retour

Glossaire - Biographies
Photos


- Château de Sully
* Type : Château.
* Architecte : Nicolas Ribonnier.
* Début construction : (1570).
* Fin construction : (1610).
* Propriétaire initial : Gaspard de Saulx Tavannes.
* Protection : "Monument Historique" Classé M.H. (1995).
* Pays : France .
* Région : Bourgogne.
* Département : Saône et Loire.
* Commune : Sully.

- Historique

Le "Castrum Soliacense" est pour la 1ère fois mentionné en (1102). Il défendait sur la rive gauche de la Loire la tête d'un pont en pierre sans doute édifié à l'époque Romaine. Il appartenait alors à un nommé Gilon, Seigneur de Sully, des Aix et de la Chapelle en Berry. La chapelle Castrale fut semble t'il rapidement desservie par un collège de Chanoines et obtint donc le statut de Collégiale. A la faveur d'un conflit entre le Seigneur Henri de Sully et l'évêque Manassés d'Orléans, le château passa avant (1218) entre les mains de Philippe Auguste. Conformément à ses habitudes, le Capétien fit construire dans la place l'une de ces "grosses tours cylindriques" dont ses Ingénieurs avaient le secret. Il avait coutume d'affirmer ainsi son autorité. Mais dans un acte de Mars (1218), Henri de Sully se déclarait prêt à rembourser au Roi les frais engagés dans la construction du bâtiment. Cette mention laisse supposer que le souverain avait dû avant cette date, sans doute de mauvais gré, restituer la forteresse à son légitime propriétaire. En Juin (1218), l'évêque Manassès d'Orléans, Suzerain des Sires de Sully, reconnut toutefois dans une charte que lui et ses successeurs seraient tenus de rendre à Philippe Auguste la nouvelle tour que le Roi avait fait élever à Sully, si celui ci en effectuait la demande. Les vestiges de cet ouvrage aujourd'hui disparu furent mis à jour pendant les années (1990). Il se situait dans l'actuelle basse cour.

Une importante crue de la Loire emporta le "vieux pont Romain" en (1363), mais Sully ne perdit pas pour autant son importance stratégique. La lignée des sires de Sully s'éteignit à la fin du (XIVème siècle) et son unique héritière, Marie, épousa Gui de La Trémoille en (1382). Ce dernier entreprit de rénover totalement le château et demanda au fameux architecte Raymond du Temple, employé par le Roi Charles V, de dresser les plans nécessaires et d'entreprennent la construction du Donjon, imposante bâtisse flanquée de 4 tours. La forteresse prend alors l'aspect général qu'elle a conservé aujourd'hui. Jeanne d'Arc séjourna à Sully à reprises, en Juin (1429) d'abord, après la victoire de Patay 18 Juin (1429), elle y revint afin de tenter de convaincre Charles VII d'aller se faire sacrer à Reims, en Mars (1430) ensuite, elle y fut quasiment emprisonnée par Georges de La Trémoille, la Pucelle parvint à s'échapper le 28 Mars (1430) pour se précipiter vers son sinistre destin Rouennais. La place souffrit beaucoup des sanglantes "Guerres de Religions". Elle changea de mains à 2 reprises au cours de l'année (1563) ou la chapelle Castrale fut détruite. Le monarque érigea la Seigneurie en Paierie et Duché au début de l'année (1606). Passages autorisant le franchissement de la Loire, Sully sur Loire fut de tous temps, un site stratégique de 1ère importance. Le château, avec ses hautes tours et ses douves profondes, est un superbe exemple de forteresse Médiévale. Il fut édifié à la fin du (XIVème siècle) sur un site qui, depuis l'époque "Gallo Romaine", aux portes de la "Vallée des Rois", commanda durant des siècles l'un des rares franchissements de la Loire, reliant ainsi le Nord du fleuve et les régions de Sologne et du Berry.

