retour
Glossaire - Biographies
la Restauration
Extérieur - intérieur - Décors


- Haut Koenigsbourg * Période ou style : Classique, Renaissance.
* Période ou style : Médiéval.
* Type : Château Fort.
* Début construction : Fin du (XIIème siècle).
* Restauration : 12 Mai (1901).
* Fin construction : Fin du (XVIIème siècle).
* Restauration : 13 Mai (1908).
* Propriétaire initial : Frédéric de Hohenstaufen.
* Destination initiale : Habitation, défense, lieu de prestige.
* Propriétaire actuel : Conseil Général du Bas Rhin.
* Destination actuelle : Musée.
* Protection : Classé Monument Historique (1862), ruines.
* Protection : Classé Monument Historique (1993),
    parties restituées, domaine national d'implantation.

- Situation
* Pays : France.
* Anciennes provinces de France : Alsace.
* Région : Alsace.
* Département : Bas Rhin.
* Commune : Orschwiller.

- Historique

Le château est situé à une altitude de 757 mètres, et placé à, 12 kilomètres à l'Ouest de Sélestat, d'où on peut le voir, 26 kilomètres au Nord de Colmar, 55 kilomètres au Sud de Strasbourg. Avec une surface de 1,5 ha, le Haut Koenigsbourg est le château fort le plus vaste d'Alsace, après celui de Guirbaden. A la fin du (XVème siècle), le Château aurait abrité, près de 200 personnes. Le Haut Koenigsbourg constitue une solide position. Il occupe une longueur d'environ 260 mètres et une largeur moyenne d'environ 50 mètres.

- les Hohenstaufen

En (774), Charlemagne fait don du Stophanberch ou Staufenberg, nom du col où le Haut Koenigsbourg a été construit, et des terres attenantes au prieuré de Lièpvre, dépendantes de celle de St Denis. En (1079, Frédéric de Hohenstaufen, Frédéric l'Ancien est nommé Duc de Souabe par l'Empereur du St Empire Germanique Henri IV. Il fait construire le château Stauf sur le mont Hohenstaufen près de Göppingen, d'où le nom de la famille. Afin de renforcer le pouvoir des Hohenstaufen en Alsace, Frédéric le Borgne crée une ligne de défense et pour cela, il fait construire de nombreux châteaux et certains d'entre eux sur des terres qui ne lui appartiennent pas. On dit de lui qu'il a constamment un château accroché à la queue de son cheval. Il aurait fait construire en toute illégalité le château du Haut Koenigsbourg sur les terres confiées aux Moines de l'Abbaye de Lièpvre. En (1147), Eudes de Deuil, moine de St Denis presse Louis VII d'intervenir auprès du Roi Conrad III de Hohenstaufen afin de réparer cette injustice. C'est la 1ère mention du château dans un document écrit. A cette date, le site comportait déjà 2 tours permettant de surveiller la route d'Alsace du Nord au Sud, l'une appartenant à Conrad III, l'autre à son neveu Frédéric de Hohenstaufen dit Barberousse, futur Empereur du St Empire Romain Germanique. Le nom de Königsburg, château du Roi, apparaît dès (1157).

- les Ducs de Lorraine

Dans la 1ère moitié du (XIIIème siècle), profitant de l'affaiblissement des Hohenstaufen, les Ducs de Lorraine auraient pris possession du château. Celui-ci est confié aux Sires de Rathsamhausen puis aux Hohenstein qui y règnent jusqu'au (XVème siècle). Devenu un repaire de Chevaliers Brigands, le château est conquis et incendié en (1462) par une coalition regroupant les villes de Colmar, Strasbourg et Bâle, fortes de 500 hommes et de pièces d'artillerie.

- les Thierstein

Les restes du Haut Koenigsbourg sont alors confiés à la famille des Thierstein en (1479), qui le reconstruisent et améliorent ses défenses en l'adaptant à l'artillerie. Ils font bâtir, sur le côté Ouest, un bastion formé de 2 tours d'artillerie et d'un mur bouclier, dotés de murs puissants. La basse cour est protégée par 2 tours en fer à cheval et des courtines avec des murs épais. Le château est entouré d'un 1er mur de protection afin de gêner la mise en batterie de l'artillerie ennemie. En (1517), le dernier des Thierstein, croulant sous les dettes, s'éteint. La famille n'ayant pas de descendance, Maximilien Ier rachète le château. Ni l'Empereur ni les propriétaires successifs ne feront face aux coûts d'entretien, d'autant que le 1er ne finance pas les seconds pour ces réalisations.

