestueux escalier en "Fer à Cheval" en (1640). Louis XIV séjourna chaque automne, pour y chasser. Il agrandit le château pour y loger ses nombreux courtisans. Mais il fit subir a Fontainebleau de nombreuses destructions surtout les bains de François Ier, pour installer les petits appartements et détruire le "Jardin de l'Etang". On lui doit une partie des bâtiments monotones de la cour des Princes (1701) et le parterre dessiné par Le Vau.

- Louis XIII

Au début du règne de Louis XIII, une nouvelle pléiade d'artistes fut invitée, par ordre du surintendant Sublet de Noyers, à décorer les parties neuves ou remaniées du château. Les peintures de la galerie des Cerfs furent confiées au peintre Pierre Poisson, les ouvrages de sculpture de la grande chapelle furent faits par Barthélemy du Tremblay et par son gendre Germain de Gissey, tandis que toute la décoration fut l'oeuvre de Martin Fréminet. En même temps, Claude d'Hoey fut chargé des peintures et dorures de la chapelle basse. Pendant l'été de (1625), le Roi reçut à Fontainebleau le cardinal Barberini, neveu du pape Urbain VIII, venu pour arranger les affaires de la Valteline, l'année suivante s'y dénoua l'intrigue de cour qui coûta la vie au malheureux Henri de Talleyrand, Comte de Chalais. La Reine d'Angleterre, Henriette de France, y fit un court séjour en (1644), 2 ans après vint le Comte de la Gardée, ambassadeur de la Reine Christine de Suède, et, en (1657), cette Reine elle même, qui jeta le trouble dans cette paisible résidence par une tragique et funèbre histoire, le meurtre de son secrétaire Monaldeschi, à laquelle fut involontairement mêlé le père Lebel, supérieur des Mathurins et desservant la chapelle du château. Un fils naquit à Louis XIV, dans le château de Fontainebleau, le 1er novembre (1661).

- Louis XV

Le Roi Louis XV, pour faire de nouveaux appartements, fit démolir l'aile Sud de la cour du "Cheval Blanc", ou était la galerie d'Ulysse, pour construire le bâtiment que l'on voit aujourd'hui. Il fit démolir le pavillon des Poêles d'Henri II, pour construire le "Gros Pavillon" en (1750). Il ne reste de son temps que la salle du Conseil. Louis XVI en (1785) doubla la galerie de François Ier coté Nord sur le jardin de Diane. Les nouveaux appartements furent décorés avec raffinement, mais ne furent occupés que durant le dernier séjour de la cour, en (1786). La Révolution emporta tapisseries, meubles, tableaux tout fut enlevé, il ne resta que les murs. Peyre, contrôleur des bâtiments contribua à sauver Fontainebleau.

- Napolèon 1er

A partir de (1804), Napoléon fit remeubler et restaurer Fontainebleau, et en fit une de ses résidences préférées. En compagnie de Joséphine et de Marie Louise, il tenta de rétablir la "Cour Royale", avec ses divertissements, ses chasses à courre, bals, concerts, représentations théâtrales. Il accueillit en (1804) le pape Pie VII, qui venait pour le couronner, et qu'il le tint prisonnier afin de lui faire signer le concordat de (1813), qui mettait l'église de France dans les mains de l'Empereur. Dans ses mémoires le secrétaire de l'Empereur raconte qu'il aimait prendre un bain quand il travaillait la nuit, il se couchait à 5 heures du matin et se réveillait au plus tard à 7 heures. C'est ici que Napoléon signa "l'Acte d' Abdication", le Avril (1814), d'ou il partit pour l'île d'Elbe.

- Louis XVIII et Charles X

Les Rois Louis XVIII, et Charles X, vinrent très peu au château, ils firent terminer la décoration de la galerie de Diane. Louis Philippe l'habita, et de nouveau le restaura, on lui doit la salle des Colonnes sur la cour Ovale, et la galerie des Assiettes sur la cour du "Cheval Blanc". Napoléon III fit aménager la galerie de Diane en bibliothèque, et établir un nouveau théâtre dans l'aile Louis XV. Devenu résidence Présidentielle, les appartements du Président sont installés dans l'aile Louis XV.

Haut de page