:
retour :
Glossaire - Biographies
Photos


- Château de Gien
* Nom local : "Musée international de la Chasse".
* Début construction : (XIVème siècle).
* Propriétaire initial : "Couronne de France".
* Destination initiale : Relais de chasse".
* Propriétaire actuel : "Conseil Général du Loiret".
* Destination actuelle : musée.
* Protection : "Monument Historique" Classé M.H. (1840).
* Pays : France.
* Région naturelle : Giennois.
* Région : Centre.
* Département : Loiret.
* Commune : Gien.

- Historique

Longtemps Gien fut considéré comme l'antique Génaburn que César avait pris aux Carnutes en (52) avant Jésus Christ. Mais Gien est composé de 2 racines Celtique "Divo et Magus", ce qui donnait Divomagus qui s'est transformé en Giomus ce qui donna Gien pour la 1ère fois en (1543). Ces 2 racines antiques montrent bien la fonction de cette ville "Divo = Divin et Magus = Marché", un sanctuaire avec un centre d'échange. Charlemagne aurait construit à Gien un château qui fut le départ de l'implantation de la ville. Quelles que soient ses origines, son nom figure sur les 1ers parchemins de notre histoire. Ce fut une cité commerçante et guerrière. Sa foire des Cours fondée en (581), par le Roi Gontran d'Orléans, est la doyenne des foires de France. La ville, édifiée autour d'une forteresse, puis d'un château qui domine la Loire, la ville est située en un point très central de la France, a égale distance de Quimper et de Strasbourg, de Dunkerque et de Toulouse, elle est, sur les quais, à 145 mètres d'altitude et sur l'esplanade du château, à 162 mètres. Au carrefour de routes importantes Nord-Sud et Est-Ouest.

- de Philippe Auguste
au Marquis de Dampière

Du règne de Philippe Auguste à celui de Philippe le Bel (1307), le château fit partie du domaine de la Couronne. En (1225), Louis VIII affranchit la ville qui, à partir de cette date, devint commune libre. St Louis prit lui même le titre de comte de Gien. Au cours de ses chasses en forêt d' Orléans, il fit de nombreux séjours au château, en compagnie de Blanche de Castille. De (1484) à (1500), la fille aînée de Louis XI, Anne de Beaujeu, Régente du Royaume pendant la minorité de son frère Charles VIII, fut Comtesse de Gien et reconstruisit le château. A la fin du (XVème siècle), Anne de Beaujeu fait de Gien, pour un temps, la capitale de la France, elle est une ville magnifique, heureuse et prospère, elle construit le château actuel, la collégiale, le pont sur la Loire, les monastères des Stes Claires et des Minimes, elle relève les murailles de la ville. Ce fut vraiment l'âge d'or de Gien. C'est la que Jeanne d'Arc écrivit la célèbre lettre aux Tournaisiens pour les inviter au sacre du Roi en (1429). C'est au château que fut signé, en (1410), le Traité d'alliance du Duc d'Orléans avec les Ducs de Berry, de Bourbon et de Bretagne, contre le Duc de Bourgogne, et connu sous le nom de "Ligue de Gien", de ce traité date la lutte des Armagnacs et des Bourguignons, et, et comme conséquence, la guerre de 100 Ans.

Après la mort d'Anne de Beaujeu, le Comté retourna à la Couronne et François Ier, il signa dans une des salles du château, l'acte conférant la régence à Louise de Savoie 11 Août (1523), décision très grave puisque le lendemain, il partait à la guerre contre Charles Quint, la campagne d'Italie fut un désastre, à Pavie, le Roi fut fait prisonnier, et ne seras libéré, que par l'abandon de nos droits sur la Bourgogne, la Flandre et l'Artois. En (1616), Louis XIII échangeait le château, avec Charles de Lorraine Duc de Guise, qui le vendit, peu de temps après au chancelier Séguier. En (1652), Anne d'Autriche et Louis XIV, alors âgé de 13 ans, fuyant devant la Fronde, se réfugièrent au château. C'est là que toute la Cour attendit le résultat de la bataille de Bléneau. L'habileté de Turenne arrêta le succès de Condé son adversaire, et cette victoire rendit leur liberté à la Régente et au Roi. Anne d Autriche reçut Turenne en lui disant "Monseigneur, vous venez de remettre pour la seconde fois la couronne sur la tête de mon fils".

Après la mort du chancelier Séguier, le comté passa à sa descendance jusqu'en (1740). Les seigneurs du Canal de Briare l'ayant acquis du marquis de Nangis, en jouirent 3 ans, puis le Duc d'Orléans, usant de son droit de retrait féodal, retira le Comté de leurs mains, pour le donner au Comte de Marville, qui lui même le légua à son neveu, Claude Henry Feydeau de Brou, Marquis de Dampierre.

- les Visiteurs

Ce grand château Royal, tout de brique et de pierre, préfigure la Renaissance. Ce remarquable édifice domine la ville de Gien et la Loire. Il reçu la visite de plusieurs grands personnages de l'histoire de France, Jeanne d'Arc, François Ier, Henri II, Catherine de Médicis, Charles IX, Anne d'Autriche et Louis XIV. Acquis en (1654) par le chancelier Séguier,le comté est supprimé à la Révolution. Depuis (1823), le château de Gien est la propriété du département. Il abrita la sous préfecture, le tribunal et la prison pendant près d'un siècle . Restauré en (1869), ce dernier, très endommagé en Juin (1940), subit à nouveau des travaux de restauration. Aujourd'hui, il abrite le célèbre "Musée International de la Chasse".

Outre les techniques de chasse, du "Moyen Age" à nos jours, les secrets de la fauconnerie, la vénerie, la chasse à tir, vous y découvrirez l'art animalier à travers la peinture,dont les 80 oeuvres d'Alexandre François Desportes, la sculpture par Florentin Brigaud, Fath, Barye, et les arts décoratifs ainsi que l'évolution et l'histoire des pratiques cynégétiques et les collections de Messieurs Hettier de Bois Lambert. Depuis (1952), le prestigieux "Musée International de la Chasse" et conserve les collections dont la teneur s'attache, à travers plus de (3.000) objets et oeuvres d'art, à retracer les techniques et coutumes cynégétiques employées depuis le "Moyen Age" jusqu'à nos jours, et des nombreux objets d'art inspirés par la chasse. Les peintures de François Desportes (1661)-(1743) et de J.B. Oudry (1686)-(1755), les tapisseries, les céramiques, les bronzes animaliers, les pendules et divers accessoires du chasseur.

Haut de page