retour

Glossaire - Biographies
Photos


- Château de Ussé.
* Période ou style : "Inspiration Médiévale et Renaissance".
* Type : "Château de la Loire".
* Architecte : Renaissance.
* Début construction : (XVème siècle).
* Fin construction : (XVIème et XVIIème siècles).
* Propriétaire actuel : Privé.
* Protection : "Monument classe" Classé M.H. (1931).
* Pays : France.
* Anciennes provinces de France. : Touraine.
* Région : Centre.
* Département : Indre et Loire.
* Commune : Rigny Ussé

- Historique

L'histoire du château d’Ussé est très ancienne. Il s’agit, comme souvent en Val de Loire, d’une fondation Médiévale, née dans un contexte de guerre entre les 2 grands Comtés qui saignèrent la région, ceux d’Anjou et de Blois, avec Foulques Nerra d’un côté et Thibault le Tricheur et son fils Eudes Ier de l’autre. Le Seigneur d’Ussé autour de l’An (1000) s’appelle Guelduin Ier, vassal fidèle du Comté de Blois. Alors qu’il lutte pour le Comte contre Foulques Nerra, il perd son château de Saumur en (1025). A ce moment, il décide de fortifier son autre château dit d’Ucenum, futur Ussé. En compensation de la perte de Saumur, Eudes Ier consentit à lui donner le château de Chaumont. Cette fortification d’Ussé fut en bois, tout comme elle l’était à Chaumont. Les 1ères constructions en pierres sont pourtant contemporaines, comme Loches, Montbazon ou Montrichard par exemple, constructions dues à Foulques Nerra.

- Antoine de Bueil

La Seigneurie et les terres d'Ussé où existe déjà un château Médiéval, deviennent la propriété, au (XVème siècle), de la famille de Bueil, une famille qui s'est particulièrement illustrée durant la guerre de 100 Ans. C'est Antoine de Bueil qui entreprend la reconstruction du château dans les années (1460). Seigneur d'Ussé en (1456), épouse en (1462) Jeanne de Valois, fille de Charles VII et d'Agnès Sorel. La demi soeur de Louis XI, lui apporte en dot 40.000 écus d'or. Malgré cette somme considérable. Antoine de Bueil, très endetté, vend en (1485) son domaine d'Ussé à Jacques d'Espinay. Celui ci, d'origine Bretonne, est le fils du Chambellan de François II de Bretagne. Jacques d'Espinay exerce lui même la fonction de Chambellan auprès de Charles VIII puis de Louis XII, et il accède à celle de "Grand Maître" de l'hôtel de la Reine.

- Jacques d'Epinay

Il poursuit les travaux du château et, en (1521), il fonde dans son testament la collégiale d'Ussé, destinée à servir de chapelle funéraire pour la famille. Son fils Charles et sa belle fille Lucrèce de Pons dirigent le chantier. La consécration de la chapelle, dédiée à ste Anne, a lieu le 11 Août (1538), alors que René a succédé à son père depuis 4 ans comme Seigneur d'Ussé. A son tour, dans une situation financière difficile, René d'Espinay vend le domaine à Suzanne de Bourbon en (1557). Plusieurs propriétaires se succèdent ensuite.

- le Château

Le château entrepris par Antoine de Bueil en (1462) est contemporain d'autres chantiers remarquables : Chaumont, le Plessis Bourré et Langeais. En forme de Quadrilatère, l'aile Nord a été détruite au (XVIIème siècle), il comporte une tour maîtresse à l'angle Sud-Ouest qui se signale par un diamètre plus important. Elle joue le rôle de donjon comme à Chaumont et au Plessis Bourré. Un puissant mâchicoulis appuyé sur des consoles à triple ressaut porte le chemin de ronde qui, à l'origine, n'était pas couvert.

Un étage se développe au dessus du mâchicoulis, ce qui ajoute un jeu des volumes. Dans le fond de la cour, Antoine de Bueil édifie une double galerie, ouverte en portique au rez de chaussée et fermée à l'étage, qui assure une liaison directe entre son logis, à l'Ouest, et la chapelle, située dans l'aile Est. De la galerie du rez de chaussée, il ne reste plus qu'un arc brisé surbaissé, témoin de la 1ère travée, dans l'angle Sud-Est : lors des travaux du (XVIIème siècle), on a détruit le voûtement de la galerie et aménagé des appartements dans l'espace récupéré.

On ne sait rien du logis d'Antoine de Bueil, installé dans l'aile Ouest, et reconstruit par Jacques d'Espinay. Des transformations ont modifié également ce logis Renaissance, sans doute élevé vers (1515)-(1525). Il faut imaginer un corps de bâtiment encadré de 2 escaliers en vis aux extrémités. Au (XVIIème siècle), lorsque l'on a démoli l'aile Nord pour dégager la vue, on a construit à cette occasion la 5ème travée du logis, celle qui est située à l'extrémité Nord, dans un style "Néo Renaissance". On a également supprimé les 2 escaliers en vis et construit un nouvel escalier dans l'angle Sud-Ouest, ce qui a provoqué la reprise de la 1ère et de la 2ème travée. L'agrandissement des baies a achevé de modifier la façade. A la fin du (XVIIème siècle), le pavillon Vauban est venu se greffer sur l'ensemble au Nord-Ouest du logis.

Plusieurs propriétaires se succèdent alors. Parmi ceux ci figure le gendre de Vauban, le "Grand Ingénieur" fit d'ailleurs à Ussé de nombreux séjours. En (1807) Ussé est acheté par le Duc de Duras et, jusqu'en (1813), c'est la résidence de la Duchesse de Duras, une amie de l'écrivain Chateaubriand qui a rédigé ici une partie de son grand ouvrage, les "Mémoires d'Outre Tombe". Le domaine appartient aujourd'hui'hui au Marquis de Blacas, petit fils du fondateur du "Musée égyptien au Louvre".

- la Chapelle

La chapelle collégiale, isolée dans le parc, est un monument de la plus pure Renaissance. Elle est restée dans son aspect originel et n'a pas subi les transformations successives du château, hormis l'adjonction, au (XVIIème siècle), d'une chapelle latérale. Les initiales (C) et (L) que l'on retrouve ailleurs, et qui constituent un des éléments de la décoration, sont celles des prénoms de Charles d'Espinay, constructeur de la chapelle, et de sa femme, Lucrèce de Pons. Elle offre encore un magnifique exemple de construction de style Gothique à décor Renaissance. C'est le mélange de style caractéristique du début du (XVIème siècle). Si les motifs sont Italiens, l'interprétation est toute Française, comme en témoignent les rinceaux au feuillage grêle qui s'enroulent en boucles délicates, les candélabres légers dont la structure griffe à peine la pierre ou encore les denticules larges et espacés comme des palets, surmontés d'oves arrondis en perles. La façade Occidentale est la plus remarquable. A l'intérieur, le choeur s'orne d'une belle clé pendante et de stalles magnifiques. Une tapisserie d'Aubusson retrace l'histoire de Jeanne d'Arc. Dans la petite chapelle Sud, aux voûtes d'ogives, se trouve une jolie Vierge en faïence émaillée, de "Luca della Rohia".

Le visiteur appréciera la salle des Gardes et sa collection d'armes, au 1er étage, un impressionnant cabinet Florentin du (XVIème siècle) en ébène et poirier incrusté de nacre et d'ivoire contenant 49 tiroirs ainsi que la chambre Louis XIV, Louis XV et Louis XVI où aucun de ces monarques ne vint jamais.

Haut de page