retour

Glossaire - Biographies
Photos


- Château de Vilandry.
* Période ou style : Renaissance.
* Début construction : (XVIème siècle).
* Fin construction : (XVIIIème siècle).
* Propriétaire initial : Jean le Breton.
* Propriétaire actuel : Henri Carvallo et 2 de ses Soeurs<.
* Protection : "Classé Monument Historique 4 septembre (1934)".
* Pays : France.
* Anciennes provinces de France : Touraine.
* Région : Centre.
* Département : Indre et Loire.
* Commune : Villandry.

- Historique

Au "Moyen Age" un Château Féodal était établi sur l'emplacement du château actuel, la Tour Carrée est le seul élément qui subsiste. Villandry s'appelait alors Colombiers, c'était le siège d'une Châtellerie relevant du Château de Tours. Le 1er Seigneur connu de Colombiers s'appelait Geoffroy le Roux, il vivait vers (1080) et sa fille Lisoye a épousé Hugues d'Amboise. A la fin du (XIIème Siècle) Henri II Plantagenêt et Philippe Auguste signent un Traité de Paix à Colombiers, Henri II devait mourir quelques jours plus tard à Chinon. Dans la 2ème partie du (XIVème siècle) le domaine de Colombiers passe par mariage à la famille de Craon, Vicomte de Châteaudun, puis toujours par mariage dans celle de Chabot. Enfin au début du (XVIème siècle), après plusieurs achats et reventes elle est acquise le 4 Mars (1532) par Jean Le Breton, il achète le "Château Féodal" de Colombiers. Il le démolis et fait bâtir à sa place un "Château Renaissance". La Tour Carrée est ce qui reste de l'ancienne forteresse. François Ier est venu à plusieurs reprises à Villandry à l'invitation de Jean Le Breton. Le bâtiment se compose d'un corps de logis et de 2 ailes disposées à angle droit par rapport à celui ci, encadrant ainsi sur 3 cotés une cour d'honneur.

- Jean le Breton

Jean Le Breton est également "Président de la Chambre des Comptes de Blois" et c'est lui qui surveille la construction du Château de Chambord pour le compte du Roi. Il est mort en (†1556) en laissant des Mémoires sur le règne de François Ier. En (1619) la Seigneurie de Colombiers est transformée en Marquisat pour Balthazar Le Breton, puis en (1639) le village et le domaine change de nom pour celui de Villandry, enfin en (1758) le Marquisat devient un Comté au bénéfice de Michel Ange de Castellane, en (1856) Villandry est sévèrement touché par les inondations de la Loire et du Cher. Le Marquis de Castellane qui effectue des transformations dénaturant l'ensemble,à cette époque ce type de jardins n'est plus considéré comme raffiné et ils disparaissent les uns après les autres. Cependant celui de Villandry arrive tant bien que mal à subsister, En (1906), Joachim Carvallo le rachète à son tour, il va consacrer son temps et son argent à le remettre dans son état d'origine, celui de la Renaissance. S'appuyant sur des planches de l'architecte Jacques Androuet du Cerceau il fait en particulier reconstituer les jardins, il voulut rendre à Villandry son authenticité.

- Joachim Carvallo

Le château a été restauré par le Docteur Joachim Carvallo qui a consacré une bonne partie de sa vie à cette oeuvre. Ses efforts ont été prolongés par son descendant Henri Carvallo et le Château est désormais visité par près de 40.0000 personnes chaque année. Actuellement les jardins occupent une superficie de plus de 6 hectares agencés sur 3 niveaux. Ils sont entourés par des rangées de tilleuls, au niveau du château se situe le Potager avec des légumes et arbres fruitiers ainsi que des fleurs, il est divisé en carrés, chacun étant caractérisé par une couleur,le potager décoratif aux carrés bordés d’arbres fruitiers en cordons et planté de légumes aux couleurs harmonieusement agencées associe l’esprit "Monacal du Moyen Age" à l’esthétisme Italien du (XVIème siècle) avec ses fontaines, tonnelles et carrés de fleurs, le Jardin d'eau est classique avec ses fleurs et sa pièce d'eau, il possède en particulier des buis et des ifs, avec son grand bassin, il est entouré d’un cloître de verdure, le Jardin du niveau intermédiaire est un jardin d'ornement, le jardin des simples, tradition du "Moyen Age consacré aux plantes aromatiques, condimentaires et Médicinales recèle une trentaine d’espèces.

- les Jardins

Les jardins furent restaurés au début du siècle par Joachim de Carvallo qui voulut rendre à Villandry son authenticité. Ces jardins sont en terrasses sur 3 niveaux.
* Au 1er niveau se trouve un potager ornemental, gloire de Villandry, composé de 9 carrés de culture dont le tracé est inspiré des variations du motif de la croix.
* Au 2ème niveau se trouvent les jardins d'Ornement.
* Au 3ème niveau, le jardin d'eau comprenant une pièce d'eau alimentant un canal rejoignant les douves.

Les 3 niveaux de jardins sont irrigués par un "Canal coupé de Ponts et de Cascatelles. Ils sont dominés par une colline aménagée en terrasses couronnées de charmilles qui offrent une belle vue sur l’ensemble de la propriété. De ce belvédère, on peut apprécier le point de vue sur le jardin d’ornement structuré en 4 carrés d’amours brodés de buis, un rectangle à la "Croix de Malte" et sur l’autre rive du canal, un 2ème salon de buis, évoque symboliquement la .

- l'Intérieur

A l'intérieur, le château a été garni de meubles Espagnols et d'une intéressante collection de tableaux, écoles Espagnoles des (XVIème siècle), (XVIIème siècle) et (XVIIIème siècles). Au rez de chaussée le grand escalier à rampe de fer forgé mène à la galerie des tableaux et à la salle au plafond Mudéjar (XIIIème siècle) provenant de Tolède. Villandry est un des derniers "Grands Châteaux" construits pendant la Renaissance dans le val de Loire. Les travaux durèrent de (1532) à (1536) sous la direction de Jean Le Breton, "Secrétaire d'État de François Ier" et également Bâtisseur de Villesavin. De la forteresse antérieure à cette construction, reste le donjon, tour carrée englobée dans le bâtiment actuel. Les jardins avaient été créés en même temps que le Château, à l'origine la partie essentielle était un Potager à usage décoratif doté de plantes exotiques provenant de divers pays d'Europe et d'Amérique. Les descendants et successeurs de Jean Le Breton ont veillé pendant 2 siècles à entretenir ce patrimoine.

Haut de page