- Maximilien de Béthune

Le plus célèbre de ses propriétaires fut Maximilien de Béthune (1560)-(1641),Jusqu'à (1602), année où Sully acquiert le château. 1er Duc de Sully et célèbre conseillé du Roi Henri IV immortalisé sous le nom de "Grand Sully". C'est lui qui agrandit et restaura la forteresse d'origine, il va mobiliser beaucoup de temps et une part de son immense fortune pour adapter la demeure à ses goûts il fait renforcer les levées, pour se protéger des fréquentes et désastreuses crues de la Loire, crée un grand parc d'agrément, réaménage le "Petit Château" en un ensemble de bâtiments à vocation résidentielle. Il édifie une tour supplémentaire au Sud-Ouest, crée des galeries couvertes. En (1638), peu de temps avant sa mort, Sully fait imprimer au château les "Économies Royales", ses "fameux Mémoires". Pendant (IV siècles), le château est resté dans la famille des descendants de Sully. Des hôtes illustres passèrent à Sully... Si Henri IV ne vint jamais au château, celui ci n'en reçut pas moins de très illustres hôtes. Louis XIV et Anne d'Autriche, accompagnés de Mazarin, s'y réfugièrent en mars (1652), en pleine Fronde. Le Maréchal de Turenne y séjourna la même année, peu avant la bataille de Bléneau ou il allait défaire les troupes de Condé. La chambre d'apparat, dans la partie est du Donjon, rappelle cette période avec son mobilier Louis XIV. En (1716) et (1719), le château sert d'asile à Voltaire, exilé par le Régent dont il avait brocardé les moeurs.

- la Forteresse

La forteresse est cernée de larges douves alimentées en eau par le cours de la Sange, petit affluent de la Loire. Au Nord se dresse un corps de logis appelé Donjon. Il dessine un grand Rectangle de 40 mètres de long pour plus de 15 mètres de large et est percé de nombreuses fenêtres à meneaux. Il est flanqué aux angles de 4 grosses tours circulaires très saillantes qui commandaient primitivement la place. Seules les 2 tours situées à l'Est ont conservé leur aspect d'origine, avec un couronnement de mâchicoulis et des toits en poivrières. On pénètre dans ce bâtiment par un corps avancé coincé entre 2 cylindres. Un pont levis enjambait autrefois un petit fossé aujourd’hui comblé. Une cave voûtée occupait le niveau le plus bas. Au rez de chaussée se tenaient les pièces, domestiques cuisine, sommellerie et au 1er étage l'espace Seigneurial avec des grandes salles et les appartements. Un escalier à vis placé dans la tourelle Sud-Est du Châtelet d'entrée desservait les différents niveaux. Une superbe charpente en berceau brisé appelée "Grand Galetas" et vieille de (VI siècles), supporte toujours la couverture du dernier étage. Un chemin de ronde couvert sur mâchicoulis formant galerie courait sur tout le pourtour.

Devant ce logis s'ouvre une grande basse cour carrée flanquée au sud de 2 tours rondes. Celle qui trône à l'angle Sud-Est a conservé l'austère aspect du (XVème siècle). Celle de l'angle Sud-Ouest Tour de Béthune, aujourd'hui rabaissée au niveau du rez de chaussée, fut en revanche construite au (XVIIème siècle) par le grand Sully. Son diamètre est de 15 mètres pour une épaisseur des murailles de 5 mètres. Elle était destinée à recevoir des pièces d'artillerie. A la fin du (XVème siècle) enfin, Marie de Sully entreprit la construction d'un logis plus confortable au Sud-Est désigné sous le nom de "Petit Château". Il s'appuyait sur une tour porte carrée contemporaine. Devant le château, entre la Loire et la Sange, Sully fit aménager de somptueux jardins aujourd'hui disparus. Sully présente un intérêt considérable pour la compréhension de l'évolution architecturale au bas "Moyen Age". Bien restauré et sérieusement entretenu, le site est d'une incomparable beauté et chaque pierre témoigne à sa manière de sa riche et glorieuse histoire. Le nouveau Duc de Sully effectua de très nombreux aménagements. Le château restera dans la famille des "Sully Béthune" jusqu'en (1807) avant de passer à une lointaine branche collatérale qui le conservera jusqu'en (1962).

Plusieurs tours et courtines furent démantelées à la Révolution et un gigantesque incendie dévasta l'aile orientale dans la nuit du 10 au 11 Janvier (1918). Classé "Monument Historique" en (1928) et acquis par le "Conseil Général du Loiret" en (1962), la demeure du "Grand Sully" a défié le temps, surgissant au coeur d'un vaste parc, et surplombant le fleuve sauvage de ses tours imposantes flanquées de larges douves, elle nous apparaît aujourd'hui telle qu'en elle même, irremplaçable témoignage de l'époque Médiévale. Elle a bénéficiée de nombreuses restaurations, elle recèle un grand nombre de tapisseries, peintures, sculptures, pièces de mobilier et curiosités architecturales, notamment : la Tenture de Psyché, ensemble de 6 tapisseries monumentales du (XVIIème siècle), plusieurs tableaux Henri IV, portraits d'ancêtres et héritiers de Sully, le tombeau de Sully et de sa seconde épouse, du mobilier Louis XIII et Louis XIV. De magnifiques combles, chef d'oeuvre de l'art des charpentiers il y a 600 ans.

Haut de page