Retour


- Mâchicoulis :
"De mâcher - écraser- et coulis -action de couler" Les mâchicoulis étymologiquement "ce qui permet d'écouler tout ce qui écrase" sont des ouvertures carrées ou de larges rainures pratiquées dans le sol du chemin de ronde d'une tour ou d'une courtine, et permettant d'en défendre le pied en laissant tomber des pierres, des pièces de bois ou des matières brûlantes. Les mâchicoulis existaient dans les hourds de bois que l'on élevait sur les remparts dans les d1ersd temps du Moyen Age et jusqu'au (XIIIème siècle). Mais les hourds étant souvent incendiés par les assiégeants, on les remplaça, vers la fin du (XIIIème siècle), par des chemins de ronde de pierre bâtis en encorbellement au sommet des murs et tours, et percés de trous rapprochés par lesquels on laissait tomber sur l'assaillant des matériaux de toutes nature comme la pierre, de l'eau bouillante, de la poix chauffée, du sable brûlant.
- Mâchicoulis :
sur corbeaux, le plus courant qui, par l'intermédiaire des corbeaux, s'appuie sur le rempart massif.
- Mâchicoulis :
sur arc, qui reporte les charges sur les points porteurs où il s'appuie sur les contreforts, les murs n'ayant qu'un rôle de clôture.
- Magna Carta :/dt>
Texte de (1215) constituant la première charte de droit en Grande Bretagne. Il fonde le refus de l'arbitraire et est à l'origine du régime représentatif puisqu'il établit un conseil des vassaux qui reçoit le droit de consentir à l'impôt. Le conseil deviendra un Parlement un (demi siècle) plus tard.
- Maison Forte :
Les maisons fortes apparaissent couramment au (XIIème siècle) et au (XIIIème siècle). Elles sont souvent situées aux abords des bourgs, le long de routes principales ou à la frontière d’une grande seigneurie. Elles appartiennent à des cadets, à des parents ou à des alliés de grandes familles seigneuriales.
- Maître autel :
Autel principal d'une église placé au fond du choeur dans l'axe de la nef.
- Majeures :
églises majeures d'Auvergne. Les églises majeures d'Auvergne sont au nombre de 5, N.D. du Port, à Clermont Ferrand, St Nectaire, St Saturnin, Orcival et Issoire. Il s'agit de 5 belles églises Romanes du (XIIème siècle) qui, malgré leurs personnalités propres, taille, variations, présentent de nombreuses similitudes. L'élévation de la nef est à 2 niveaux, arcades et tribunes, sans fenêtre. Les collatéraux sont surmontés par des tribunes voûtées en demi berceaux qui soutiennent le berceau central, solution originale au problème du voûtement. A l'extérieur, il n'y donc pas d'étagement vaisseau central collatéraux. Les arcades des tribunes, et les grandes arcades, sont en revanche reproduites à l'extérieur, ce qui permet d'animer le mur plat. La coupole de la croisée, sur arc diaphragmes ajourés, est contrebutée par des demi berceaux, surélevés par rapport au transept, ce qui crée à l'extérieur un massif barlong caractéristique, dominé par un clocher polygonal. Le chevet, doté d'un déambulatoire à chapelles rayonnantes , sauf à St Saturnin, dominé par le massif du transept et le clocher, est modèle d'équilibre. Le décor, composé de billettes, modillons à copeaux, de pierres polychromes, est soigné. A l'intérieur, on note que les chapiteaux historiés se concentrent dans le choeur. Le mur de fond des transepts est orné par un triplet, 2 arcades aveugles séparées par un arc en mitre. Plusieurs thèmes spécifiquement auvergnats, singes cordés, supplice de l'usurier, porte moutons, sont développés dans les chapiteaux de la nef ou du déambulatoire.
- Mandatum :
Pouvoir qu'une personne donne à une autre d'agir en son nom. Ordre de faire comparaître quelqu'un devant un juge immédiatement.
- Mandorle :
En peinture ou en sculpture, forme ovale qui entoure parfois la Vierge sur son trône ou le Christ en majesté.
- Mangonneau :
Machine de guerre destinée pour assiéger un château, elle permet de lancer des projectiles. Il se caractérise par une fronde attachée à un balancier à contrepoids fixe.
- Manoir :
en latin "manerium" est la résidence ou la demeure, en latin "manere" demeurer, rester d'un propriétaire de fief qui ne possède pas le droit d'élever un château avec des tours et un donjon. Le bâtiment est parfois désigné aussi par, gentilhommière, l'habitation d'un gentil, c'est à dire d'un noble de naissance.
- Manuterge :
C'est un linge liturgique, servant au prêtre à s'essuyer les doigts ou les mains après les avoir lavées durant le geste dit du lavabo. Déplié, il s'agit d'un linge rectangulaire mesurant environ 35 sur 45 centimètres. Il est soit entièrement blanc, soit brodé d'une croix dans un coin. On le distingue ainsi du purificatoire, brodé d'une croix en son centre, et du corporal, fortement amidonné et brodé d'une croix au milieu d'un de ses côtés. Si une croix est brodée dans un coin, on s'arrange pour qu'elle soit visible sur le dessus.
- Marguillier :
Qui tient un registre Membre du conseil de Fabrique d'une Paroisse.
