retour

Glossaire - Biographies
les Familles
Photos


- Château de Meillant
* Période ou style : Renaissance.
* Type : Château.
* Début construction : (XIIIème siècle).
* Fin construction : (XVIème siècle).
* Protection : "Inscrit Monuments Historiques" (1926).
* Classé : "Monument Historique" (1963).
* Anciennes provinces de France : Berry.
* Région : Centre.
* Département : Cher.
* Commune : Meillant.

- Historique

Un château existe déjà au (XIème siècle). Une tour avait été construite par un Prince de Déols pour protéger ses terres face à la "Grosse Tour" qui avait été construite à Dun le Roi, aujourd'hui Dun sur Auron, distante de 3 lieues. Situé à 40 de kilomètres de Bourges, entre Dun/Auron et St Amand Montrond, le château de Meillant est l'un des plus beaux trésors de la route Jacques Coeur, une Rose, sur le coeur de la France. Antique Mediolanum, appartenant d'abord aux Seigneurs de Charenton qui font construire une forteresse primitive à l'emplacement d'un "Oppidum Gallo Romain". Puis Agnès de Charenton apporte la terre à son mari Raoul VII, Prince de Déols au (XIIème siècle). Puis voilà les Comtes de Sancerre, une puissante famille, D'ailleurs, l'un d'eux, Louis de Sancerre, fidèle de Charles VI et "Connétable de France" aura le droit de reposer parmi les Rois à l'abbaye de St Denis. Les parties les plus anciennes du château actuel datent pourtant du début du (XIVème siècle), période durant laquelle il appartient à la famille de Sancerre. Etienne de Sancerre fait alors construire une nouvelle forteresse flanquée de tours et de 2 corps de logis qui respectent le plan de la construction d'origine du (XIème siècle). Les vieilles douves sont draguées et de nouvelles murailles sont dressées pour former une enceinte Polygonale dont 2 des côtés ont aujourd'hui disparu. Avec ses 2 façades, l'une Gothique, l'autre Renaissance, son parc ombragé de frondaisons majestueuses, son écrin d'émeraude et ses eaux murmurantes, le château de Meillant a quelque chose de magique. Il appartient depuis 30 générations à une lignée qui compte d'illustres représentants, Charles d'Amboise conféra au château son aspect Renaissance et la belle Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, Marquise de Montespan, donna 8 enfants au Roi Louis XIV. Il convient aussi de citer le nom de Casimir de Rochechouart (1787)-(1875) grâce à qui le château existe dans son état actuel.

Le château actuel a été entrepris à la fin du (XIIIème siècle) et au début du (XIVème siècle) par Étienne II de Sancerre qui est mort avant (†1308). Il en reste les 2 corps de logis Rectangulaires situés de part et d'autre du corps de logis construit à la fin du (XVème siècle). Côté Sud se trouvaient les fossés alimentés par l'Hivernon. Le reste des remparts ceinturant une cour et protégés par les douves a disparu au (XVIIIème siècle). Une porte d'entrée située à l'Est y donnait accès. C'est la famille d'Amboise qui a construit le corps de logis central, la Chapelle et la tour du Lion avec sa vis, côté cour. Cette construction a duré de (1473 à (1510). Elle a dû être commencée par Charles Ier d'Amboise et terminée pour Charles II d'Amboise sous le contrôle du Cardinal d'Amboise. Un dessin réalisé par Claude Chastillon, du début du (XVIIème siècle), donne l'aspect du château à cette époque. Il montre que le château était complété à l'Ouest par une galerie de 7 arcades dont il ne subsiste plus que 2 piles dans le jardin. Cette galerie ressemblait à celle du château de la Verrerie, près d'Aubigny sur Nère.

A partir de (1842), le château a été restauré par l'architecte Louis Lenormand. Il refit la décoration sculptée extérieure, les toitures, les chemins de ronde et reconstruit les étages supérieurs des corps de logis situés à l'extrémité est du château. Il a aussi remanié complètement l'intérieur. Par arrêté du 2 Mars (1926), le Château fait l'objet d'une inscription au titre des "Monuments Historiques", complétée par la suite, l'ensemble des façades et toitures du château fait l’objet d’un classement au titre des "Monuments Historiques" depuis le 4 Avril (1963). Le château avait été classé provisoirement par le passé, par la liste des "Monuments Historiques" de (1862), puis celle de (1875). Il fut déclassé en (1887), à la demande du propriétaire, puis repris en compte en (1926) pour son inscription.

- Architecture

Le plan initial du château tel qu'il avait été construit par Étienne II et que montre le dessin de Claude de Chastillon est très semblable à celui du château de Sagonne. Cette ressemblance est due au fait que ces 2 châteaux ont été construits par la même famille de Sancerre. Les parties construites par la famille d'Amboise à partir de (1473) sont plus à rattacher la fin du style Gothique qu'au début du style Renaissance en France. On peut rattacher les bâtiments construits par Charles Ier d'Amboise au Palais Jacques Coeur de Bourges. Sous Charles II d'Amboise a été construite la tour du Lion, en hors oeuvre et comprenant un escalier à vis, et la mise en forme de la façade côté cour du bâtiment Occidental par le percement des fenêtres dans les murs du début du (XIVème siècle) et leur décoration. La décoration de la tour et des fenêtres hautes de la façade côté cour est assez exubérante. Elle a été réalisée avant (1510) dans un style marquant la transition entre les styles "Gothique Flamboyant" et de la 1ère "Renaissance Française". On retrouve ce type de tour escalier au Palais Jacques Coeur et à l'hôtel des "Échevins de Bourges". La galerie qui prolongeait l'aile Occidentale et qui a été construite dans le style de la 1ère Renaissance a malheureusement disparu. Il ne semble pas que la restauration entreprise à partir de (1842) ait beaucoup affecté cette partie du château. A cause du lion doré tenant entre ses pattes le Blason des Chaumont qui la flanque tout en haut, mais regardons un peu la tour, entièrement couverte d'une broderie de pierre digne du palais Jacques Coeur. La marque de la famille d'Amboise est aujourd'hui visible sur l'édifice, on remarque sur la façade un mont en flammes "Chaud Mont" ainsi que 2 (C) entrelacés correspondant aux initiales de Charles de Chaumont.

