retour

Glossaire - Biographies
Photos


- Château de Loches
* Propriétaire actuel : "Commune de Loches".
* Protection : "Monument Historique" Classé M.H. (1861).
* Pays : France * Région historique : Val de Loire.
* Région : Centre.
* Département : Indre et Loire.
* Commune : Loches.

- Historique

En (491), Ursus, venu de Cahors, créa un Monastère sur une colline surplombant la vallée de l'Indre dans une ville nommée alors "Lucca" Loches. St Ours fit construire un moulin prés du monastère et y vécu jusqu'à sa mort en (†508). A la même période fut construit un "Castrum", c'est à dire un camp retranché Romain. Loche devint ensuite une forteresse détruite au (VIIIème siècle) par les fils de Charles Martel. Site d'un "Oppidum Gaulois" le château est mentionné par l'évêque Grégoire de Tours, au (VIème siècle), il domine la ville et son enceinte protège une belle cité Médiévale, bâti au coeur de la Touraine sur l'Indre. Il fut l'enjeu de nombreuses batailles. Pépin le Bref le détruisit, Charles le Chauve le rebâtit et le donna à l'un de ses Comtes, Adelande, dont la petite fille le donna en dot à Foulques le Roux Comte d'Anjou en (987), Foulques Nerra, en fit une pièce maîtresse contre le Comte de Blois. Vers la fin du (XIème siècle) Foulques Nerra ou son fils établi sur ce promontoire escarpé de tous côtés, un Donjon Colossal Rectangulaire, soutenu sur 3 côtés, par des contreforts Hémicylindriques engagés dans des dosserets, sur toute sa hauteur de 37 mètres. Epaulé, côté Nord, par une construction Carrée, de 25 mètres de hauteur protégeant l'escalier accédant, à 3 mètres du sol, à la seule entrée du donjon. Le rez de chaussée du grand donjon, servait de magasin, il y a aussi un puits. Les 3 étages, marqués par des hottes de cheminées, des baies étroites et par des retraits aménagés pour le poutrage, 2 escaliers droits, en retour d'équerres montent dans l'épaisseur du mur Est, du 1er au 2ème étage, aboutissant dans l'angle Sud-Est, il fallait gagner l'angle Nord-Est pour accéder, par escalier en vis, au 3ème étage. Dans les murs Nord et Ouest du 1er étage, un couloir voûté permettait de déplacer secrètement.

- le XIII siècle

Au cours du (XIIème siècle), autour du donjon, 2 enceintes furent élevées, on taillait le rocher entre le château et le plateau formant un grand fossé à sec. Les comtes d'Anjou accédants a la couronne d'Angleterre, se trouvaient en lutte avec le Roi de France. En (1193), Jean sans Terre livre la place à Philippe Auguste, 1 an plus tard, Richard Coeur de Lion, en l'espace de 2 ou 3 heures et d'un seul assaut, prend le donjon. Richard mort, les lieutenants de Jean sans Terre réhabilitent le château, il faudra à Philippe Auguste plus d'une année de (1204) à (1205), et toute une machine de guerre, pour réinvestir le château. Le seigneur de Mello reçut le fief en récompense pour avoir conclu le siège. St Louis, en (1249) fit renforcer les défenses et bâtir les 3 tours à bec, dont le plan est formé de la rencontre de 2 courbes se coupant vers l'extérieur, pour dévier les coups en améliorant le flanquement des courtines. La tour de l'angle Sud-Est du donjon, fut construite en même temps auquel la relie une courtine contenant 2 couloirs superposés, cette tour assure le flanquement des murs du donjon et de l'enceinte. Les travaux de St Louis continuèrent sous le règne de Philippe le Hardi. Loches fera partie intégrante de la Couronne et des travaux de charpentes furent entrepris pour l'entretien des défenses au (XIVème siècle).

- la guerre de Cent Ans

Il est assiégé en vain pendant la Guerre de 100 Ans. Le Dauphin Charles s'y réfugie et c'est là dans la grande salle du rez de chaussée que Jeanne D'Arc fin Mai (1429) le supplie d'aller se faire sacrer à Reims. Devenu Charles VII, il y revient avec sa favorite, Agnès Sorel, la 1ère "maîtresse officielle" d'un Roi de France, elle mourut, en (†1449) à 28 ans, son tombeau de marbre, après bien des péripéties, est installé dans le "Logis Royal".