- Marque de Tâcheron :
Signe gravé sur la pierre par le tailleur de pierre, il s'agit de la signature du travail réalisé par le tailleur.
- Mays :
On appelle Mays à Notre-Dame une série de 76 tableaux offerts à la cathédrale par la Confrérie des Orfèvres, presque chaque année en date du 1er mai d’où leur nom, en hommage à la Vierge Marie, et ce de (1630) à (1707).
- Mediévisme :
Expression propre au Moyen Age.
- Meneau :
Croisillon de pierre qui sépare une fenêtre en 2 ou 4 parties.
- Mense :
Part des biens fonciers d'un évêché ou d'un monastère affectée à partir de l'époque carolingien à l'usage personnel des évêques, des abbés, des chanoines, etc.
- Méplat :
Plan intermédiaire formant transition entre 2 surfaces.
- Mérimée Prosper (1803)-(1870) :
Mérimée est plus connu en tant qu'écrivain que pour son rôle d’inspecteur général des monuments historiques, qui débuta sous Louis Philippe pour s'achever sous le Second Empire. Pourtant les amateurs d'art devraient lui vouer un culte. Pendant une trentaine d'années, Mérimée parcourt la France, rescensant les Cathédrales et Abbayes à l'abandon et dont l'état nécessite une intervention rapide et vigoureuse. Il favorise la carrière du jeune Viollet le Duc. Son intervention sauva notamment Conques, Vézelay...
- Merlon :
De l'Italien "merlone" partie pleine d'un rempart entre 2 créneaux.
- Métairie :
Domaine agricole ou ferme exploité selon le système du métayage.
-Métonymie :
Substantif féminin, c'est un type de figures de style de la classe des tropes. Elle consiste à remplacer un nom propre ou un nom commun par un autre avec lequel il est en rapport, par un lien logique1 sous entendu : la cause pour l’effet, le contenant pour le contenu, l’artiste pour l’oeuvre, la ville pour ses habitants "Paris a froid Paris a faim", la localisation pour l’institution qui y est installée.
- Métope :
Pierre sculptée, posée verticalement, séparant 2 modillons.
- Meurtrière :
Ouverture étroite, droite ou en forme de croix, pratiquée dans les tours, donjons ou murs de fortification pour lancer des flèches, et quelquefois une ouverture pour pour tirer des boulets de canon.
- Miséricorde :
Eléments en saillie situés sous les strapontins des stalles et sur lesquels pouvaient s'appuyer les prêtres pendant les parties de l'office où ils devaient rester debout. Les miséricordes sont souvent ornées de motifs fantaisistes, parfois burlesques ou même grivois, stalles de St Bertrand de Comminges, de Tolède.
- Moineau :
Petit blockhaus ou avant corps placé au pied d'une courtine et en général garni de meurtrières.
- Modillon :
corbeau orné, souvent de figures grotesques, placé sous une corniche comme pour la soutenir.
- Moniales :
Equivalent féminin des moines d'un monastère.
- Monodique :
Terme qualifiant un chant exécuté par une seule voix.
- Monogramme :
Chiffre composé d'une lettre unique empruntée à l'initiale d'un nom, ou de plusieurs lettres juxtaposées ou entrelacées en un seul caractère.
- Mortier :
Mélange de chaux, de sable et d'eau qui sert à lier les pierres.
- Motte Castrale :
Une motte castrale est un ouvrage de défense construit en terre et bois. Il est généralement composé d'un rehaussement important de terre rapportée et tassée, de forme circulaire, la motte, au sommet de laquelle est élevée une tour centrale, ayant fonction de donjon, un puits est parfois creusé à l'intérieur. Une 1ère enceinte de bois entoure le sommet de la motte, la haute cour. Une 2ème enceinte plus vaste, renforcée de fossés, la basse cour, de forme variable, circulaire, ovoïde, etc. est créée autour de la motte elle même. Cet ensemble constitue parfois un refuge ultime pour les populations environnantes, et est souvent à l'origine de châteaux forts ou de villages fortifiés. Aucune motte castrale n'est parvenue jusqu'à nous dans son état originel, les constructions de bois ont disparu et la motte elle même a parfois été arasée volontairement. La toponymie, cependant, garde de nombreuses traces de l'existence de mottes disparues, noms de villes ou villages, Lamotte Beuvron, Lamothe Cassel, lieux dits la Motte, le Mottier. Le terme de motte féodale était auparavant utilisé en castellologie, et le terme de château à motte est également parfois utilisé.
- Moucharabieh :
Grillage fait de petits bois tournés permettant de voir sans être vu, dans l'architecture arabe traditionnelle.
- Mouchette :
Dans une fenêtre, élément courbe du remplage, en pierre, Gothique Flamboyant.
- Mozarabe :
Les mozarabes sont les hommes demeurés chrétiens dans l'Espagne< Musulmane. Dans le domaine artistique, l'adjectif désigne le mélange entre les traditions Ibériques d'avant l'invasion et l'art musulman.
- Mudéjar :
Art développé par les artistes arabes passés au service des chrétiens après la reconquista espagnole.
- Mur de refend :
Mur porteur d'un bâtiment formant une division intérieure.

Haut de page