-Visite du Château

Les douves et les tours percées d'archères de la façade Sud du château sont les seuls éléments rescapés des travaux entrepris par la famille d'Amboise. La façade Orientale représente, quant à elle, l'aboutissement du style "Gothique Flamboyant", il se rattache aux grandes constructions Gothiques de la région, châteaux d'Amboise et de Blois, palais Jacques Coeur, palais du duc de Berry à Bourges. La riche ornementation qu'elle révèle, avec ses tourelles d'escalier et sa balustrade ajourée, n'est pas sans rappeler celle des châteaux de la Loire. Le visiteur est surtout attiré par la tour du lion qui représente le "Gothique Flamboyant" dans toute sa splendeur, avec ses blasons, ses mystérieux emblèmes et ses guetteurs, le lit de justice et ses "marmousets", ces petits personnages hauts en couleur issus de l'imaginaire Médiéval. On peut également noter une pointe d'Italianisme, référence à la période Milanaise de Charles II mais surtout à Giocondo, auteur de l'édifice et fidèle associé de Michel Ange. Remarquez les colonnettes torsadées, les personnages accoudés à des fenêtres ou encore les entrelacs en forme de coeurs. Sur la chapelle familiale de style Renaissance, notez la rosace représentant la Vierge et l'Enfant Jésus. En face de celle ci, un puits du (XVIème siècle vient compléter l'ensemble.

A l'intérieur, le visiteur découvre, au fil des pièces, des bijoux ornementaux. Ainsi, la "Grande Salle à Manger" dévoile des murs tapissés de cuir de Cordoue et un plafond à caissons Renaissance. De plus, la vaisselle éclatante et les étains étincelants laissent entrevoir aux visiteurs les dîners fastueux de l'époque. Dans le "Grand Salon", on est immédiatement frappé par l'immense cheminée du (XVIème siècle surmontée d'une "loge des musiciens". Voyez également les tapisseries de Bruges datant du (XVIIème siècle) et le portrait de Charles VII. Après un passage dans la bibliothèque, on accède à la chambre du Cardinal d'Amboise, certainement la plus belle pièce du château, du fait du somptueux mobilier Flamand du (XVIIème siècle) qui la compose. Vous pourrez ensuite admirer la cheminée ornée des "Armes Royales, un hérisson d'or" "Qui s'y frotte s'y pique" et 12 fois la lettre (L), la tapisserie d'Aubusson dans la chambre Louis XII, des tapisseries de Flandres, diverses armes et des cerfs sculptés dans la salle des Gardes, avant d'achever la visite par la cuisine et ses cuivres étincelants. Derrière le château, un hôtel particulier datant du (XVIIIème siècle) abrite des écuries dans lesquelles est retracée l'histoire de l'automobile à travers une exposition de modèles. Dans le cellier découvrez l'histoire de l'architecture et du mobilier du Moyen Age à nos jours, à travers des miniatures. Avant de quitter le domaine, promenez vous dans le magnifique parc qui entoure le château. Il vous invite à découvrir des arbres centenaires, d'anciennes douves mais également des étangs qui viennent compléter un ensemble déjà féerique.

- de nos Jours

Un plaque commémorative rappelle que durant la "Seconde Guerre Mondiale", de Juillet à Septembre (1944), les parents de l'actuel propriétaire recueillirent et soignèrent, dans le château transformé en hôpital clandestin, des maquisards blessés. Le propriétaire actuel, Aimery de Rochechouart, Marquis de Mortemar, vit et travaille à Meillant et ne craint pas de "déroger" en exerçant des activités jadis réservées aux membres du Tiers Etat, "agriculture, élevage, sylviculture". Mais il se veut par dessus tout, "conservateur de Meillant", qu'il entretient et restaure tout au long de l'année. D'autres surprises attendent le visiteur, dans le parc, au détour d'un sentier, l'adorable maison des enfants, peuplée de "poupées et d'ours en peluches, avec sa petite table, ses petites chaises et sa dînette, son évier, sa cuisinière et son poêle en réduction". Un parcours propose de faire découvrir, à travers des maquettes et des objets miniatures le décor de la vie quotidienne du Moyen Age à nos jours, un village Médiéval avec ses maisons à pans de bois et son château fort, le début de l'imprimerie dans un atelier vers (1450), un château Renaissance où se prépare un somptueux festin, un hôtel particulier du (XVIIème siècle. Chaque objet est une reconstitution fidèle et unique. On peut voir également à Meillant une intéressante collection d'attelages et de voitures anciennes.

Des Marmousets un peu partout au plafond. Un décor "Néo Gothique" que n'aurait pas renié Viollet le Duc. Des murs tendus de cuir de Cordoue. Une bibliothèque traversée par une poutre, en fait le tronc entier d'un chêne du (XIVème siècle, Des tapisseries faites sur mesure pour épouser les sinuosités des murs. De très belles statues Allemandes Médiévales. Des cabinets à tiroirs en écailles de tortues qui cachent de petits décors de théâtres. Une salle des gardes qui cache des cerfs géants et des armes Médiévales.