- Louis XI

Le Roi Louis XI agrandira la forteresse et en fera une "Prison d'État",il fallut, au (XVème siècle), s'adapter aux nouvelles règles de défenses et ménager un pavillon d'entrée, et construire la "Tour ronde" et le Martelet. Ce pavillon d'entrée Rectangulaire fut élevé au pied de l'angle Nord-Ouest du "Petit donjon", il était muni d'un pont levis, dont on voit les rainures. Un ouvrage Triangulaire avec 2 tours précédait le pavillon mais il a disparu, une annexe donnait accès, par un pont levis à flèche, à la "Tour Neuve", au dessus du rez de chaussée du pavillon, 2 étages formés chacun d'une grande salle aménagée en prison. La "Tour Neuve" construite sur la courtine du (XIIème siècle), à l'angle Nord-Ouest, se trouve à la jonction des défenses du donjon, du château et de la ville, un nouveau donjon couvrant en enfilade, l'enceinte extérieure du château, elle comprend 4 salles superposées, la plus basse, souterraine et Circulaire, voûtée en calotte, dans la "Basse Salle", pouvait être suspendue une "Fillette, cage de fer", où les prisonniers importants étaient enfermés, la nuit pour éviter leur fuite, de dimensions réduites, elles empêchait un homme de stature normale de s'y déployer en entier, ce qui les faisait souffrir, le cardinal Balue, coupable de haute trahison avec l'évêque Guillaume de Haraucourt, y furent emprisonnés par Louis XI pendant longtemps.

- Louis XII

Le Roi Louis XII édifiera la 2ème aile du "Logis Royal", à la pointe Nord de l'enceinte, qui contraste avec l'aile Sud, d'aspect féodal, avec tourelles, échauguettes de guet au pignon, et chemin de ronde. C'est en visitant le "Nouveau Logis", que l'on peut admirer la dentelle de pierre de l'Oratoire d'Anne de Bretagne, on peut visiter le donjon, de style Roman du (XIème siècle), haut de 37 mètres et profiter d'une vue d'ensemble étendue. La "Tour Neuve" et le Martelet, voisin d'un seul étage de peu d'apparence sur la cour dont on peut explorer les 3 étages de cachots souterrains, descendant dans le rocher, dans l'un d'eux fut enfermé, au (XVIème siècle), Ludovic Sforza, Duc de Milan, pris à Novara par Louis XII, il décora sa prison de "Devises et d'Emblèmes", encore visibles aujourd'hui. Plus bas furent logés par François Ier le Comte de St Vallier, les évêques du Puy et d'Autun, compromis dans dans l'affaire du connétable de Bourbon passé au service de Charles Quint. On peut voir sur le mur de droite conduisant au jour cette inscription "Ces murs étouffent les sanglots et éteignent l'agonie. On est bien content d'être sorti !"

Dominant l'église, protégé de toutes parts par l'à pic de la roche au dessus de la cité, elle même entourée de son propre rempart, s'élève le "Logis du Roi", construit aux (XIVème, XVème, XVIème siècle), il est partagé en 2 parties, les "Vieilles Salles" et les "Nouvelles Salles". Les "Vieilles Salles" datent de la fin du (XIVème siècle) et du début du (XVème siècle). Une tour avançant sur la muraille est reliée aux "Vieilles Salles" par un passage étroit, 4 tourelles, couvertes en pierre, partagent la façade sur l'extérieur, le chemin de ronde crénelé, au bas de la pente raide du comble, assure la défense rapprochée, les pignons sont en escalier, de hautes fenêtres à meneaux laissent entrer largement la lumière. La façade arrière est simplement encadrée de 2 tourelles. Chaque étages comprend 2 salles.

Les "Nouvelles Salles", ajoutées dans le prolongement du pignon Nord, au (XVème siècle), par Louis XI, Charles VIII et Louis XII, sont bâties dans le style de la dernière période du Gothique avec une élégante sobriété,le "Logis Royal" tout l'appareil militaire a disparu, sur la façade Ouest, une loggia aux arcatures en anse de panier parait avoir été prolongée par une galerie, les séjours de Louis XII et d'Anne de Bretagne sont marqués par l'élégant "Oratoire de la Reine", chef d'oeuvre de l'art Gothique Flamboyant, décoré d'"Hermines Bretonnes" et de "Cordelières Franciscaines".

