retour

Glossaire - Biographies
Photos


- Château du Clos Lucé
* Période ou style : Renaissance.
* Type : Château.
* Propriétaire actuel : "Famille Saint Bris".
* Protection : "Monument historique" Classé M.H. (1862).
* Pays : France
* Anciennes provinces de France : Touraine.
* Région : Centre.
* Département : Indre et Loire.
* Commune : Amboise.

- le Clos Lucé

Le Clos Lucé est un Manoir fait de briques roses et de pierres de tuffeau entouré de fortifications, construit à partir de (1471) situé dans le "Haut d'Amboise", dans la vallée de la Loire en France. Ce château avait été édifé en (1477) par Etienne le Loup, Marmiton annobli, Maître d’Hôtel du Roi" Louis XI, sur des fondations anciennes que l’on peut dater du (XIème siècle), le manoir du Cloux forme Tourangelle de Clos. Il était à cette époque fortifié et entouré d’un système de défense habituel, tour de gué, chemin de ronde, poterne et pont levis. Les murs sont percés d’étroites fenêtres et l’on peut voir encore aujourd’hui les traces d’un pont levis. Charles VIII, le fils de Louis XI, qui avait acquis le Clos Lucé en (1490), l’avait en effet transformé et modernisé pour qu’il puisse séduire sa jeune épouse, Anne de Bretagne. Celle ci s’y plut et en fit sa résidence d’été, un, "Castel de Plaisance". Elle y ajouta un Oratoire orné de dentelles de pierre que l’on peut considérer comme l’un des joyaux de l’art Gothique. Est ce dans cette "chambre de Dieu" que la Reine pleura, à plusieurs reprises, la mort de ses enfants en bas âge ? On peut le penser.

A la Renaissance, le chemin de ronde est devenu une galerie, à l’Italienne, que l’on emprunte aujourd’hui avec autant de plaisir que les gens de la cour du Roi qui, de là, admiraient les fêtes et spectacles que Léonard de Vinci organisait à leur intention. L’une des plus fastueuses reste la "Féérie Nocturne Fantastique" donnée le 19 Juin (1518) qui nous est connue par la relation qu’en fit l’ambassadeur de Venise, Galeazzo Visconti, fête admirable, le lieu en était Le Cloux, très beau et très grand palais. Cette nuit là, Léonard avait tendu de draps bleu ciel la cour de sa demeure et avait reproduit l’emplacement des planètes, du Soleil, de la Lune et les signes du Zodiaque.

- Léonard de Vinci

Léonard de Vinci s’y installe en (1516), probablement au mois d’Octobre, acceptant l’invitation de François Ier. Il passe par la Suisse, les Alpes et la Savoie. Le voyage se fait à dos de mulet. Léonard emmène 3 de ses toiles préférées. Selon un témoignage du secrétaire d’Aragon, il y avait là le tableau d’une dame de Florence peinte au naturel sur ordre de feu Julien de Médicis. C’était la Joconde. Quant aux 2 autres tableaux, c’était la Ste Anne et le St Jean Baptiste que Léonard acheva au Clos Lucé. François Ier traite Léonard avec honneur. Il lui fait don du château, ne demandant en échange que le plaisir de l’entendre converser, plaisir qu’il goûtait presque tous les jours. Le Roi aurait dit au Maître, "Qu’il ne croyait pas qu’aucun homme possédât autant de connaissances aussi bien en sculpture qu’en peinture ou qu’en architecture". Il lui verse même un traitement fixe de 700 écus d’or par an. Il lui paye aussi ses oeuvres. La tradition rapporte qu’un souterrain reliait le château d'Amboise au Clos et que le Roi l’empruntait parfois pour rendre visite à Léonard.

