retour

Glossaire - Biographies
Photos
(Fort Louvois ou Chapus.)

- Historique

Depuis le Moyen Age, le Chapus est un village de pêcheurs et de sauniers situé au fond d'une baie, à l'abri, entre l'Ile d'Oléron et le Continent, sur la rive droite de la Seudre.

Dernier bastion édifié le long du littoral Charentais par le Roi Soleil, le "Fort Louvois ou fort Chapus" occupe une position stratégique entre l’île d’Oléron et le Continent, le Fort protégeait l’accès Sud du port de Rochefort. Il marque l’aboutissement d’un vaste programme défensif contre l’intrusion des navires ennemis.

C'est au printemps (1691) que l'ingénieur Ferry, sur ordre de l'intendant Begon, commence les travaux du "Fort Chapus", voulu par Louvois. Rapidement, il constate que le rocher sur lequel il doit asseoir les fondations de l'ouvrage n'est en fait que "demy rochers et coquillages pourris servant de croute à la vase qui est en dessous". Le Roi portant un interêt tout particulier au chantier, les ouvriers travaillent jour et nuit, à la torche, profitant de toutes les marées basses. Les fondations sont terminées le 20 octobre (1691).

Ala mort de Louvois, en (†1692), Vauban reprend le projet à son compte. Il modifie les plans et les remplace par ceux du fort modèle qu'il a conçu dans un souci d'économie budgétaire. 2 autres forts de ce type subsistent encore: un à Toulon, et l'autre en Bretagne. Cette technique lui permet en outre de mieux contrôler les travaux à distance. Le fort est achevé en (1694). A cette occasion, Louis XIV fera frapper une médaille commémorant la construction qui porte l'inscription "Arx Chaputiana -1694- securitas littorum" Il marque ainsi l'achèvement de la fortification des frontières du Royaume, commencée en (1668).

- Construction

Le "Fort Louvois", ou "Fort Chapus, est assis en pleine mer, en prolongement de la pointe du Chapus à Bourcefranc, à 400 mètres du continent, auquel il est relié par une chaussée submersible. Il occupe ainsi une position de verrou au bord du coureau d'Oléron, seul chenal de navigation entre la rade de Rochefort et le Pertuis de Maumusson. Construit selon les principes rigoureux de l'architecture militaire redéfinie par Vauban ; il fut le dernier ouvrage de fortification maritime commandé par Louis XIV. A l'époque, l'Arsenal de Rochefort était l'un des plus prospères de France. Convoité par les Anglais, il fallait le protéger par une série d'édifices militaires. Le "Fort Louvois" faisait partie intégrante de ce système défensif et il fut le dernier à être construit. Il fournissait des feux qui croisaient ceux de la Citadelle du "Château d'Oléron". Ainsi aucun vaisseau ne pouvait jeter l'ancre dans le "Pertuis de Maumusson".

En forme de fer à cheval, le fort comprend un rempart long de 52 mètres côté Pertuis, sur 12 mètres de haut, avec une échauguette au centre. Cette batterie est percée de 16 créneaux à canon, permettant de contrôler l'espace latéral sur 180 degrés. Le donjon de forme Polygonale, à 3 niveaux est séparée de la cour par un fossé, elle abrite au rez de chaussée les magasins à poudre et aux étages les appartements, haut de 24 mètres, est surmonté aussi d'une échauguette. Au sommet on bénéficie d'un panorama fabuleux. Le fort comprend aussi un corps de garde. Il est relié au continent par une chaussée pavée de 400 mètres, découverte à marée basse, tracée entre les huîtrières et les viviers à poisson. Dans son ensemble, le fort a des lignes qui rendent l'édifice d'une qualité esthétique très harmonieuse.

Bombardé (1944) pendant la 2ème Guerre Mondiale par des tirs d'artillerie Allemande, il sera acquis par la commune de Bourcefranc le Chapus en (1960), puis entièrement restauré par les "Beaux Arts". Classé "Monument Historique", cet édifice endommagé en (1944), a retrouvé depuis son aspect originel. Il retrace son histoire, il abrite une maquette en relief du Bassin Marennes Oléron ainsi qu’un musée de l’huître. Le fort sera réparé une 1ère fois en (1875), subira une attaque aérienne en (1945), puis sera finalement classé "Monument Historique" et totalement restauré.

Haut de page