Loches jusqu'en (1924) gardera sa fonction Carcérale, permettant ainsi le maintien du site en état, au début du (XXème siècle), sous la surveillance d'un gardien amateur d'archéologie, les prisonniers dégagent une partie des souterrains au Sud de l'enceinte. Loches est un véritable musée en plein air et la richesse de son patrimoine mérite mieux qu'un simple détour.

- les Visiteurs Célèbres


* 1301 : Philippe IV et son épouse séjournèrent à Loches pendant 1 semaine et y revinrent en (1307).

* 1510 : Claude France, fille de Louis XII, fit son entrée à Loches, accompagnée d'Anne de Bretagne sa mère.

* François Ier : séjourna régulièrement à Loches pour y chasser.

* 1531 : C'est Henri II qui fait son entrée dans la ville.

* 1534 : Jacques V Roi d'Ecosse vint y rencontrer sa future épouse Madeleine de France.

* 1535 : Eléonore d'Autriche fit une entrée royale suivie de son frère Charles Quint qui y fut reçu par François Ier 4 ans plus tard.

* 1559 : François II et son épouse Marie Stuart vinrent à Loches où ils furent reçus de manière très solennelle.

* 1576 : Catherine de Médicis vint à Loches où elle résida dans l'ancienne maison d'Agnès Sorel située rue du "Puy Mourier".

* 1617 : Après l'assassinat de Concini, Louis XIII assigna sa mère à résidence au château de Blois. Avec la complicité d'Epernon, elle s'en échappa et fit halte dans sa fuite à Loches pendant un court séjour.

* XVIIème siècle : Les visites Royales se feront rare.

* 1700 : Philippe d'Anjou, petit-fils de Louis XIV fera un passage à Loches lors de son voyage en Espagne pour y prendre possession de ce royaume.

* 1739 : C'est la fille de Louis XV, Marie Louise Elisabeth de France qui transitera par Loches pour aller épouser le fils de Philippe V.

* 1944 : Michel Debré sera accueilli à l'Hôtel de Ville afin d'apporter à la population des paroles de confiance et d'espoir.

* 1945 : le 28 Mars c'est le Maréchal Leclerc qui y fera son entrée.

- Les prisonniers célèbres
du château


* Le Duc d'Alençon : fut incarcéré à Loches pour avoir pris les armes contre Charles VII.

* Le cardinal de La Balue : y fut aussi incarcéré pour avoir trahi Louis XI.

* Philippe comte de Bugey : et Seigneur de Bresse fut incarcéré sous Louis XI pour avoir semé le trouble dans le Dauphiné.

* Pierre de Brézé : grand Sénéchal de Normandie, d'Anjou et du Poitou y fut incarcéré pour s'être commis à plusieurs reprises.

* Commynes : resta 8 mois dans les geôles de Loches pour s'être révolté contre la régente Anne de Beaujeu alors que son frère Charles VIII était trop jeune pour régner.

* Ludovic Sforza : Duc de Milan, fut incarcéré à Loches lorsque Louis XII entreprit de revendiquer le duché de Milan, héritage de sa grand mère Valentine Visconti.

* Jean de Poitiers : (1519) le complot fomenté, par Charles Quint contre François Ier, auquel prirent part le connétable de Bourbon, Jean de Poitiers St Vallier, fut éventé et Jean de Poitiers fut arrêté et condamné à la peine capitale. C'est sa fille, Diane de Poitiers qui convint François Ier de commuer sa peine en incarcération. C'est ainsi qu'il fut emprisonné à Loches où il mourra peut de temps après des suites d'une fièvre, dite par la suite "de Saint Vallier" qui l'emporta.

* Docteur Viau : Pendant la Révolution, il fut emprisonné à Loches avec son épouse pour avoir commis l'imprudence d'être trop charitable dans la délivrance des certificats pour éviter l'incarcération de vieillards plus ou moins valides.

Haut de page