retour

Glossaire - Biographies
Photos

(Mont-Dauphin, hautes-alpes, entre Briançon et Gap, par la RN94 puis la D37.)

- Une Citadelle sur un rocher.

Construite fin (XVIIème siècle) sur le territoire d'Eygliers par Vauban et Catinat, au confluent du Guil et de la Durance. "Mont Dauphin" est avant tout une place forte destinée à verrouiller les accès de la haute vallée de la Durance ou du Guil. Un premier projet avait été conçu par Vauban en (1679), mais non réalisé. C’est un raid du Duc de Savoie contre le Dauphiné qui décide de la construction de cette place. Les travaux sont interrompus dès le mois d'Octobre.

En (1692), la région étant une fois de plus envahie par les troupes de Victor Amédée II, Duc de Savoie, Vauban fut alors chargé de construire une place forte capable de faire barrage à l’ennemi et d’assurer la sécurité des populations. Un gros rocher dominant les vallées de la Guil et de la Durance constituait un site idéal, inaccessible et inhospitalier. Ainsi commencèrent, dès (1693), les travaux de construction d’une ville et de fortifications entièrement nouvelles. Durant près d’un siècle, embellissements et consolidations se poursuivirent. Eglise St Louis, dessinée par Vauban, en marbre rose, restée inachevée, sacristie. Après le (XVIIIème siècle), "Mont Dauphin" connut peu de modifications. En cela, il reste un bon exemple de l’organisation militaire d’une ville à l’époque classique. Son enceinte de marbre rougeâtre a répondu au dessein initial d’en faire une place imprenable.

Elle fut aménagée et perfectionnée tout au long des (XVIIIème siècle) et (XIXème siècle). A l'intérieur de l'enceinte s'élèvent les bâtiments militaires, dont la poudrière (XVIIème siècle), la caserne Rochambeau, casemate du (XVIIIème siècle), les pavillons et l'arsenal (XVIIIème siècle). Durant 250 ans, la citadelle ne connut aucun assaut, jusqu’à ce que la place forte soit bombardée, mais pas détruite, durant la 2ème guerre mondiale, elle perdit alors une aile de l’arsenal.

Prévue pour abriter 2.000 soldats, la Place Forte comprenait des fortifications bastionnées sur le front Nord-Est, seul côté facilement accessible par un ennemi, des bâtiments militaires, casernes, arsenal, poudrière et un village civil, constitué de maisons de commerçants disposées le long de larges rues, des panneaux à l’ancienne indiquant “Malle Poste” et “place forte du Roy”, avec l’impression de remonter le temps en franchissant ces énormes remparts entourés de fossés et ponctués de bastions à échauguettes, et ensuite en arpentant cette place forte gigantesque, où se côtoient monuments historiques et tout ce qui fait une petite ville moderne, son auberge, son hôtel de ville, ses gîtes.

Classée "Monument Historique", elle est toujours aujourd’hui cette forteresse inexpugnable perchée sur son rocher, en à pic sur la plaine.

Haut de page