- la Destruction

En (1633), la guerre de 30 Ans qui a vu, entre autres, les Suédois opposés à l'Autriche, l'Alsace est ravagée. En Juillet, les Suédois assiègent le Haut Koenigsbourg qui n'est plus qu'une forteresse délabrée, est commandée par le Capitaine Philippe de Liechtenau. Forts de canons et de mortiers, ils prennent le château après 52 jours de siège. Peu de temps après, la forteresse est détruite par un incendie. Le château est alors laissé à l'abandon. Depuis (1871) et le traité de Francfort, l'Alsace est redevenue Allemande. Le 4 Mai (1899), le château, alors en ruine, et les terres sommitales l'entourant sont offerts par la ville de Sélestat à l'Empereur Allemand Guillaume II de Hohenzollern qui souhaite y créer un musée promouvant la Germanité de l'Alsace et, plus généralement, le Monde Germanique. La municipalité conserve la centaine d’hectares de forêt, économiquement rentables. La direction de la restauration de ce château fort est confiée en (1900) à Bodo Ebhardt, Architecte et Archéologue Berlinois âgé de 35 ans. Il commence par le déblaiement du site et les relevés des anciennes constructions. La restauration s'étalera de (1901) à (1908). L'objectif de Bodo Ebhardt est de le restaurer tel qu'il se présentait aux alentours de l'an (1500). En l’absence d’indices archéologiques, d’archives ou d’éléments de comparaison avec d’autres monuments contemporains, la part d’interprétation, inévitable en pareille circonstance a été réduite au minimum et elle n’est en aucune façon l’objet d’un quelconque détournement ludique. Guillaume II vient régulièrement visiter le chantier, il est logé dans la gare de St Hippolyte reconstruite spécialement pour l'accueillir en (1903). Le nouvel édifice est inauguré le 13 Mai (1908), mais les finitions et achats de collections se poursuivirent jusqu'en (1918). Pour le Kaiser, ce château marquait la limite Occidentale de l'Empire Allemand, comme le château de Marienbourg, aujourd'hui en Pologne, en marquait la limite Orientale.

- le Transfert

A l'issue de la 1ère Guerre Mondiale en (1919), le château, bien privé de l'ancien Empereur assimilé à une propriété de l'Empire Allemand, entre en possession de l'État Français lors de la restitution de l'Alsace Lorraine, en application de l'article 56 du traité de Versailles. Cependant, le blason de Guillaume II est toujours visible au sein du château. Il reste ainsi un des symboles en Alsace de la présence Allemande entre (1871) et (1918), partagé entre la restauration majoritairement crédible de l'architecte et la vision romantique du Moyen Age de Guillaume II.

Bâtiment civil, palais national en (1919), ses abords sont classés par arrêté du 16 Février (1930). Mais alors que les ruines avaient été classées dès (1862), il faudra attendre le 10 Septembre (1991) pour voir l’inscription de la station de pompage, ou pavillon de la source, construite en (1903), puis le 11 Février (1993) pour qu’un arrêté Ministériel procède au classement au titre des Monuments Historiques de l'intégralité du monument, y compris les parties restituées. Les ruines du château de l'Oedenbourg ou Petit Koenigsbourg bénéficieront, elles aussi, d’une inscription puis du classement aux mêmes dates. Dans le même temps, une attention particulière était portée à l’amélioration de l’accueil du public au château, dont la priorité a été l’assainissement et l’alimentation en eau. La propriété du château du Haut Koenigsbourg a été transféré par l'État au Conseil Général du Bas Rhin en Janvier (2007). Ce transfert fut le 1er bien patrimonial transféré par l'Etat à une collectivité territoriale parmi une liste de 176 biens transférables arrêtée en (2004). Le 16 Décembre (2011), la toiture du château subit des dommages suite à la tempête Joachim. Ce monument historique bénéficie aujourd'hui d'une très forte fréquentation touristique, avec près de 550.000 visiteurs annuels.

Haut de page