Retour


- Ebrasement :
Agencement en oblique, par rapport au plan du mur, des piédroits d'une baie ou d'un portail.
- Ecaille :
Petits ornements en forme d’écailles de poissons, couchées l’une sur l’autre, qu’on taille sur les moulures rondes.
- Echalier :
Passage de chaque côté de la Porte des Morts, dans les enclos paroissiaux Bretons et qui servait quotidiennement aux passages des Fidèles.
- Echappement :
Echappée, espace entre un escalier et le plafond.
- Echarpe :
Espèce de ceinture qui paraît serrer les coussinets des volutes aux chapiteaux ioniques.
- Echauguette :
ou eschauguette, eschargaite ou escharguettes, escargaite, eschelgaite, esgaritte, garite, pionnelle, maisoncelle, centinelle ou sentinelle, hobette, désignait, du (XIVème au XVIème siècle), la sentinelle. Guérite placée en surplomb sur une muraille fortifiée ou une tour, ou une bretèche placée en encorbellement à l'angle d'une construction, enceinte, tour, château.
- Echiffe (ou échiffre) :
Mur au faîte rampant, qui dans un escalier, supporte les abouts des marches. Il existe des échiffes de bois.
- Echine :
Moulure saillante placée sous l’abaque du chapiteau dorique.
- Ecoinçon :
Pièce en bois ou en pierre, souvent de forme triangulaire, qui s’inscrit entre 2 roses ou 2 arcades insérés dans une bande ou dans une baie, ou qui ferme l’encoignure de l’embrasure d’une porte ou d’une fenêtre.
- Ecolâtre :
Eclésiastique chargé d'une école rattachée à une Cathédrale ou à une Abbaye.
- Ecorce :
La partie latérale des volutes du chapiteau ionique.
- Ecossas :
Terme de sculpture pour une sorte de feuille convexe formant palmette.
- Ecusson :
Tablette ou cartouche représentant des pièces héraldiques, des inscriptions, des figures, etc.
- Effigie :
Représentation sculptée d'un personnage tel que le gisant d’un roi mort dans l'église de l'abbaye de Saint-Denis.
- Eglise :
Edifice consacré, chez les chrétiens au culte divin.
- Elévation :
Face verticale d'un édifice, à l'intérieur comme à l'extérieur.
- Embasement :
Base continue en saillie, au pied d’un édifice.
- Embrasure :
Ouverture dans une paroi d'épaisseur pour un portail ou de fenêtre, en particulier avec des côtés inclinés, de sorte que l'ouverture est plus grande à l'intérieur qu'à l'extérieur. De l'ancien français pour embraser «.pour couper en biais.».
- Empattement :
Maçonnerie en saillie à la base d’un mur.
- Encarpe :
En architecture ancienne, guirlande composée de fleurs, de feuillages et de fruits.
- Enceinte :
Ligne extérieure des murs de clôture d'un site ou château fortifié.
- Enclos :
Clôture. le fameux enclos paroissial breton est le cimetière et ses décorations sculptées.
- Encorbellement :
Elément en saillie sur un mur et supporté par des poutres, des corbeaux ou des consoles.
- Enfeu :
Tombe encastrée dans l'épaisseur du mur d'un édifice religieux, église, cimetière, réservé aux nobles, et souvent un gisant. Voir gisant, transi .
- Enfilade :
Tir de protection normalement appliqué à la défense d'une ville ou des murailles d'un château.
- Engagée :
, colonne, Demi colonne qui se fond dans un mur ou dans une colonne plus large.
- Engoulant :
Extrémité sculptée en forme de gueule grimaçante de certains éléments de charpente.
- Enroulement :
Ornement formé en spirale, telle la volute. Se dit également d’ornements engagés les uns dans les autres, par exemple les arabesques.
- Entablement :
Saillie qui est au sommet d’un bâtiment et qui supporte la charpente de la toiture. Ensemble reposant sur des colonnes et comprenant 4 parties, l'architrave, la frise, la corniche, le fronton.
- Entrait (ou tirant) :
Terme de charpente, est un élément de la ferme. C'est une pièce de bois horizontale servant à réunir les arbalétriers, et qui est posée aux extrémités sur les murs gouttereaux, éventuellement dans un empochement, qui laisse passer l'air autour de l'entrait, pour éviter le pourrissement.
- Entrecolonnement :
Intervalle entre 2 colonnes consécutives.
- Entregent :
Habileté, adresse à se conduire, à se faire valoir. Avoir de l'entregent.
- Entrelacs :
Ornement composé de lignes entrelacées, qui peut être abstrait, géométrique, ou bien comporter des motifs végétaux ou animaliers stylisés.
- Entre-pilastre :
Intervalle entre 2 pilastres.