- son Ami François

Le Roi François Ier et sa soeur Marguerite de Navarre l’entouraient d’une affection particulière. Léonard était libre de rêver, parler, faire des expériences. Il inspirait autour de lui la pensée et la mode. Il organisait maintes fêtes pour son ami François. En Septembre (1517), au cours de l’une d’elles, il aurait montré un automate en forme de lion qui laissait échapper des fleurs de lys de sa bouche lorsqu’on le frappait sur le poitrail. C’est donc au Clos Lucé que Léonard de Vinci vécut les 3 dernières années de sa vie, peignant et travaillant à ses 1.000 passions jusqu’au 2 Mai (†1519), date de sa mort à la résidence de Cloux ancien nom du Clos Lucé. Il était âge de 67 ans. La tradition rapporte que François Ier l’assista dans sa mort. Dans cette demeure, on peut retrouver l’atmosphère de la vie quotidienne de l’artiste. A l’étage, se trouvent la chambre restaurée et meublée où il mourut, ainsi que son cabinet de travail.

Le mobilier est de l’époque de Léonard, on peut admirer une Cathèdre, siège Seigneurial en bois sculpté aux armes de France, des coffres, un miroir Italien bordé de cuivre ou encore un Caquetoire, Chaise Renaissance pour converser. Dans la cuisine, domaine de Maturine, la cuisinière de Léonard, on peut admirer de nombreux objets usuels de grande valeur ou au contraire d’utilisation courante. "Je crois que le bonheur naît aux hommes là où l’on trouve de bons vins" aimait à dire Léonard, preuve qu’à 64 ans, il apprécie toujours les bons côtés de la vie. Mais, ajoutait-il "que sobriété, saine alimentation et bon sommeil te maintiennent en santé". Le château abrite des souvenirs du Génie. Dans le sous sol on peut découvrir une belle collection de maquettes réalisées d'après ses dessins. On y voit notamment un "char d'assaut, un pont transbordeur, les prémices d'un hélicoptère", une exposition est consacrée aux fabuleuses machines, réalisées par I.B.M. d’après les plans imaginés par le génie. Le parc du manoir abrite aussi des maquettes grandeur nature des principales inventions. Les plus fascinantes sont celles que Léonard n'avait en fait jamais eu les moyens d'assembler lui même. Elles ont été non seulement réalisées, mais également leur efficacité a été prouvée grâce à des élèves des "Arts et Métiers de Paris". Un passionnant rendez vous avec un génie visionnaire, qui s’intéressa à la "mécanique, à l’hydraulique, à l’optique, au génie civil et militaire, à la marine et à l’aéronautique".

- sa Chambre

La chambre de Léonard est sans doute l’un des lieux les plus émouvants que l’on puisse visiter. Là, il vécut des heures sereines, paisibles, heureuses. Là, il rédigea son testament le 23 Avril (1519) en léguant ses cahiers de croquis et ses notes ainsi que "les instruments et portraits relatifs à son art et à son métier de peintre" à Francesco Melzi, son disciple fidèle. Que pensait Léonard sentant ses forces décliner ? "Nul ne va au néant" disait il... Il rendit l’âme le 2 Mai (†1519). La tradition rapporte qu’il mourut dans les bras du Roi comme le peintre Ingres le représentera plus tard mais les historiens qui comparent les dates affirment que le Roi était absent ce jour là mais entouré des siens et muni des derniers sacrements de l’Eglise. Léonard est enterré comme il le souhaitait dans le cloître de la collégiale St Florentin à Amboise où, malheureusement, sa tombe sera profanée après la Révolution. Ses restes seront alors transférés dans la chapelle St Hubert du "Château royal d’Amboise".

"Regarde la lumière et admire la beauté. Ferme l’oeil et observe. Ce que tu as vu d’abord n’est plus et ce que tu verras ensuite n’est pas encore".

C’est en gardant en mémoire ce conseil de Léonard que l’on doit visiter sa demeure Française, en se souvenant que si Léonard est né à Anchiano, entre Pise et Florence, le 1er Avril (1452), le ciel de Touraine et sa lumière légère lui rappelait la Toscane.

Haut de page