Retour


- Tabernacle :
Petit édicule, souvent placé sur un autel, où l'on place le ciboire, vase contenant les hosties consacrées.
- Taille :
Impôt prélevé par le seigneur en vertu de ses droits sur les ressources de ses hommes. Il devient annuel àpartir du (XIIème siècle).
- Tailloir :
Plateau carré ou polygonal posé le chapiteau d'une colonne. Il complète souvent le programme iconographique du chapiteau, par exemple avec des inscriptions, comme à Moissac. A ne pas confondre avec l'abaque.
- Talus :
Un talus est un terrain en forte pente qui limite une plaine, un glacis, un plateau, une banquette, une terrasse, un fossé, une tranchée.
- Les Taolennoù :
ou "Tableaux de Mission" sont des outils de reconquête spirituelle constitués d'illustrations destinées à l’enseignement de la religion et à l’évangélisation. Créés en Bretagne au (XVIème siècle), répandus dans le monde entier et utilisés jusqu'au milieu du (XXème siècle), les représentations, la plupart du temps non signées, symbolisent le mal et les péchés capitaux.
- Targe :
Petit bouclier bombé en usage au moyen age.
- Tétramorphe :
Représentation des 4 évangélistes sous leurs formes allégoriques, l'Ange pour St Matthieu, l'Aigle pour St Jean, le Taureau pour St Luc et le Lion pour St Marc. Cette représentation est inspirée par une vision d'Ezéchiel et par la description des quatre Vivants de l'Apocalypse selon St Jean.
- Thaumaturge :
Personnage, parfois mythique, dont les actions sont considérées comme miraculeuses.
- Théophilantrope :
La théophilantropie est un culte né pendant la Révolution Française, qui voulait trouver une alternative à la déchristianisation en proposant le culte d'une religion naturelle, avec les "Amis de Dieu et des hommes". Ces cérémonies, qui mettent en scène le Culte de la Raison et de l'Être suprême, participent aux différentes fêtes et commémorations révolutionnaires prévues par la Constituante, et dont un des ordonnateurs sera "Rabaut" de St-Étienne.
- Thuriféraire :
Litt. Flatteur, Liturgie, Clerc chargé de porter l'encensoir, Adorateurs.
- Tierceron :
Nervure supplémentaire dans une voûte qui ne rejoint pas la clef de voûte principale pour s'arrêter à une clef de voûte secondaire.
- Tiers-point (arc en) :
Arc brisé inscrit dans un triangle équilatéral.
- Tirant :
Tige métallique tendue entre les retombées d'un même arc doubleau, en travers de la nef.
- Toit en poivrière :
Toit conique.
- Tonsure :
Dans la religion chrétienne, la tonsure est le signe par exellence de l’état de religieux. Elle consiste en un petit cercle au sommet de la tête, dénudé de cheveux.
- Toponime :
Nom de Lieu.
- Tore :
Anneau entourant le fût d'une colonne.
- Tour :
Edifice en pierre ou en bois de 2 ou plusieurs étages. Ouvrage fortifié, à plan circulaire, carré ou polygonal, et dont l’origine reste imprécise. Dès la plus haute antiquité. Les Asiatiques, les Grecs, les Phéniciens et les Étrusques érigeait déjà des tours pour fortifier les murailles de leurs villes et forteresses. Les Romains, qui ont pris la tour aux Étrusques et aux Grecs, les érigeaient généralement à plan carré, et moins souvent à plan circulaire. Avec l’arrivée de l’artillerie, les fortifications deviennent obsolètes, et le siège est désormais considéré comme un duel d’artillerie entre les canons qui attaquent la place forte et ceux qui la défendent. L’art de fortifier va donc consister à donner à ces derniers le maximum d’avantages dans la lutte. Dès le XIVe siècle apparaissent les tours à canons, basses et massives, qui renforcent les forts existants. Ces ouvrages, désignés sous le nom de cavaliers, permettent de renforcer des points faibles ou de dominer des fronts.
- Tour-donjon :
Tour si puissante et fortifiée qu'elle peut être utilisée comme partie centrale d'un château et abriter les appartements privés du seigneur.
- Tour flanquante :
Tour permettant d'effectuer des tirs parallèles au mur à défendre.
- Trajane :
Colonne triomphale sur le forum de Trajan à Rome pour commomérer les victoires de l'Empereur sur les Daces. Elle porte un décor en bas relief qui se déroule en hélice sur toute la hauteur.
- Transept :
Nef transversale, perpendiculaire à la nef principale et située entre celle ci et le choeur. Le transept donne à l'église la forme d'une croix, la croisée du transept.
- Transi :
Gisant représenté de façon plus réaliste, c'est à dire non comme un vivant endormi dans ses plus beaux atours, mais bien comme un mort, amaigri et souvent nu, en bonne voie de décomposition. Ce type de représentation apparaît plus tardivement que le gisant. Voir gisant, enfeu.
- Translaté :
Transporté, déplacé, expédié.
- Travée :
Portion de voûte comprise entre 2 points d'appui, piliers...
- Trébuchet :
Lance pierres militaire. Vous pouvez en voir fonctionner au château de Tiffauges.
- Tréve :
Succursale d'une paroisse.
- Trêve de Dieu :
Interdiction de toute violence du mercredi soir au lundi matin.
- Tribune :
Dans les églises Romanes, les tribunes sont les galeries d'arcades qui s'ouvrent sur la nef. Elles constituent le second étage d'une élévation. Rarement aveugles, lorsqu'elles ont pour rôle essentiel de soutenir les murs hauts, elles sont généralement de même largeur que les bas-côtés et peuvent avoir un mur de fond plein ou une claire voie. Elles seront remplacées dans l'art gothique par le triforium, excepté dans les élévations à 4 niveaux qui superposent tribunes et triforium.
- Tribune d'orgue :
Plate forme ou balcon supportant un orgue.
- Triforium :
Galerie au dessus des bas côtés ou des tribunes, composée d'arcatures de faible hauteur, ouvrant sur la nef, le transept ou le choeur. Le triforium peut être aveugle si les ouvertures sont simulées . Si la galerie est réelle, elle peut avoir un mur de fond plein ou à claire voie. Le triforium se distingue essentiellement de la tribune par la taille de ses baies, moins hautes et moins larges.
- Triglyphe :
en Architecture, partie saillante de la frise dorique, qui représente l’extrémité des solives posée sur l’architrave et qui a ordinairement des rainures profondes et verticales. Les triglyphes sont séparés par les métopes. Les triglyphes de l’ordre dorique marquaient la frise du péristyle.
- Trilobé :
Ornement à 3 lobes, en forme de trêfle. Eglise à choeur trilobé.
- Triptyque :
Ouvrage de peinture ou de sculpture composé de 3 panneaux articulés pouvant se refermer.
- Trompe :
arc formant une diagonale à l'intérieur des angles d'un espace carré soutenant à une coupole.
- Trou de boulin :
Trou ou encastrement taillé dans un mur et destiné à recevoir une poutre.
- Trumeau :
Pilier divisant en 2 le portail pour soulager le linteau.
- Tympan :
Espace compris entre le linteau et l'archivolte d'un portail. Il sert de support à des programmes iconographiques souvent très développés. Parmi les plus beaux exemples on peut citer, Conques, Moissac, le Portico de la Gloria à Saint Jacques de Compostelle, Chartres.

Haut de page