- Entre-trave :
Ensemble des poutrelles qui s’appuient sur les poutres maîtresses.
- Entrevous :
(anc. français vous voûté). Hourdis ou ouvrage de maçonnerie remplissant l’espace entre 2 solives.
- Eperon ou bec :
Partie saillante, contrefort extérieur d'ouvrage de défense, d'Art, d'une construction.
- Epistyle :
Architrave qui repose sur le chapiteau de la colonne.
- Epoque gothique :
Période allant de la fin du (XIIème siècle) au début du (XVIème siècle), caractérisée en architecture, peinture et sculpture, par le style dit gothique.
- Epoque romane :
Période allant de la fin de l'époque carolingienne fin du (Xème siècle) à la fin du (XIIème siècle), caractérisée en architecture, peinture et sculpture par le style dit Roman.
- Epure :
Dessin fini d’architecture à l’échelle 1.; 1 (souvent dessiné à la chaux sur le sol), ou à une échelle déterminée sur un parchemin en peau qui, gratté, permettait de nouveaux emplois.
- Equerre :
(lat. exquadrare, rendre carré). Vitruve dit gonia, les Égyptiens gnômon) Elle est, avec le compas, l’attribut de l’architecte. Elle sert à tracer des angles droits, à élever des perpendiculaires. L’équerre peut avoir des branches égales, ou avoir des proportions 3,4 (diagonales 5), avoir des branches aux côtés parallèles ou non. Au plan symbolique elle représente l’espace. Mais ne servant qu’à dessiner des figures carrées ou à angles droits, elle symbolise aussi la rectitude et le respect des lois et des règlements. Sur un autre plan elle peut également symboliser l’équilibre résultant de l’union de l’actif et du passif, surtout quand elle a la forme d’un T. Par opposition au compas, qui évoque l’esprit, en ce qu’il dessine des courbes et qu’il est actif, l’équerre est liée à la matière, et en cela elle serait passive et soumise. Dans la Franc-Maçonnerie, suspendue au cordon du Vénérable, elle signifie que la volonté d’un chef de Loge ne peut avoir qu’un sens, celui des statuts de l’Ordre, et qu’elle ne doit agir que d’une seule manière, celle du bien.
- Equipolente :
En religion, plus précisément dans l'Église Catholique Romaine, on parle de "canonisation équipollente" quand, exceptionnellement, le pape déclare la sainteté d'un individu décédé sans attendre qu'un miracle ait été formellement reconnu.
- Erémitique :
Du latin érémita, désert solitaire. Qui est propre à un ermite.
- Escalier en colimaçon :
Escalier tournant où l'axe est creux. Il apparaît dès le (XVIe siècle).
- Escalier en vis :
Escalier tournant où l'axe est plein.
- Escarpe :
L'escarpe est un mur délimitant le fossé autour d'une fortification. Ce mur se situe vers l'intérieur du fort, par opposition au mur de contre escarpe qui lui est vers l'extérieur du fort.
- Eso-narthex :
Le narthex intérieur comprend généralement 3trois divisions fidèles : le choeur, le narthex, l’éso-narthex. Cependant, il arrive que ce dernier soit un cloître fermé et surmonté d’une 6ème coupole.
- Essenien :
Les Esséniens du grec, "Εσσήνοι, Εσσαίοι, ou Οσσαίοι; Essēnoi, Essaioi ou OssaioiN 1" appartenaient à un mouvement du judaïsme pendant la période du Second Temple qui a prospéré à partir du (IIème siècle) av. J.-C. et dont l'existence est attestée au (Ier siècle) en Palestine et dans la province Romaine de Syrie.
- Ethos :
L’ethos, ou êthos, du grec ancien "ἦθος ễthos, pluriel ἤθη ếthê", est un mot grec qui signifie le caractère habituel, la manière d'être, les habitudes d'une personne. Par exemple, la joie, le courage, la mollesse sont des êthê. Les êthê sont souvent considérés du point de vue moral.
- Etrésillon :
Pièce de bois qui sert d’appui ou d’arc-boutant, pour soutenir des murs qui déversent, et tout ce qui a besoin d’être appuyé de même.
- Eugénisme :
L’eugénisme peut être défini comme l’ensemble des méthodes et pratiques visant à transformer le patrimoine génétique de l’espèce humaine, dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé.
- Exèdre :
Dans la basilique chrétienne, chambre ornée de sièges ou de bancs souvent en saillie et arrondis à l’extérieur. Elle est l’ancêtre de l’abside.
- Extrados :
En architecture, l’extrados est une des pierres entrant dans la composition d’un arc ou d’une voûte.
- Extradossé :
Qui a un extrados. Voûte extradossée.
- Ex voto :
Objet déposé dans une église ou inscription gravée sur une tablette de marbre pour relater l'accomplissement d'un voeu.

Haut de page